Opération de la dernière chance pour enfoncer la taupe dans le sol de Mars

Après plus d'un an à tenter de s'enfoncer sans succès dans le sol martien jusqu'à une profondeur de cinq mètres, la taupe d'InSight (surnom de l’instrument HP3), se prépare pour une ultime tentative. À la différence des tentatives précédentes, la NASA a opté pour une stratégie risquée mais qui semble la seule capable de sauver l'expérience. L'idée, testée au JPL, consiste à appuyer sur la taupe avec la pelle mécanique d'InSight de façon à l'enfoncer pour l'aider à passer la zone très friable qui empêcherait la progression. Le risque étant d'abîmer le câble d'alimentation branché à l'endroit où la pelle va appuyer sur la taupe.
Une difficulté qui n'étonne pas la NASA qui, en quarante ans d'exploration robotique de la planète rouge n'a jamais envoyé une sonde pour forer profondément son sol. La NASA a bien envisagé une mission pour forer la glace mais lors de tests sur Terre, elle a été confrontée à de nombreux problèmes techniques au point d'abandonner cette idée. Certes il y a bien eu Phoenix qui s'est posé en mai 2008 au sud de la calotte permanente nord, doté d'un bras robotique capable de prélèvements jusqu'à une profondeur de 50 centimètres. Mais en pratique, le lander s'est contenté d'une dizaine de centimètres. Quant à la foreuse de Curiosity, elle a été conçue pour faire des trous de plus ou moins cinq centimètres, ce qu'elle a pu faire mais avec des ennuis à répétition.
On suivra donc avec intérêt le rover Rosalind Franklin de l'Agence spatiale européenne. Il est doté d'une foreuse qui pourra forer le sous-sol martien jusqu'à une profondeur de deux mètres. Le foret est divisé en quatre segments de 50 centimètres. Pour éviter de bloquer le rover, les deux mètres de profondeur ne seront tentés qu'en toute fin de mission.


Source : futura-sciences.com
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.