Perseverance produit sur Mars autant d'oxygène qu'un jeune arbre

Sylvie Montard - 1er septembre 2022



 
Voilà 18 mois que Perseverance arpente le sol martien, avec à son bord toute une série d'instruments et de matériel expérimental, dont une petite boîte nommée Moxie (pour Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment). L'instrument est certainement passé inaperçu face aux nouvelles découvertes réalisées par le rover martien de la NASA. Son rôle est pourtant crucial pour la préparation d'une potentielle mission habitée sur la planète rouge.
 
Car si l'absence d'oxygène libre dans l'atmosphère de Mars ne gêne en rien le fonctionnement de Perseverance, ce n'est pas le cas des futurs astronautes, qui auront besoin d'une réserve d'oxygène conséquente pour vivre à la surface de la planète durant plusieurs mois.



Dans cette optique, deux options sont possibles : importer de l'oxygène depuis la Terre, ou produire cet élément directement sur Mars. La première solution étant coûteuse en place et en carburant, les scientifiques du MIT (Massachusetts Institute of Technology) se sont donc penchés sur la deuxième option. C'est ainsi que Moxie a été intégré à Perseverance.
 
Dès l'atterrissage, le petit instrument s'est donc mis à fonctionner et à fabriquer de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs. Il restait cependant à tester le fonctionnement du système au cours du temps, mais également dans des conditions atmosphériques très variables.


Moxie est le premier instrument à produire de l’oxygène sur un autre monde. Crédits : NASA, JPL-Caltech

L'atmosphère martienne est en effet soumise à d'importantes variations, en particulier de température et de densité, notamment entre le jour et la nuit mais également entre les différentes saisons. Au cours de l'année, la densité de l'air peut ainsi varier d'un facteur 2 et la température de 100 °C.
 
Une nouvelle étude, publiée dans Science Advances, fait donc le point sur ces 18 mois de fonctionnement. Et force est de constater que l'opération est plutôt réussie pour Moxie. Lors de chaque test, l'instrument a atteint son objectif de produire six grammes d'oxygène pur par heure, soit l'équivalent de la quantité produite par un petit arbre sur Terre.



Il n'était pourtant pas évident que Moxie arrive à supporter le stress thermique que lui imposait la planète et fonctionne de manière optimale en toutes saisons. L'objectif est désormais de pousser la production d'oxygène à son maximum lors du printemps martien, mais également de tester le fonctionnement de l'appareil à l'aube et au crépuscule, deux moments de la journée où la température change rapidement et de façon notable.
 
Si les derniers tests s'avèrent concluants, ce système pourrait être envisagé, à bien plus grande échelle et fonctionnant de manière continue, pour produire de l'oxygène en amont de l'arrivée d'une mission habitée. L'objectif serait de produire la même quantité que le feraient plusieurs centaines d'arbres. Cela permettrait non seulement de subvenir aux besoins des astronautes, mais également de remplir des réservoirs en prévision de leur retour du Terre.


Source: futura-sciences.com
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.