La sonde TGO scrute les cycles et les changements climatiques de Mars

L'université de Berne, en Suisse, a rendu publique une image acquise par la caméra Cassis du satellite européen TGO (Trace Gas Orbiter), montrant InSight sur le sol martien, depuis le 26 novembre 2018. On y voit le site d’atterrissage du lander de la NASA dans la région d'Elysium Planitia, entouré par son parachute et son bouclier thermique, largués avant l'atterrissage. Au milieu du cratère, noirci par l'allumage des rétrofusées, apparaît un pixel blanc : c'est l'atterrisseur américain InSight. Mais il faut un œil vraiment très exercé pour discerner l'engin !
Et pour cause, la caméra Cassis n'a pas été conçue pour réaliser des vues en très haute résolution. À la différence de la caméra HiRise de la sonde MRO de la NASA, qui permet de voir des rochers de moins d'un mètre, Cassis a une résolution maximale de seulement cinq mètres par pixel.
À ceux qui s'étonnent qu'une caméra aussi récente n'offre pas plus de détails, il faut savoir que ce n'est pas le but recherché par Cassis. Cette caméra se différencie des autres, plus performantes en terme de résolution, par une meilleure couverture spatiale de la surface. Ainsi, elle permet de suivre l'évolution de la surface de Mars au fil des saisons et en plus, en 3D. C'est là où se situe l'innovation, car les autres caméras de cette résolution n'ont pas de mode stéréo et sont obligées de repasser au même endroit pour permettre de reconstruire la topographie. Avec Cassis, la topographie est calculée systématiquement à une résolution 10 fois supérieure à la topographie existante.
Jusqu'à présent, Cassis a acquis environ 5400 images dont 1580 paires stéréos. Ces images stéréos permettent de reconstruire la topographie ou relief de la surface et d'avoir une vue en 3D de la surface de Mars. Ces images anaglyphes sont visibles sur le site de l'ESA avec des lunettes adaptées (filtres de couleurs rouge et bleu).
Ces données brutes ne sont pas simples à manipuler car elles comprennent les framelets qui sont des portions de l'image finale et pour chaque image finale, il y a environ 50 à 100 framelets pour chaque canaux (4 canaux). Ainsi contrainte, l'équipe de la caméra doit travailler sur le traitement des données pour pouvoir produire semi-automatiquement et donc rapidement les images en couleur dans un format accessible pour tout le monde.
D'un point de vue scientifique, les premiers résultats vont apparaître dans l'année avec un catalogue de plusieurs milliers d'images à étudier. Le retour scientifique le plus intéressant sera celui concernant les informations sur la répartition saisonnière des glaces sur la surface relevées grâce aux canaux couleur de Cassis. Ces informations peuvent expliquer pourquoi nous voyons des activités sur la surface actuellement comme, par exemple, les coulées dans les ravines, plus connues sous le nom de gullies. Concernant la glace, Cassis a déjà contribué à une étude sur les couches dans la calotte sud de Mars qui révèle des indices des cycles climatiques sur Mars, un résultat important pour mieux comprendre la planète.


Source : futura-sciences.com
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.