Que ferons-nous des morts sur Mars ?

Il n’aura échappé à personne que des agences publiques, comme la NASA, et privées, comme SpaceX, ambitionnent de s’établir durablement sur Mars. Envoyer des Hommes sur la planète rouge ne sera pas facile. Nous allons en effet devoir surmonter les plus grands défis techniques de notre histoire. Mais il y a des sujets dont on parle moins, et qui sont pourtant très importants, comme la mort. En effet, sur une planète aussi lointaine, celles et ceux qui seront sur place devront aussi y laisser leur vie. Mais une question se pose alors : que faire des corps ?
Sur Mars comme sur Terre, nous aurons probablement des approches respectueuses des défunts. Mais encore faut-il y réfléchir. En ce sens, le bio-ingénieur JJ Hastings, qui a participé à une mission martienne simulée à Hawaï, s’est associé à la styliste Pia Interlandi, spécialisée dans la conception de vêtements d’enterrement biodégradables. Le but : conceptualiser le processus de mort et de deuil sur Mars d’une manière qui s’aligne sur nos sensibilités humaines. Ensemble, ils ont alors imaginé des vêtements de mort martiens capables à la fois de rendre hommage aux défunts, mais également de permettre aux proches de pouvoir vivre le processus de deuil.
Ceux-ci se composeraient en quatre couches fabriquées à partir de protéines de soie biodégradables. La première couche serait un sous-vêtement blanc qui reposerait directement sur le corps du défunt. Au-dessus de cette couche de base viendrait ensuite se placer une deuxième couche, censée être plus décorative.  La troisième couche de vêtement, très légère, viendrait ensuite couvrir le visage du défunt. Enfin un dernier grand voile – une sorte de couverture – viendrait se déposer sur le tout.
Pia Interlandi explique avoir imaginé un vêtement multicouches dans le but de rendre hommage aux rituels funéraires et de deuil de diverses cultures. C’est également, pour elle, une manière beaucoup plus douce de dire au revoir. « La fermeture d’un cercueil est souvent trop brusque, trop dure et trop soudaine, explique-t-elle. Nous devrions suivre un processus au cours duquel nous pourrions lentement voiler le corps du défunt, pour faire nos adieux ».

En revanche sur Mars, une fois le rituel passé, vous ne pouvez pas enterrer les morts, car aucune bactérie ne se chargera de les décomposer. C’est pourquoi les deux compères ont imaginé une seconde phase qui visera grossièrement à “recycler” les cadavres des défunts. Oui, c’est glauque, mais sur Mars vous ne pouvez pas aller faire les courses tous les deux jours. Toutes les ressources seront donc très précieuses. Et des ressources, le corps humain en regorge. Du sel et autres minéraux au carbone, en passant par l’eau et bien plus encore, nos corps sont en effet constitués de nombreuses matières premières qui pourraient être réutilisées par les colons martiens.
Le projet de Hastings et Interlandi ne dévoile pas énormément de détails à ce sujet, mais nous savons qu’ils explorent le processus d’hydrolyse alcaline. Sur Terre, c’est une alternative à l’enterrement et à la crémation. La technique (légale dans certains états des États-Unis et au Canada) consiste essentiellement à placer le corps des défunts dans un bain chimique composé de potassium et de sodium, puis à le chauffer à une température oscillant entre 95 et 150 °C. Le processus, qui dure entre 5 à 10 heures, dissout alors les protéines, le sang et la graisse présents à l’intérieur du corps.
Au final, il ne reste qu’un liquide couleur café. Les restes qui n’ont pu être dissous, comme les fragments d’os, sont ensuite réduits en cendres grâce au même procédé que celui des crématoriums. L’ensemble du processus paraît macabre, mais la minimisation des déchets sera un aspect très important de la durabilité d’une colonie sur Mars. Et selon Pia Interlandi, une fois la liquéfaction des corps opérée, les restes pourraient également être utilisés comme engrais pour nourrir les plantes en croissance. Sur Mars, rien ne se perd.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.