Un village des Vosges fabrique un tissu destiné à aller sur Mars


 
D'une vallée vosgienne à la planète Mars, il n'y a qu'un pas. La-Croix-Aux-Mines, un village de 500 habitants doté d'une longue tradition textile depuis 1835 conçoit un tissu qui protègera le bouclier thermique de la capsule chargée de rapporter sur Terre des échantillons de roche martienne.
 
Ce village vosgien a déjà travaillé avec le constructeur américain Northrop et Arianespace. Aujourd'hui, c'est avec la NASA qu'il traite. La filature de La-Croix-Aux-Mines a l'habitude d'utiliser du coton ou de la laine, mais aussi des matériaux inhabituels. « On est sur des fibres synthétiques, des aramides, des méta aramides, du kevlar, du polyester, du polyamide, du carbone, des créox, des inox. On va souvent faire du co-développement avec nos clients. Le fil qu'on livre pour la NASA, ce n'est pas le même que celui qu'on livre pour Ariane », précise Laurent Chaigneau, gérant et principal actionnaire de Schappe Techniques.
La haute couture est au service de la technologie spatiale. Avec seulement 3 concurrents dans le monde, cette entreprise est la seule en France à bénéficier de ce savoir-faire. « On a des machines qui font du fil simple, et d'autres machines qui permettent de l'assembler en plusieurs brins pour différentes résistances, différentes applications », explique Christophe Genet, responsable de l'atelier composites. « On a la pression. Il faut faire ça bien, on le fait pour tous les clients, mais oui la NASA ça donne une pression un petit peu plus haute quand même ».




Plusieurs tonnes d'un fil secret ont été fabriquées pour l'agence spatiale américaine, ce qui représente 11000 bobines, déjà expédiées aux États-Unis, qui ne serviront pas avant 2031. « Notre matériau est destiné à venir protéger tous les échantillons qui ont été collectés sur Mars, donc c'est protéger finalement une espèce de capsule qui va revenir sur Terre ».
Le patrimoine industriel de l'entreprise Schappe Techniques est capable de fournir l'aérospatial, comme le secteur des kimonos traditionnels au Japon, en fibre synthétique imitant parfaitement la soie. Tous ces fils passent sur des machines qui ont parfois 60 ans et sont veillées comme des trésors. Les machines modernes sont incapables de fournir le niveau de précision demandé pour ces fils du futur.

   
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.