Un vétéran de la NASA a conçu un rover adaptatif pour circuler sur Mars

Sylvie Montard - 16 mars 2022


Crédit : Astrolab
 
La NASA et l'industrie privée font de gros investissements dans l'atterrissage lunaire qui inaugurera bientôt une ère de capacité de masse débarquée et de cadence de mission sans précédent. La société aérospatiale Astrolab formée par une équipe d'experts en robotique et en rover planétaire de pointe, a annoncé le développement du rover Flexible Logistics and Exploration (FLEX), conçu pour améliorer la mobilité interplanétaire. Astrolab vise à mettre sur le marché une flotte de rovers FLEX pour accompagner une présence humaine soutenue sur la Lune et Mars.
 
Venturi Astrolab, Inc. (Astrolab) a pour mission de faire avancer l'humanité en concevant et exploitant une flotte de rovers polyvalents, capables de fournir des offres de mobilité lunaire et martienne avec une fiabilité, une flexibilité et une rentabilité maximales. Formé par une équipe hautement spécialisée de vétérans de la NASA, d'anciens SpaceXers et d'ingénieurs du JPL, Astrolab possède une expérience de pointe dans l'industrie de la robotique terrestre et planétaire, des véhicules électriques, des vols spatiaux habités et plus encore.
 
Il sera bientôt possible d'envoyer des centaines de tonnes sur la Lune chaque mois. Cet environnement en plein essor exige une nouvelle approche des opérations de surface. Historiquement, les rovers planétaires ont chacun été conçus autour d'une charge utile particulière. Cette approche n'est pas compatible avec l'objectif ultime de la NASA de soutenir une présence soutenue sur la Lune et sur Mars. Pour améliorer cette situation et stimuler le développement d'une économie dynamique sur la Lune et Mars, Astrolab développe le rover multifonctionnel FLEX, conçu autour d'une interface de charge utile modulaire qui prend en charge le transport intermodal (de l'atterrisseur au rover et vice-versa).


Crédit : Astrolab

« Pour que l'humanité vive et opère véritablement de manière durable hors de la Terre, elle aura besoin d'un réseau de transport efficace et économique depuis la rampe de lancement jusqu'à l'avant-poste ultime », a déclaré Jaret Matthews, fondateur et PDG d'Astrolab. « Actuellement, il y a un vide dans le dernier kilomètre et Astrolab existe pour le combler. »

Le potentiel commercial unique du rover FLEX provient de l'architecture de son système de mobilité, qui lui donne la capacité de ramasser et de déposer des charges utiles modulaires à l'appui de la science robotique, de l'exploration, de la logistique, de l'étude/préparation du site, de la construction, de l'utilisation des ressources et d'autres activités essentielles. FLEX peut également servir de rover non pressurisé pour un équipage de deux astronautes, conformément aux exigences des véhicules de terrain lunaire de la NASA.
 
FLEX est plus qu'un simple concept. L'équipe d'Astrolab a récemment testé un prototype terrestre à grande échelle et entièrement fonctionnel de son rover dans le désert californien. Les tests comprenaient à la fois des opérations en équipage et télérobotiques, un déploiement d'une variété de charges utiles importantes et des tests techniques des performances de mobilité du rover sur des terrains difficiles. L'ingénieur Chris Hadfield, astronaute à la retraite de la NASA et de l'Agence spatiale canadienne, a participé à l'essai de cinq jours pour donner son avis sur la conception et les performances du véhicule.




« Alors que nous passons de l'ère Apollo, axée sur l'exploration pure, à l'ère où les gens vivront plus longtemps sur la Lune, l'équipement doit évoluer », a déclaré Chris Hadfield. « Lorsque nous nous installons quelque part, nous n'avons pas seulement besoin de transporter des personnes d'un endroit à un autre, mais nous devons déplacer du matériel, du fret, de l'équipement de survie et plus encore. Et tout dépend de la mobilité. C'était une joie de conduire FLEX. Cela m'a permis de constater sa taille, ses capacités et d'avoir une idée intuitive de ce que ce rover peut faire. »


Crédit : Astrolab

Source: astrolab.space
 
   
 
 
Une occultation de Mars par notre Lune va se produire dans la nuit du 7 au 8 décembre prochain. Ce spectacle astronomique est rarement visible en France.
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
   
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
 
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
   
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
 
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
   
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
 
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
   
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
 
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.