Mariner 6 et 7


 
Caractéristiques
Chaque sonde était formé d'un prisme octogonal en magnésium isolé thermiquement et qui formait le corps central. Une structure conique était montée sur le corps des sondes et supportait une antenne parabolique grand gain. Une antenne à faible gain omnidirectionnel fixée à l'extrémité d'un mât était enfichée à côté de l'antenne grand gain. 4 panneaux solaires disposés en croix alimentaient les sondes en énergie. Ils assuraient une alimentation de 800 W près de la Terre et de 449 W à l'approche de Mars. Une batterie cuivre/zinc pouvait également fournir de l'énergie en cas de problème avec les panneaux solaires.
La partie inférieure du corps des sondes jumelles était occupée par une plate-forme mobile sur deux axes qui supportait les instruments scientifiques. La hauteur totale des sondes était de 3,35 m et leur envergure de 5,8 m. Le système de contrôle d'attitude utilisait le soleil et l'étoile Canopus comme points de repère dans l'espace. Les modifications d'orientation de la sonde étaient assurées par 12 éjecteurs d'azote montés à l'extrémité des panneaux solaires et par 3 gyroscopes. Le dispositif de propulsion était contenu à l'intérieur de l'octogone central et la tuyère du moteur à hydrazine faisait saillie sur l'un des côtés de la structure prismatique. Le moteur développait une poussée de 223 Newtons.
3 canaux de télécommunication était utilisables, un pour transmettre les données de télémétrie, les 2 autres pour les données scientifiques. Chaque sonde était équipée de deux caméras : Une à grand angle et à courte focale (50 mm) pour les vues d'ensemble, l'autre à angle étroit et à grande focale (500 mm) pour les vues détaillées.
D'autres instruments scientifiques étaient montés sur la tourelle orientable : Un spectromètre infrarouge pour étudier la composition de la basse atmosphère martienne, un spectromètre ultraviolet pour étudier la composition de la haute atmosphère, et un radiomètre infrarouge pour mesurer la température du sol. Le poids total des instruments embarqués atteignait près de 58 kg.


 

Déroulement de la mission
Mariner 6 et Mariner 7 sont les premières sondes jumelles du programme américain Mariner à partir avec succès vers Mars. Leur structure était similaire à leur prédecesseur, Mariner 4. Mariner 6 décolla le 24 février 1969 depuis le complexe de tir de Cap Canaveral et survola la planète rouge le 31 juillet 1969. Elle servit d'éclaireur à très court terme afin de fournir des données utiles et de programmer efficacement la rencontre entre Mariner 7 et Mars, qui eu lieu une semaine plus tard. Mariner 7 décolla le 27 mars 1969 et survola le sol martien le 5 août 1969.
Les missions de Mariner 6 et 7 ont été totalement occultées par le grand public qui était concentré à ce moment-là sur les premiers pas de l'homme sur la Lune.

Résultats scientifiques
Les images transmises par Mariner 6 et 7 furent bien plus importantes en taille que celle de Mariner 4 (5,26 milions de bits contre 240000 bits). Le débit élévé de 16200 bps des sondes jumelles permit d'assurer la transmission de chaque image en moins de 5 minutes, contre 8 heures pour l'envoi d'une seule photo de Mariner 4.

Les sondes jumelles étaient exclusivement consacrées à l'observation planétaire. Aucune expérience n'était prévue pour étudier le milieu interplanétaire entre la Terre et Mars, comme c'était le cas avant. Au total, le tandem Mariner 6/Mariner 7 a obtenu 143 vues d'ensemble du globe martien et 59 images détaillées de sa surface. Ces clichés couvraient 10% de la surface martienne.
La calotte glaciaire a été observée avec succès par Mariner 7. Le spectromètre infrarouge y a notamment détecté du méthane et de l'ammoniac. A l'époque, l'origine de ces deux composés n'écartait pas la piste biologique. Mais les bandes d'absorption de ces gaz sont en fait dues à la présence de dioxyde de carbone solide. La température mesurée aux alentours de la calotte polaire était de -118°C.
Le spectromère ultraviolet n'a détecté aucune trace d'azote dans l'atmosphère martienne, mais il a mis en évidence du monoxyde de carbone et un cocon d'hydrogène autour de Mars. Les déviations que les sondes jumelles ont subies lors du survol ont permis de donner de nouvelles valeurs encore plus précises à la masse de Mars, à son rayon et à sa forme.

 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.