Trump avait sérieusement l'intention de conquérir Mars
Dans son livre Team of Vipers, Cliff Sims, ex-communiquant de Donald Trump, explique que le président des États-Unis était parfaitement sérieux lorsqu'il avait expliqué vouloir tout faire pour que son pays se rende sur Mars durant sa présidence. Une sortie qui, à l'époque, avait été vue comme un trait d'humour par les médias.
Le 24 avril 2017, Trump était en communication avec l'astronaute Peggy Whitson pour la féliciter d'être devenue la citoyenne américaine ayant passé le plus de temps dans l'espace. Le président américain lui avait alors demandé : “Dites-moi, concernant Mars, quel délai vous estimez pour y envoyer réellement des humains ?” L'astronaute lui avait répondu :“Comme l'indique la loi votée le mois dernier à la demande de votre administration, je dirais dans les années 2030. Malheureusement, la conquête spatiale demande beaucoup de temps et d'argent, y parvenir exigera donc une coopération internationale”.
Une réponse non acceptable par Donald Trump, qui avait répliqué : “Eh bien, je pense que nous allons le faire durant mon premier mandat, au pire durant le second. Il va falloir accélérer un peu.” Une blague ? En aucun cas. Selon Cliff Sims, Donald Trump était tout à coup devenu très sérieux au sujet de Mars, un objectif qui l'aurait obsédé quelque temps après cela.
Cliff Sims explique aussi dans son ouvrage que Donald Trump avait prévu d'aborder la visite humaine sur Mars juste avant sa conversation avec Peggy Whitson. Le locataire de la Maison-Blanche avait commencé à réfléchir à quelque chose avant de demander à Robert Lightfoot, dirigeant de la NASA, ce qu'il en était de la planète rouge. Un bref échange avait alors démarré sur le sujet, durant lequel l'ingénieur en aéronautique avait poliment cherché à tempérer les ambitions de Trump. Le président lui aurait demandé : “Mais, qu'en serait-il si je vous donnais tout l'argent dont vous auriez besoin pour y arriver? Si on faisait décoller le budget de la NASA, mais dans une seule optique au lieu de le diluer dans tout ce que vous faites actuellement, cela pourrait-il se faire ?” Robert Lightfoot avait alors dû expliquer au président qu'il ne pensait pas la chose possible, ce qui aurait clairement déçu le président. Pas stressé, Trump aurait ensuite pris le temps de passer par les toilettes pour se regarder une dernière fois dans le miroir, répétant “Space Station, this is your President”, avant de contacter Peggy Whitson et de faire cette promesse malgré sa discussion préalable avec Robert Lightfoot. Le fait est qu'une loi effectivement votée un mois auparavant vise l'envoi d'un rover sur Mars dans les années 2020, puis un premier vol habité aux alentours de 2030. D'ici là, Donald Trump sera à la retraite depuis quelques années. Il a donc peu de chance de satisfaire son envie de conquérir la planète rouge.

Source : lesnumeriques.com
 
   
 



Créer un site
Créer un site