Les tests sur le déploiement du parachute d'Exomars 2020 se passent mal

Avec la mission Mars 2020 de la NASA, la mission ExoMars 2020, qui associe l’ESA et l’agence russe Roscosmos est sans doute la mission la plus importante à suivre au cours de ces cinq prochaines années. Tout comme celle de l'agence spatiale américaine, elle aura pour objectif principal de rechercher des traces de vie présente ou passée sur la planète rouge. La mission devrait quitter la Terre l’année prochaine à bord d’une fusée Proton, et atterrir sur Mars en 2021. Mais la planète ne proposant qu’une fine atmosphère, il est très difficile de s’y poser. Le module de descente et d’atterrissage aura donc besoin de parachutes. Les tests sont actuellement en cours, mais tout ne se passe malheureusement pas comme prévu.
Le module aura besoin, plus précisément, de deux parachutes. Un de 15 mètres, et un de 35 mètres. Chacun avec sa propre goulotte d’extraction. Pour anticiper les éventuels déboires, les deux agences testent actuellement le déploiement des deux voilures sur le site de la Swedish Space Corporation Esrange, en Suède. Un premier test de déploiement réussi a eu lieu en 2018 avec le plus grand parachute. Celui-ci avait été déployé par hélicoptère à 1,2 kilomètre d’altitude. C’est après que les choses ont commencé à se gâter.
Le 28 mai 2019, la séquence de déploiement des parachutes a été testée pour la première fois à une hauteur de 29 km. Les mécanismes de déploiement se sont correctement déployés, et la séquence de descente et atterrissage (d’une durée de 6 minutes) a pu être complétée, mais les deux voilures ont été endommagées sur le dessus. Un premier échec donc. Après analyse du problème, des modifications techniques ont été apportées, et un nouveau test a eu lieu le 5 août 2019. Cette fois avec le plus grand parachute seul.
Malheureusement, les chercheurs ont rencontré les mêmes problèmes que pour le test précédent. « Il est décevant que les adaptations de conception de précaution introduites à la suite des anomalies du dernier test ne nous aient pas aidés à réussir le second test, mais, comme toujours, nous restons concentrés et travaillons à comprendre et corriger la faille afin de lancer l’an prochain », a notamment déclaré François Spoto, chef d’équipe ExoMars de l’ESA.
Des analyses sont actuellement en cours pour tenter de résoudre ces difficultés. L’ESA organisera également des forums d’échanges impliquant plusieurs experts, dont certains de la NASA. Un autre test en haute altitude est d’ores et déjà prévu dans quelques semaines pour le plus petit parachute. Le plus grand sera de nouveau testé début 2020. Le calendrier va donc être serré pour les deux agences qui, on le rappelle, vont devoir profiter d’une étroite fenêtre de lancement entre le 25 juillet et le 13 août 2020. D’ici là, il va donc falloir qu’elles soient prêtes.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.