Phobos pourrait nous en dire plus sur l'atmosphère passée de Mars


 
Phobos, l'une des deux lunes martiennes, a encore beaucoup de mystères à lever. Une récente étude publiée le 1er février 2021 dans la revue Nature Geoscience démontre que la surface du petit satellite pourrait nous renseigner sur la composition de l'atmosphère passée de Mars. Les scientifiques ont comparé les connaissances acquises sur notre Lune, et ce qu'elle a reçu de l'atmosphère terrestre. Les molécules transportés par les ions qui s'échappe de notre atmosphère sont détectables dans le régolithe lunaire, cette couche de roches située sous la poussière tapissant le sol de notre satellite.
 
Selon les chercheurs, le couple Mars-Phobos connaît très probablement une situation semblable. A l'époque où Mars a massivement perdu son atmosphère, la planète rouge a bombardé d'ions son plus proche satellite. Le régolithe de Phobos contient donc sûrement des traces moléculaires de l’atmosphère passée de Mars. Mais la grande inconnue aujourd'hui reste l'âge exact de Phobos. Elle pourrait tout aussi bien avoir quelques centaines de millions d'années, comme être âgée de 3,5 milliards d'années.
Largement soutenue par la NASA, cette étude montre que l'orbite de Phobos a traversé un flux d’éléments chargés qui auraient quitté l’atmosphère martienne. De plus, le satellite martien présente toujours la même face vers Mars, comme la Lune face à la Terre. La surface de cette partie exposée a donc reçu une quantité importante d'ions.
C'est grâce à la sonde MAVEN (Mars Atmosphere and Volatile EvolutioN), lancée par la NASA en 2013 pour étudier l’atmosphère de Mars, que les scientifiques ont pu valider de telles conclusions. MAVEN a en effet traversé à plusieurs reprises l'orbite de Phobos, permettant à son instrument STATIC d'analyser la composition des ions thermiques du satellite de Mars.
Idéalement, il serait utile d'étudier des échantillons directement prélevés à la surface de Phobos, de la même manière que certaines météorites martiennes trouvées sur Terre et analysées en laboratoire.
C'est ce que va tenter de faire la future mission Martian Moons Exploration (MMX), menée par la Jaxa (Japon), le Cnes (France) et le DLR (Allemagne). Son lancement pourrait avoir lieu en 2024, avec un retour d’échantillon à l’horizon 2029.

   
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.