Test d'un gilet anti-radiation pour les futures missions lunaires et sur Mars

Sylvie Montard - 19 janvier 2022


Crédit : StemRad

Les progrès technologiques continuent de repousser les limites de l'exploration spatiale, qui accueillera dans un futur proche les premiers touristes de l'espace. Pour contrer l'environnement hostile des astronautes, la NASA travaille sur un plastron anti-radiation qui rendra un peu plus crédible la conquête de la Lune et de Mars.
 
L’espace est un environnement plutôt hostile aux corps humains et les radiations sont le principal obstacle à une exploration plus poussée. Même si les femmes sont plus résistantes aux radiations, l’organisme humain est absolument incapable de résister aux rayonnements solaires.


Le gilet AstroRad dans le module Cupola à bord de la Station Spatiale Internationale. Crédit : NASA

Face à cela, la NASA et de nombreuses autres entreprises spécialisées dans ce domaine étudient les moyens de préserver l’organisme humain. L’agence spatiale américaine avait envoyé le gilet antiradiation sur l’ISS et il vient d’être renvoyé sur Terre via le retour d’un cargo SpaceX. Il a été repêché le 11 janvier dernier et fournir ses premiers résultats.
 
Le vêtement en lui-même n’est pas une nouveauté. Il a été mentionné pour la première fois en 2017 et se destinait à protéger les équipages des particules hautement radioactives issues des éruptions solaires. Ces dernières peuvent nuire au bon fonctionnement des appareils, mais également à la vie des astronautes.


Crédit : StemRad

Pour tester le gilet baptisé Astrorad, les astronautes présents sur l’ISS ont tout simplement porté le vêtement pendant qu’ils vaquaient à leurs occupations. Ce premier test a permit de mesurer la facilité d’enfilage, la sensation provoquée par le gilet et sa tenue dans l’espace. Pour le moment, l’objectif n’était pas de le soumettre aux radiations, mais de savoir s’il était possible de le porter sans entraver les mouvements ni les tâches à effectuer.
 
L’Astrorad se présente comme un gilet pare-balles qui recouvre en intégralité le tronc de l’astronaute (de la gorge jusqu’au bas-ventre, en incluant les flancs). Il recouvre aussi le dos de l’astronaute, de la nuque jusqu’aux fesses. Évidemment, il est conçu pour que les bras restent libres de tous mouvements.


Le gilet de protection protège les organes vitaux. Crédit : StemRad

S’ils ont choisi de protéger cette zone en particulier, c’est tout simplement parce qu’elle renferme les organes vitaux et que certaines radiations pourraient être à l’origine de cancers. Les retours des astronautes vont désormais permettre à StemRad, la start-up israélienne en charge du développement de ce dispositif, de l’améliorer.
 
Développée par StemRad, l’entreprise américaine Lockeed Martin et l’agence spatiale allemande (DLR), le plastron aurait dû être envoyé en 2018 lors d’une mission lunaire du programme Artémis. Malheureusement, il ne fut pas développé à temps. Il a donc été envoyé sur l’ISS, car la prochaine mission Artémis n’est prévue qu’en 2024.




L’Astrorad sera donc du voyage en 2024, lors du nouveau voyage habité autour de la Lune, l’occasion pour la NASA de le tester dans un autre environnement spatial. Si les tests sont concluants, le gilet anti-radiations pourrait équiper toutes les équipes envoyées sur l’ISS et autour de la Lune. Quant à la conquête de Mars, elle devrait avoir lieu après 2030, mais le gilet devrait déjà avoir fait ses preuves et il sera aussi du voyage !
 
Source: stemrad.com
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.