Nouvelle théorie pour résoudre le mystère du méthane martien

Assistons-nous au dénouement de l’affaire du méthane martien ? C’est en tout cas l’espoir de John Moores (Université de York, Toronto). Si l’on en croit l’étude qu’il a publiée le 20 août 2019 à la tête d’une collaboration internationale d’astronomes et climatologues, le débat sur la présence ou non de méthane dans l’atmosphère de Mars est clos.
Il avait culminé ces derniers mois avec la mesure du méthane réalisé par le rover Curiosity à la surface de la planète rouge, alors même que la sonde Trace Gas Orbiter (TGO), pourtant ultrasensible, n’en trouvait aucune trace. Lequel de ces deux instruments se trompait ? « Aucun », répondent en substance John Moores et ses collègues dans la revue Geophysical Research Letters. Selon les chercheurs, si TGO, depuis l’orbite, ne mesure pas les mêmes concentrations que Curiosity, au sol, c’est en raison d’un cycle journalier de l’atmosphère martienne. Le jour, celle-ci s’agite et, ce faisant, dilue le méthane au point de rendre sa concentration trop faible pour être détectée. La nuit, la couche la plus basse de l’atmosphère s’effondre. Comme capturé dans un volume plus faible, la concentration en méthane grimpe alors suffisamment pour que le spectromètre laser de Curiosity en mesure la présence.
D’après John Moores, l’agitation atmosphérique accrue en journée accélérerait également le procédé de disparition du méthane proposé par Svend Knak Jensen (université d’Aarhus, Danemark) en 2014 : le tumulte diurne dans l’air martien favoriserait les rencontres entre molécules et particules de poussière en suspension. Celles-ci étant capables d’absorber le méthane, le gaz serait « consommé » à faible altitude et donc inexistant dans les hautes couches de l’atmosphère, que sonde spécifiquement TGO. Un processus toutefois sujet à débats au sein de la communauté des climatologues martiens.
Pour Franck Montmessin, chercheur au Laboratoire atmosphères, milieux, et observations spatiales (université Paris Saclay), le mécanisme d’alternance jour-nuit proposé par John Moores n’est pas non plus totalement convaincant : « C’est très louable de tenter de concilier les différentes observations, mais la publication omet des sources pourtant importantes d’agitation atmosphérique nocturne, objecte le spécialiste du climat martien. Il existe par exemple de vigoureux vents de pente dans les zones à fort relief comme le cratère Gale. »
Quoi qu’il en soit, le temps est compté pour les scientifiques qui souhaiteraient trancher la question. Le rover Curiosity escalade actuellement le mont Sharp, au centre du cratère Gale. Et plus il grimpe, plus la détection de méthane chute : déjà de moitié d’après les travaux de Christopher Webster (Nasa) en 2018. Et les futurs rovers martiens sont dépourvus d’instruments spécifiquement sensibles au méthane. « L’objectif numéro 1 des prochaines missions vers Mars est le retour d’échantillons. Tous les efforts sont déployés dans cette direction, au point de considérer certaines expériences périphériques comme presque contre-productives », confirme Franck Montmessin.


Source : cieletespace.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.