Phoenix

Caractéristiques
Comme le Phénix, cet animal mythique qui renaît de ses cendres, la sonde américaine Phoenix est la réincarnation de deux anciennes sondes : Mars Polar Lander et Mars Surveyor 2001. La première s'est écrasée à l'atterrissage en 1999 et la seconde n'a jamais été lancée suite à ce terrible échec... L'atterrisseur Phoenix a été en quelque sorte bricolé à partir des éléments restants de ses deux ancêtres.
En phase de croisière vers Mars, l'atterrisseur était protégé par un bouclier thermique dans lequel il a été inséré, comme dans un cocon protecteur. L'étage de croisière fournissait l'énergie nécessaire aux systèmes de vol (ordinateur de bord, moteurs pour les changements de trajectoire etc...) grâce à des panneaux solaires. Au décollage, c'était plus de 670 kg qui furent envoyés vers Mars.
L'atterrisseur Phoenix possédait plusieurs instruments scientifiques :
- Un bras robotique qui lui permettait de creuser jusqu'à 50 cm de profondeur dans le sol martien et également de récolter des fragments de glace.
- Une caméra CCD fixée sur le bras robotique, pour photographier les échantillons de sol collectés et aussi les roches et les surfaces environnantes.
- Une caméra SSI (Surface Stereoscopic Imager) située en haut d'un mât et constituée de deux caméras CCD à haute résolution. Les images réalisées ont permis de comprendre la géologie du site et de choisir les meilleures zones pour prélever des échantillons.
- Un instrument TEGA (Thermal and Evolved-Gas Analyser) composé de 8 fours qui porte chaque échantillon de sol prélevé à 1000°C, et d'un spectromètre de masse qui déterminait la nature des éléments chimiques contenus dans le gaz  issu de la cuisson de l'échantillon.
- Un instrument MECA (Microscopy, Electrochemistry and Conductivity Analyser) composé de deux microscopes, quatre béchers d'analyses chimiques situés sur la plate-forme de l'atterrisseur, et une sonde, située à l'extrémité du bras robotisé, destinée à mesurer la conductivité du sol, sa teneur en eau et ses caractéristiques thermiques.
- Une station météo qui renseignait sur la structure des nuages et la taille des particules.
- Une caméra de descente située sous la sonde pour prendre des images grand angle en couleur du site d'atterrissage.


 
Déroulement de la mission
Cet atterrisseur s'est posé sur Mars le 25 mai 2008, à proximité de la calotte polaire Nord, dans la région de Vastitas Borealis où de vastes stocks de glace ont été détectés sous la surface. Il s'agit d'une plaine dont la température avoisine les -100°. L'atterrisseur étudia la météo des pôles et a pu photographier le paysage qui l'entourait en relief. Très classiquement, et dans la droite ligne des priorités de l'agence spatiale américaine pour l'exploration de Mars, Phoenix a aussi cherché l'eau liquide qui a pu exister dans l'arctique martien. Durant les 90 sols de sa mission, Phoenix a donc creusé le sol de Mars, analysé les différentes couches du pergélisol et étudié l’évolution de l’atmosphère martienne au dessus d’elle. Le facteur déterminant de sa mission fut la quantité de poussière accumulée sur les panneaux solaires. Cette poussière s’accumulait de jour en jour sur les panneaux solaires.


 
Résultats scientifiques
Phoenix a permis de confirmer le 31 juillet 2008 la présence d'eau gelée sur le sol martien du pôle nord grâce à l'analyse d'un échantillon prélevé par le bras robotique de la sonde relevant des vapeurs dégagées par la chaleur. L'existence de cette glace d'eau était déjà connue grâce aux observations de 2001 Mars Odyssey.
Courant 2010, la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a pris une photo du site d'atterrissage de Phoenix et constaté qu'elle a perdu un panneau solaire (qui a probablement cédé sous le poids de la glace) et qu'elle est totalement sombre donc probablement recouverte de poussière.
La dernière communication établie entre la Terre et la sonde Phoenix date du 2 novembre 2008. Elle est depuis considérée officiellement comme perdue. Sa mission aura au final duré plus de cinq mois.

 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.