Le rover Rosalind-Franklin a passé une série de tests concluants

La virée sur Mars n'a rien d'une promenade de santé. Une température extérieure de -120°C, des circuits électroniques qui devront fonctionner à -50°C et sous une pression 100 fois moindre que sur Terre...Des conditions extrêmes que devra pourtant supporter le rover Rosalind-Franklin de l'ESA. Pour le préparer à cette rude épreuve scientifique, le robot a subi une série de tests afin d'évaluer sa résistance au climat de Mars. C'est à Toulouse, sur le site de l'avionneur Airbus que le rover a été éprouvé. L'engin a été soumis à plusieurs chocs thermiques, secoué sous vide, exposé à des concentrations importante de dioxyde de carbone...Et il s'en est bien sorti, les ingénieurs ayant validé cette rigoureuse campagne d'essais environnementaux simulant les conditions que Rosalind-Franklin connaîtra dans l'espace et sur Mars.
Pour autant, il n'est pas encore prêt à partir. L'engin va désormais entrer dans une phase de vérification finale de ses systèmes. Elle consistera à s'assurer de l'alignement de ses instruments et de ses systèmes intégrés. Le rover sera ensuite envoyé à Cannes, chez Thales Alenia Space, pour une ultime vérification des interfaces avec la plate-forme de surface et son module de descente. Une fois que ces opérations seront achevées, le rover sera dirigé vers son site de lancement, à Baïkonour au Khazakhstan.


Source : sciencesetavenir.fr
 
   
 



Créer un site
Créer un site