Séisme record : le "Big One" martien s'est enfin produit

Sylvie Montard - 10 mai 2022


Ce spectrogramme montre le plus grand tremblement de terre jamais détecté sur une autre planète. Ce séisme a été découvert par l'atterrisseur InSight le 4 mai 2022. Crédits : NASA/JPL-Caltech/ETH Zurich.

 
L'équipe de la sonde InSight vient de vivre un évènement scientifique majeur. Après plus de trois années d'écoute sur la planète rouge, l'atterrisseur de la NASA qui a pour mission de mesurer l'activité souterraine de Mars a enregistré un séisme record, nettement plus intense que les précédents. Il s'est produit le 4 mai 2022, lors du 1222ème jour martien de la mission d'InSight.
 
InSight a été envoyé sur Mars avec un sismomètre très sensible, fourni par le Centre National d'Études Spatiales (CNES) français, pour étudier les entrailles de la planète. Lorsque les ondes sismiques traversent ou réfléchissent les matériaux de la croûte, du manteau et du noyau de Mars , elles aident les sismologues à déterminer la profondeur et la composition de ces couches. Cet enseignement sur la structure interne de Mars permettra aux scientifiques de mieux comprendre la formation des planètes telluriques (rocheuses), dont la Terre et la Lune.


Vue en coupe du sismomètre SEIS d'InSight. De l'extérieur vers le centre, on distingue le bouclier thermique, l'enveloppe de protection thermique, puis l'enceinte de confinement sphérique qui protège les pendules. Le berceau de mise à niveau motorisé ainsi que les capteurs de courte période sont également visibles. Crédits: IPGP/David Ducros.

« Depuis que nous avons posé sur Mars notre sismomètre en décembre 2018, nous attendons "le Big One", a déclaré Bruce Banerdt, chercheur principal d'InSight au Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie du Sud. Ce séisme offrira une vue interne sur la planète comme aucun autre. Les scientifiques analyseront ces données pour apprendre de nouvelles choses sur Mars dans les années à venir. »
 
Depuis son arrivée dans la plaine d’Elysium Planitia, InSight a enregistré 1313 tremblements de terre, mais la plupart d'entre eux avaient une magnitude inférieure à 2. Deux tremblements de terre se sont toutefois démarqués des autres, le 25 août et le 18 septembre 2021, avec des magnitudes respectives de 4,2 et 4,1. Le séisme du 4 mai 2022 surpasse largement les précédents, avec une magnitude estimée à 5 !


Crédit: Horleston

Dans le schéma ci-dessus, on aperçoit l'épicentre des différents séismes enregistrés par InSight. Jusqu'à présent, tous les séismes enregistrés avaient leurs sources proches de la sonde, représentées par les points noirs. Les deux séismes de magnitude supérieure à 4 et enregistrés à la fin de l'été 2021 sont localisés beaucoup plus loin. l'un est localisé dans la région de Valles Marineris (tirets blancs). Le second est moins facile à repérer et tombe dans la zone blanchie. La localisation du séisme du 4 mai 2022 n'a pas encore été déterminée.
 
Sur Terre, un séisme de magnitude 5 est considéré comme un tremblement de terre d'intensité moyenne. Mais sur Mars, cette magnitude est proche de ce que les scientifiques espéraient observer lors de la mission d'InSight. Ils vont désormais devoir étudier plus en détail ce nouveau séisme pour déterminer sa localisation et son origine. Le "Big One" martien devrait également apporter prochainement de nouvelles révélations sur la structure interne de Mars.


Ce sismogramme montre le plus grand tremblement de terre mesuré sur Mars par la sonde InSight, dans les dernières heures du 4 mai 2022. Crédits : NASA/JPL-Caltech.


 
Source: mars.nasa.gov
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.