Trump avait sérieusement l'intention de conquérir Mars
Dans son livre Team of Vipers, Cliff Sims, ex-communiquant de Donald Trump, explique que le président des États-Unis était parfaitement sérieux lorsqu'il avait expliqué vouloir tout faire pour que son pays se rende sur Mars durant sa présidence. Une sortie qui, à l'époque, avait été vue comme un trait d'humour par les médias.
Le 24 avril 2017, Trump était en communication avec l'astronaute Peggy Whitson pour la féliciter d'être devenue la citoyenne américaine ayant passé le plus de temps dans l'espace. Le président américain lui avait alors demandé : “Dites-moi, concernant Mars, quel délai vous estimez pour y envoyer réellement des humains ?” L'astronaute lui avait répondu :“Comme l'indique la loi votée le mois dernier à la demande de votre administration, je dirais dans les années 2030. Malheureusement, la conquête spatiale demande beaucoup de temps et d'argent, y parvenir exigera donc une coopération internationale”.
Une réponse non acceptable par Donald Trump, qui avait répliqué : “Eh bien, je pense que nous allons le faire durant mon premier mandat, au pire durant le second. Il va falloir accélérer un peu.” Une blague ? En aucun cas. Selon Cliff Sims, Donald Trump était tout à coup devenu très sérieux au sujet de Mars, un objectif qui l'aurait obsédé quelque temps après cela.
Cliff Sims explique aussi dans son ouvrage que Donald Trump avait prévu d'aborder la visite humaine sur Mars juste avant sa conversation avec Peggy Whitson. Le locataire de la Maison-Blanche avait commencé à réfléchir à quelque chose avant de demander à Robert Lightfoot, dirigeant de la NASA, ce qu'il en était de la planète rouge. Un bref échange avait alors démarré sur le sujet, durant lequel l'ingénieur en aéronautique avait poliment cherché à tempérer les ambitions de Trump. Le président lui aurait demandé : “Mais, qu'en serait-il si je vous donnais tout l'argent dont vous auriez besoin pour y arriver? Si on faisait décoller le budget de la NASA, mais dans une seule optique au lieu de le diluer dans tout ce que vous faites actuellement, cela pourrait-il se faire ?” Robert Lightfoot avait alors dû expliquer au président qu'il ne pensait pas la chose possible, ce qui aurait clairement déçu le président. Pas stressé, Trump aurait ensuite pris le temps de passer par les toilettes pour se regarder une dernière fois dans le miroir, répétant “Space Station, this is your President”, avant de contacter Peggy Whitson et de faire cette promesse malgré sa discussion préalable avec Robert Lightfoot. Le fait est qu'une loi effectivement votée un mois auparavant vise l'envoi d'un rover sur Mars dans les années 2020, puis un premier vol habité aux alentours de 2030. D'ici là, Donald Trump sera à la retraite depuis quelques années. Il a donc peu de chance de satisfaire son envie de conquérir la planète rouge.

Source : lesnumeriques.com
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.