Le site d'éjection de cette météorite martienne est désormais connu

Sylvie Montard - 15 juillet 2022



 
Les météorites martiennes fournissent des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de la planète rouge, qui pourraient aussi nous renseigner sur les conditions de formation de la croûte terrestre. Encore faut-il connaître leur contexte géologique d’origine.
 
D’où l’intérêt des résultats publiés le 12 juillet 2022 dans la revue Nature Communications, par une équipe internationale impliquant des chercheurs du CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Leurs travaux ont permis de localiser le site d’éjection de la plus ancienne roche d’origine martienne connue, la météorite Black Beauty.


La météorite Black Beauty fascine les scientifiques depuis plus de dix ans. Crédit : NASA

Surnommée Black Beauty, la météorite martienne NWA 7034 est âgée d'environ 4,4 milliards d’années. A ce jour, il s'agit de la plus ancienne météorite martienne, découverte au Maroc en 2011, dan la région de Bir Anzarane. Les scientifiques s'y intéressent beaucoup car c'est la seule météorite martienne bréchique (composée de plusieurs fragments de roche) jamais trouvée.
 
Localiser le lieu d'origine d'une météorite expulsée de la planète Mars peut paraître compliqué. Mais c'est l'exploit que vient de réaliser une équipe de chercheurs internationaux, dirigée par l’Université australienne Curtin.


Black Beauty a probablement été éjectée il y a environ 5 millions d'années, avant de traverser l'espace et de rencontrer l'orbite de la Terre. Crédits : Anthony Lagain / Curtin University

Jusqu'à présent, l'Homme n'est pas parvenu à ramener sur Terre une roche d'une autre planète. D'où l'intérêt d'étudier des météorites comme NWA 7034, qui s'est retrouvée projetée dans l'espace suite à l'impact d'un astéroïde sur la planète Mars, avant de croiser l'orbite de notre planète.
 
Un tel cataclysme a formé un cratère immense à la surface de Mars. Pour identifier le point d’origine de cette météorite, les astronomes ont donc examiné des cratères suffisamment grands et identifiables grâce aux sondes en orbite autour de Mars.


Il y a plusieurs millions d'années, l'impact d'un gros astéroïde sur Mars a éjecté une grande quantité de roches pulvérisées dans l'espace, donnant naissance à la météorite NWA 7034. Crédit : Joe Tucciarone

Les météorites martiennes ramassées sur Terre ont probablement été éjectées de leur planète il y a vingt millions d’années maximum. Il est en effet peu probable qu’un morceau de roche extrait de la surface d’une planète évolue sur une orbite stable avant de prendre le large ensuite.
 
D’autre part, les astronomes sont partis du principe qu’un cratère doit avoir plus de trois kilomètres de diamètre pour éjecter des roches au-dessus de la vitesse d’échappement. Nous sommes aujourd’hui capables de mesurer la taille du cratère avec précision grâce à nos satellites en orbite autour de Mars. Cependant, définir l’âge de ces cratères est une entreprise plus compliquée. Pour ce faire, les chercheurs ont développé une nouvelle méthode.


Définir l'âge d'un cratère martien est un exercice difficile pour les scientifiques. Crédit : NASA

Concrètement, les gros impacts projettent des roches à différentes vitesses. Celles en dessous de la vitesse d’échappement produisent alors des cratères secondaires autour du site initial, puisqu’elles retombent en surface. Les petits cratères sont généralement rapidement comblés par la poussière à cause des tempêtes. Ainsi, les astronomes considèrent qu’un grand cratère entouré de plus petits est considéré comme nouvellement formé.
 
Pour ces travaux, les chercheurs ont développé un fichier de 94 millions de cratères martiens et lancé une recherche permettant d’identifier l’emplacement des impacts secondaires situés autour de grands cratères. Grâce à cette méthode, ils ont identifié dix-neuf structures répondant aux critères, mais un seul d’entre eux se trouvait sur un site proposant des concentrations de thorium, de fer et de potassium correspondant à celles de la météorite Black Beauty.


Le cratère d'impact Karratha se situe dans le quadrilatère Memnonia de Mars. Il a été nommé ainsi en 2021 d'après la ville de Karratha, en Australie occidentale. Crédit : NASA/MRO

Par ailleurs, celle-ci conserve encore des traces du champ magnétique martien disparu depuis longtemps depuis sa formation. Or, ce fameux cratère (nommé Karratha) se trouve dans l’une des rares parties de Mars à magnétisation similaire. D’après les chercheurs, cette météorite a probablement été expulsée de sa planète il y a environ cinq millions d’années.
 
Le cratère Karratha se trouve près de Tharsis, une région abritant quelques-uns des plus grands volcans du Système solaire. C’est également à cet endroit que la croûte martienne est la plus épaisse. C’est probablement la région la plus intéressante dans le cadre de l’étude de l’évolution précoce de la croûte martienne. Cette région constitue en effet une véritable fenêtre sur l’environnement le plus ancien des planètes, y compris la Terre, que notre planète a perdue à cause de la tectonique des plaques et de l’érosion.


Source: sciencepost.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.