La sonde TGO a réduit son altitude après 950 coups de frein atmosphérique

Si la mission ExoMars 2016 a connu un échec retentissant avec le crash à la surface de la planète rouge du démonstrateur Schiaparelli, il serait excessif de dire que tout le projet a capoté. En effet, la mission ExoMars comporte deux volets : le premier consistait à tester une méthode pour se poser (les causes du crash ont depuis été identifiées), tandis que le second visait à positionner un orbiteur, la sonde TGO (Trace Gas Orbiter), autour de Mars pour en étudier l’atmosphère mais aussi pour analyser la surface et le proche sous-sol, grâce à divers instruments sophistiqués.
Mais pour bien observer la planète Mars, il est préférable de se rapprocher d'elle. Des manœuvres ont donc été engagées à partir du mois de mars 2017, avec des tours orbitaux de plus en plus serrés, afin de transformer l’orbite elliptique de la sonde en orbite circulaire mais aussi pour qu’elle soit placée à basse altitude, à quelques 400 km de la surface. C’est à peu près la même distance qui sépare la Terre de la station spatiale internationale.
Cette phase a pris énormément de temps car elle impliquait des passages de TGO dans l’atmosphère martienne pour ralentir grâce aux particules en suspension. Or, le fait est que les couches supérieures du milieu martien sont très fines. Aussi a-t-il fallu près d’un an et 950 freinages atmosphériques pour diminuer la vélocité de l’engin de 3600 km/h.
« Les couches supérieures de la fine atmosphère de Mars ne permettent qu’une légère décélération, au mieux de 17 millimètres par seconde, chaque seconde. À ce rythme, une distance de 6 km serait nécessaire pour stopper une voiture roulant à 50 km/h », raconte l’Agence spatiale européenne. Notez que si la campagne d’aérofreinage a pris fin le 20 février 2018, d’ultimes manœuvres sont prévues jusqu’à la mi-avril 2018. D’ici là, une vérification du bon fonctionnement des instruments scientifiques aura lieu afin que tout soit fin prêt pour les premières observations.


Outre l’étude de la composition de l’atmosphère martienne, en répertoriant les gaz présents, leur distribution et leur abondance, notamment le méthane, qui pourrait être un indice d’une « source active d’activité biologique ou géologique », la surface sera aussi analysée de près.
« La caméra observera les altérations de la surface martienne, notamment celles qui pourraient signaler la présence de sources de gaz rares, des volcans par exemple », explique l’ESA. « Elle cherchera également de la glace d’eau cachée juste sous la surface, un élément qui pourrait guider le choix du site d’atterrissage d’une future mission, tout comme la découverte de potentielles sources de gaz à l’état de traces ».
Par ailleurs, parce que l’espace est l’occasion pour les agences spatiales de coopérer, TGO servira aussi de relais pour connecter les rovers situés à la surface de la planète avec leurs contrôleurs sur Terre. Car si Schiaparelli n’est plus fonctionnel, certains engins demeurent actifs sur la planète rouge. C’est le cas du rover Opportunity, construit et envoyé par la NASA.


Source : numerama.com
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.