Volcanisme de Mars

Le volcanisme de Mars serait apparu il y a près de 4 milliards d'années, à la fin du Noachien (la première des trois époques de la géologie martienne). Il aurait connu son intensité maximale à l'Hespérien, entre 3,7 et 3,2 milliards d'années, puis se serait progressivement affaibli tout au long de l'amazonien.
Il a produit d'énormes volcans boucliers, dont l'Olympus Mons, le plus grand édifice volcanique connu du système solaire, avec plus de 21 km de haut. Alba Mons est quant à lui le plus large des volcans boucliers, avec une base de 1600 km de diamètre.
Outre de grands volcans boucliers, le volcanisme martien a produit de nombreux stratovolcans, bien plus petits, et très présents dans la région d'Elysium Planitia, située sur l'équateur. On peut également observer de nombreuses plaines de laves, similaires aux étendues volcaniques identifiées sur la Lune et Mercure. Les plus anciennes de ces plaines de laves remontent à la fin du Noachien (dans les bassins d'impact d'Argyre Planitia et d'Hellas Planitia), tandis que les plus récentes se sont produites à la seconde moitié de l'Amazonien, autour des deux grands domaines volcaniques martiens, Elysium Planitia et le renflement de Tharsis.
Les plaines de lave martiennes se présentent comme des plateaux basaltiques, dont la surface particulièrement lisse résulterait de dépôts volcaniques continus depuis l'Hespérien, jusqu'à des périodes assez récentes de l'Amazonien.
Contrairement aux stratovolcans, dont le cône bien formé a une base bien plus restreinte, les volcans boucliers de Mars sont caractérisés par la très faible pente de leurs flancs. Ils atteignent des tailles gigantesques en raison de l'absence de tectoniques des plaques sur Mars. Comme l'écorce martienne demeure immobile au-dessus des points chauds, les volcans boucliers peuvent la percer au même endroit pendant de très longues périodes. L'Olympus Mons, le plus emblématique d'entre eux, pourrait recouvrir près de la moitié de la surface de la France (photo ci-dessus).
La région du renflement de Tharsis possède les 4 plus grands volcans boucliers de Mars : Olympus Mons (21229m), Ascraeus Mons (18225m), Arsia Mons (17761m), et Pavonis Mons (14058m). Bien que le volcanisme martien paraît avoir cessé d'être actif, l'âge très récent de certaines coulées de laves suggère, pour certains volcans, une activité actuellement certes très réduite, mais pas rigoureusement nulle, d'autant plus que Mars n'a pas fini de se refroidir, et que son intérieur, loin d'être entièrement figé, contient un noyau en partie liquide. Les derniers épisodes volcaniques martiens sont âgés de 100 à 200 millions d'années. Il s'agit d'épisodes d'intensité rapidement décroissante. Leurs surfaces sont extrêmement réduites comparées aux surfaces anciennes âgées de plus de 2 milliards d'années.

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.