La sonde arabe Hope capture le spectromètre ultraviolet de Mars

Sylvie Montard - 13 mars 2021


Images en fausses couleurs de l'instrument EMUS. Le violet et le bleu montrent la réflexion de la lumière du soleil des atomes d'hydrogène entourant Mars. Le vert montre la réflexion de la lumière du soleil sur les atomes d'oxygène de la haute atmosphère. L'orange montre des électrons énergétiques faisant briller d'autres atomes d'oxygène. Le rouge montre une combinaison d'émissions provenant de molécules de monoxyde de carbone. (Crédit: Emirates Mars Mission / EMUS)
 
La sonde Hope de la Emirates Mars Mission (EMM) est la première exploration interplanétaire entreprise par un pays arabe. Elle a franchi une étape importante le 20 février 2021 avec le retour des premières images scientifiques du spectromètre ultraviolet EMUS, l'un des trois instruments scientifiques à bord de la sonde.
 
Le Centre spatial Mohammed bin Rashid (MBRSC) a publié ces images le 9 mars 2021, un mois jour pour jour depuis la mise en orbite de la sonde Hope autour de Mars. « Nous sommes très heureux de passer en orbite scientifique et de débuter la collecte des données planétaires », déclare Hessa Al Matroushi, responsable scientifique de l'EMM.

Le spectromètre infrarouge EMIRS mesure l'énergie infrarouge thermique émise par la surface de Mars (rangée du haut) et son interaction avec l'atmosphère martienne (rangée du bas). (Crédit: Emirates Mars Mission/EMIRS)

EMUS est le premier instrument en orbite autour de Mars capable de mesurer toutes les longueurs d'ondes ultraviolettes. La première série d'images a été collecté à une altitude orbitale de 36000 km. Chaque image en fausses couleurs représente la lumière collectée à une longueur d'onde ultraviolette différente, fournissant des informations sur la composition de la haute atmosphère de Mars.
 
Le spectromètre EMUS mesure donc les caractéristiques globales et la variabilité de l'hydrogène et de l'oxygène dans la haute atmosphère de Mars, jusqu'à la frontière avec le vide de l'espace. Les images obtenues par la sonde Hope montrent le signal mesuré de la lumière du soleil diffusée par l'hydrogène et l'oxygène, et par les émissions de monoxyde de carbone dans la thermosphère de Mars, produites par la dégradation de vapeur d'eau et du dioxyde de carbone dans l'atmosphère.


Hope Probe Instrument highlight (Credit: MBRSC)

Les observations d'EMUS permettent de mieux comprendre les interactions entre la haute et la basse atmosphère de Mars, et d'expliquer la disparition progressive de l'atmosphère martienne dans l'espace. « La similitude de ces premières images par rapport à nos modèles de simulation m'impressionne. Mais si nous pouvons prédire de nombreux aspects de l'atmosphère de Mars, il existe de nombreuses inconnues qui seront étudiées tout au long de la mission », affirme le Dr Greg Holsclaw, spécialiste des instruments EMUS.
 
« Nous avons déjà rassemblé quelque 60 Go de données à partir des instruments de Hope », ajoute Hessa Al Matroushi. « Parallèlement aux premiers flux de données d'EMUS et de son instrument compagnon EMIRS, nous avons également pu prendre une gamme d'images très détaillées de la planète à l'aide de notre imageur EXI, aidés par le fait que lorsque nous sommes à notre point le plus proche de notre orbite, nous sommes du côté ensoleillé de Mars ».
 

Source: marsdaily.com
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.