La vie est parvenue à coloniser des météorites martiennes trouvées en Australie

Sylvie Montard - 23 avril 2022


Une météorite martienne dénichée dans la plaine de Nullarbor. Crédit : Alastair Tait
 
Des chercheurs universitaires australiens ont utilisé un synchrotron pour examiner des météorites martiennes récupérées dans la plaine de Nullarbor, une vaste région aride, au nord de la grande baie australienne. Leurs travaux contribueront à la quête de preuves d'ancienne traces de vie sur la planète Mars.
 
L'examen de ces météorites dénichées par l'équipe du Dr Andrew Langendam du Synchrotron australien contenait des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche dense. « La plaine de Nullarbor est un site passé au peigne fin depuis les années 80. Les météorites sombres et riches en fer se détachent sur le calcaire blanc et le sol de la plaine », explique le Dr Langendam.


Des chasseurs de météorites exposent leurs trouvailles. De gauche à droite : Andrew Langendam, Alastair Tait, Andrew Tomkins, Lara Bowlt et Eleanor Mare. Crédit: Alastair Tait.

Les recherches ont révélé qu'une variété de micro-organismes fossiles, de diatomées (algues microscopiques), de bactéries et de champignons, étaient ensevelis et préservés dans des veines de calcite et de gypse. La microscopie à fluorescence X au synchrotron australien a confirmé que les métaux redox-actifs (action chimique d'un corps oxydant sur un corps réducteur), tels que le manganèse et le fer, ont été mobilisés dans des fissures à l'intérieur de la météorite par une activité environnementale ou microbienne.
 
Les chercheurs australiens ont démontré que les météorites martiennes sont capables de préserver des microfossiles et des biosignatures organiques dans les conditions arides de Nullarbor. « Les météorites martiennes agissent comme des canots de sauvetage pour la vie sur une surface hostile, où il n'y a pas beaucoup de minéraux biodisponibles », explique le Dr Langendam.


Météorite découverte en 2017 dans la plaine de Nullarbor en Australie-Méridionale. Crédit: Université Monash.

Le Dr Alastair, co-auteur principal de l'étude publiée dans Geochemica et Cosmochemica Acta et Frontiers in Microbiology , justifie l'importance de cette découverte car elle montre que les micro-organismes peuvent interagir avec les astromatériaux d'une manière vitale pour leur métabolisme.
 
« En étudiant comment les météorites sur Terre sont altérées par les intempéries et l'activité microbienne, il peut être utile de savoir quelles signatures chimiques rechercher lorsque nous étudierons le même matériau météoritique tombé sur Mars, qui pourrait être potentiellement altérée par une forme de vie là-bas. Considérer des météorites comme un enregistrement environnemental et comme un moyen potentiel de comparer les processus sur Terre et sur d'autres planètes est une idée nouvelle et vraiment excitante », déclare le Dr Hamilton, doctorante à l'Université Monash.


L'une des expéditions de chasse aux météorites d'Alastair Tait dans le Nullarbor a été soutenue par une campagne de financement participatif. Crédit: Alastair Tait.

Les échantillons du sol de Mars prélevés par le robot Perseverance sont analysés sur place par des instruments embarqués. Mais il faudra attendre le retour d'échantillons martiens sur Terre pour construire une image globale de l'histoire volcanique et sédimentaire de Mars, dans laquelle la vie passée pourrait être préservée. En attendant, les météorites martiennes peuvent servir de support de recherche pour tenter de comprendre comment évolue la vie dans des roches extraterrestres.
 
Source: phys.org
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.