Phobos pourrait nous en dire plus sur l'atmosphère passée de Mars


 
Phobos, l'une des deux lunes martiennes, a encore beaucoup de mystères à lever. Une récente étude publiée le 1er février 2021 dans la revue Nature Geoscience démontre que la surface du petit satellite pourrait nous renseigner sur la composition de l'atmosphère passée de Mars. Les scientifiques ont comparé les connaissances acquises sur notre Lune, et ce qu'elle a reçu de l'atmosphère terrestre. Les molécules transportés par les ions qui s'échappe de notre atmosphère sont détectables dans le régolithe lunaire, cette couche de roches située sous la poussière tapissant le sol de notre satellite.
 
Selon les chercheurs, le couple Mars-Phobos connaît très probablement une situation semblable. A l'époque où Mars a massivement perdu son atmosphère, la planète rouge a bombardé d'ions son plus proche satellite. Le régolithe de Phobos contient donc sûrement des traces moléculaires de l’atmosphère passée de Mars. Mais la grande inconnue aujourd'hui reste l'âge exact de Phobos. Elle pourrait tout aussi bien avoir quelques centaines de millions d'années, comme être âgée de 3,5 milliards d'années.
Largement soutenue par la NASA, cette étude montre que l'orbite de Phobos a traversé un flux d’éléments chargés qui auraient quitté l’atmosphère martienne. De plus, le satellite martien présente toujours la même face vers Mars, comme la Lune face à la Terre. La surface de cette partie exposée a donc reçu une quantité importante d'ions.
C'est grâce à la sonde MAVEN (Mars Atmosphere and Volatile EvolutioN), lancée par la NASA en 2013 pour étudier l’atmosphère de Mars, que les scientifiques ont pu valider de telles conclusions. MAVEN a en effet traversé à plusieurs reprises l'orbite de Phobos, permettant à son instrument STATIC d'analyser la composition des ions thermiques du satellite de Mars.
Idéalement, il serait utile d'étudier des échantillons directement prélevés à la surface de Phobos, de la même manière que certaines météorites martiennes trouvées sur Terre et analysées en laboratoire.
C'est ce que va tenter de faire la future mission Martian Moons Exploration (MMX), menée par la Jaxa (Japon), le Cnes (France) et le DLR (Allemagne). Son lancement pourrait avoir lieu en 2024, avec un retour d’échantillon à l’horizon 2029.

   
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.