Le rover Zhurong prouve que l'eau a coulé beaucoup plus récemment sur Mars

Sylvie Montard - 15 mai 2022


Crédit: CNSA

 
Les scientifiques admettent que Mars était une planète humide il y a trois à quatre milliards d'années, pendant la période hespérienne. Mais les nouvelles données recueillies dans la plaine d'Utopia Planitia par la mission chinoise nous racontent pourtant une autre histoire. Les détails de l’étude ont été publiés dans la revue Science Advances le 11 mai 2022.
 
A l'aube de l'histoire de notre système solaire, Mars n’était pas la planète sèche et froide que l’on connaît aujourd’hui. De l’eau liquide façonnait autrefois ses paysages, abritée par une épaisse atmosphère. Jusqu’à présent, nous pensions que la planète s’était asséchée il y a environ trois milliards d’années. Cependant, de plus en plus de preuves laissent à penser que cette eau liquide pourrait avoir persisté bien plus longtemps.



Il y a quelques mois, une analyse des grands gisements de sel sur Mars suggérait en effet que des étangs d’eau liquide existaient encore sur la planète rouge il y a 2,3 milliards d’années, soit près d’un milliard d’années de plus qu’on ne le croyait auparavant. De nouvelles données recueillies par la mission chinoise Tianwen-1 retardent une fois de plus cette échéance.
 
Ces nouveaux résultats sont basés sur les données du rover Zhurong, qui évolue sur Mars depuis environ un an, recueillies par ses instruments au cours de ses 92 premiers jours martiens. Selon l’équipe, ses instruments auraient analysé des minéraux qui soutenaient la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.


Les instruments de Zhurong ont analysé les roches et les minéraux à la surface de la plaine Utopia Planitia, prouvant que de l'eau liquide coulait sur Mars il y a 700 milions d'années. Crédit: CNSA

Autrement dit, les chercheurs ont relevé des preuves trahissant la présence d’eau liquide enfermée dans la roche dans un passé relativement récent, du moins par rapport à ce qui avait été précédemment envisagé dans d’autres études scientifiques. Jusqu’à présent, nous pensions en effet que la période amazonienne (l’actuelle période géologique martienne) avait toujours été froide et sèche.
 
Le rover Zhurong évolue du côté d’Utopia Planitia, une vaste étendue formée suite à l’impact d’un objet il y a plusieurs milliards d’années. Les chercheurs chinois ont jeté leur dévolu sur ce site, car la surface du bassin est principalement recouverte de matière volcanique qui aurait pu être modifiée par des processus récents, tels que le gel et le dégel répétés de la glace. Cette nouvelle étude semble ainsi conforter leur choix. La prochaine étape sera de connaître l’étendue de ces « jeunes » minéraux aquifères, et de savoir si ils sont communs.



Cette nouvelle découverte soulève également de nouvelles questions sur la vie martienne. Nous savions déjà que cette vie, si tant est qu’elle soit apparue, aurait eu le temps de se développer sous forme microbienne il y a entre trois et quatre milliards d’années. S’il s’avère que la présence d’eau liquide a persisté plus longtemps qu’on ne le pensait, alors celle-ci aurait possiblement eu le temps de se complexifier.
 

Source: sciencepost.fr
 
   
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
   
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.
 
 
Une météorite martienne suggère que la planète rouge se serait formée très vite, et que l’atmosphère aurait évolué d’une manière mystérieuse.
   
 
Malgré des conditions hivernales rudes et un capteur défaillant, Ingenuity est parvenu à effectuer un déplacement supplémentaire, le 29ème, pour se rapprocher du rover Perseverance.
 
 
Le rover Perseverance gravit peu à peu le delta de l'ancienne rivière qui se jetait autrefois dans le cratère Jezero. Le 13 juin 2022, il a photographié un étrange objet coincé contre un rocher.
 
 
Avec ses paysages orange-brun s'étendant à perte de vue, Mars n'est pas réputée pour son apparence colorée. Mais certains reliefs sont néanmoins riches en couleurs selon les normes martiennes.
 
 
Cette animation interactive, composées de photos prises par Ingenuity le 20 avril 2022, permet d’explorer le lieu où la coque et le bouclier de Perseverance se sont écrasés sur le sol de Mars.
 
 
Perseverance a débuté l'exploration des roches sédimentaires de l'ancien delta du cratère Jezero. L'érosion des vents de Mars donnent parfois aux reliefs des formes insolites.
 
 
Comment choisir une roche sur Mars ? Parfois, ce n'est pas nécessaire, c'est elle qui vous choisit. Depuis 4 mois, Perseverance a un compagnon de route inattendu, installé dans l'une de ses roues.
 
 
En 15 mois d'exploration dans le cratère Jezero, le rover Perseverance a observé quotidiennement des "diables de poussière", confirmant l'activité intense de ce phénomène dans cette région.
 
 
Une nouvelle étude montre comment les futurs habitants de la planète rouge pourraient s'appuyer sur une source d'énergie solaire ou nucléaire, selon l'endroit où ils s'installent.
 
 
Les paréidolies martiennes remonte à 1877, quand les astronomes aperçoivent dans leur télescope des canaux. Internet a boosté cette tradition à trouver des formes dans les roches de Mars.