Que ferons-nous des morts sur Mars ?

Il n’aura échappé à personne que des agences publiques, comme la NASA, et privées, comme SpaceX, ambitionnent de s’établir durablement sur Mars. Envoyer des Hommes sur la planète rouge ne sera pas facile. Nous allons en effet devoir surmonter les plus grands défis techniques de notre histoire. Mais il y a des sujets dont on parle moins, et qui sont pourtant très importants, comme la mort. En effet, sur une planète aussi lointaine, celles et ceux qui seront sur place devront aussi y laisser leur vie. Mais une question se pose alors : que faire des corps ?
Sur Mars comme sur Terre, nous aurons probablement des approches respectueuses des défunts. Mais encore faut-il y réfléchir. En ce sens, le bio-ingénieur JJ Hastings, qui a participé à une mission martienne simulée à Hawaï, s’est associé à la styliste Pia Interlandi, spécialisée dans la conception de vêtements d’enterrement biodégradables. Le but : conceptualiser le processus de mort et de deuil sur Mars d’une manière qui s’aligne sur nos sensibilités humaines. Ensemble, ils ont alors imaginé des vêtements de mort martiens capables à la fois de rendre hommage aux défunts, mais également de permettre aux proches de pouvoir vivre le processus de deuil.
Ceux-ci se composeraient en quatre couches fabriquées à partir de protéines de soie biodégradables. La première couche serait un sous-vêtement blanc qui reposerait directement sur le corps du défunt. Au-dessus de cette couche de base viendrait ensuite se placer une deuxième couche, censée être plus décorative.  La troisième couche de vêtement, très légère, viendrait ensuite couvrir le visage du défunt. Enfin un dernier grand voile – une sorte de couverture – viendrait se déposer sur le tout.
Pia Interlandi explique avoir imaginé un vêtement multicouches dans le but de rendre hommage aux rituels funéraires et de deuil de diverses cultures. C’est également, pour elle, une manière beaucoup plus douce de dire au revoir. « La fermeture d’un cercueil est souvent trop brusque, trop dure et trop soudaine, explique-t-elle. Nous devrions suivre un processus au cours duquel nous pourrions lentement voiler le corps du défunt, pour faire nos adieux ».

En revanche sur Mars, une fois le rituel passé, vous ne pouvez pas enterrer les morts, car aucune bactérie ne se chargera de les décomposer. C’est pourquoi les deux compères ont imaginé une seconde phase qui visera grossièrement à “recycler” les cadavres des défunts. Oui, c’est glauque, mais sur Mars vous ne pouvez pas aller faire les courses tous les deux jours. Toutes les ressources seront donc très précieuses. Et des ressources, le corps humain en regorge. Du sel et autres minéraux au carbone, en passant par l’eau et bien plus encore, nos corps sont en effet constitués de nombreuses matières premières qui pourraient être réutilisées par les colons martiens.
Le projet de Hastings et Interlandi ne dévoile pas énormément de détails à ce sujet, mais nous savons qu’ils explorent le processus d’hydrolyse alcaline. Sur Terre, c’est une alternative à l’enterrement et à la crémation. La technique (légale dans certains états des États-Unis et au Canada) consiste essentiellement à placer le corps des défunts dans un bain chimique composé de potassium et de sodium, puis à le chauffer à une température oscillant entre 95 et 150 °C. Le processus, qui dure entre 5 à 10 heures, dissout alors les protéines, le sang et la graisse présents à l’intérieur du corps.
Au final, il ne reste qu’un liquide couleur café. Les restes qui n’ont pu être dissous, comme les fragments d’os, sont ensuite réduits en cendres grâce au même procédé que celui des crématoriums. L’ensemble du processus paraît macabre, mais la minimisation des déchets sera un aspect très important de la durabilité d’une colonie sur Mars. Et selon Pia Interlandi, une fois la liquéfaction des corps opérée, les restes pourraient également être utilisés comme engrais pour nourrir les plantes en croissance. Sur Mars, rien ne se perd.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.