Nouvelle théorie pour résoudre le mystère du méthane martien

Assistons-nous au dénouement de l’affaire du méthane martien ? C’est en tout cas l’espoir de John Moores (Université de York, Toronto). Si l’on en croit l’étude qu’il a publiée le 20 août 2019 à la tête d’une collaboration internationale d’astronomes et climatologues, le débat sur la présence ou non de méthane dans l’atmosphère de Mars est clos.
Il avait culminé ces derniers mois avec la mesure du méthane réalisé par le rover Curiosity à la surface de la planète rouge, alors même que la sonde Trace Gas Orbiter (TGO), pourtant ultrasensible, n’en trouvait aucune trace. Lequel de ces deux instruments se trompait ? « Aucun », répondent en substance John Moores et ses collègues dans la revue Geophysical Research Letters. Selon les chercheurs, si TGO, depuis l’orbite, ne mesure pas les mêmes concentrations que Curiosity, au sol, c’est en raison d’un cycle journalier de l’atmosphère martienne. Le jour, celle-ci s’agite et, ce faisant, dilue le méthane au point de rendre sa concentration trop faible pour être détectée. La nuit, la couche la plus basse de l’atmosphère s’effondre. Comme capturé dans un volume plus faible, la concentration en méthane grimpe alors suffisamment pour que le spectromètre laser de Curiosity en mesure la présence.
D’après John Moores, l’agitation atmosphérique accrue en journée accélérerait également le procédé de disparition du méthane proposé par Svend Knak Jensen (université d’Aarhus, Danemark) en 2014 : le tumulte diurne dans l’air martien favoriserait les rencontres entre molécules et particules de poussière en suspension. Celles-ci étant capables d’absorber le méthane, le gaz serait « consommé » à faible altitude et donc inexistant dans les hautes couches de l’atmosphère, que sonde spécifiquement TGO. Un processus toutefois sujet à débats au sein de la communauté des climatologues martiens.
Pour Franck Montmessin, chercheur au Laboratoire atmosphères, milieux, et observations spatiales (université Paris Saclay), le mécanisme d’alternance jour-nuit proposé par John Moores n’est pas non plus totalement convaincant : « C’est très louable de tenter de concilier les différentes observations, mais la publication omet des sources pourtant importantes d’agitation atmosphérique nocturne, objecte le spécialiste du climat martien. Il existe par exemple de vigoureux vents de pente dans les zones à fort relief comme le cratère Gale. »
Quoi qu’il en soit, le temps est compté pour les scientifiques qui souhaiteraient trancher la question. Le rover Curiosity escalade actuellement le mont Sharp, au centre du cratère Gale. Et plus il grimpe, plus la détection de méthane chute : déjà de moitié d’après les travaux de Christopher Webster (Nasa) en 2018. Et les futurs rovers martiens sont dépourvus d’instruments spécifiquement sensibles au méthane. « L’objectif numéro 1 des prochaines missions vers Mars est le retour d’échantillons. Tous les efforts sont déployés dans cette direction, au point de considérer certaines expériences périphériques comme presque contre-productives », confirme Franck Montmessin.


Source : cieletespace.fr
 
   
     

(heure de Paris)
Lever de Mars: 21h15
Coucher de Mars: 10h22
Distance Terre-Mars
65,5 millions de km

Arrivée du rover
Perseverance
sur Mars dans


 
   
 
Les pluies acides qui ont jadis coulé sur la surface martienne ont peut-être détruit de potentielles preuves biologiques cachées dans les argiles riches en fer de Mars.
 
 
L’Agence d’exploration aérospatiale japonaise a annoncé qu’elle développait de nouvelles caméras pour prendre des photos de la planète rouge en ultra-haute résolution.
 
 
Le rover Perseverance est actuellement en route pour un voyage de plusieurs mois vers Mars. En attendant, la NASA peuvent toujours profiter de la compagnie de son frère jumeau, Optimism.
 
 
C’est un spectacle étonnant réservé aux plus talentueux des astronomes amateurs : la calotte polaire sud martienne est en train de fondre, tandis que la planète Mars ne cesse de se rapprocher.
   
 
La planète Mars est en rétrograde du 9 septembre au 15 novembre 2020. L’astre donne l’impression de « reculer » dans le ciel. Un tel mouvement apparent n’est absolument pas inhabituel.
 
 
InSight a enregistré des signaux inattendus au cours d'éclipses solaires. Les passages de Phobos et Déimos devant le Soleil ont eu des influences sur le sismomètre et le magnétomètre.
 
 
Gaia Stucky de Quay, une planétologue travaillant pour l’Université du Texas, publie une étude se focalisant sur une période allant de 3,5 à 4 milliards d’années dans le passé.
 
 
La mission Mars 2020 a pour objectif de collecter des échantillons de Mars, qui doivent ensuite revenir sur Terre. Mais les laboratoires nécessaires à leur analyse n'existent pas encore.
 
 
La mission Mars 2020 voyage dans l'espace en direction de la planète rouge. Vous pouvez suivre en temps réel son périple grâce à un site de la NASA.
 
 
La NASA ont activé le système d’alimentation d’Ingenuity, son hélicoptère en route vers Mars. C’est la première fois qu'il est mis sous tension dans l’environnement spatial.
 
 
Dans une étude publiée le 5 août 2020, des scientifiques ont révélé l’existence d’une lueur ultraviolette qui brille dans le ciel de Mars et qui vibre trois fois par nuit.
 
 
Dans la gamme de spectre où le méthane est censé se manifester, la sonde TGO trouve à la place la présence de gaz martiens déjà connus mais dont la signature n'était pas attendue.
 
 
Avec l’aide de la pelle de la sonde, la « taupe » avait fini par s’enfoncer presque entièrement. Il ne restait plus qu’à voir le résultat de toutes ces manœuvres…
 
 
La NASA a annoncé que les caméras du rover martien avaient réussi à photographier un drôle de tourbillon de poussière dans le cratère Gale, le 9 août 2020.
 
 
De nombreux scientifiques estimaient que l’ancienne Mars était chaude et humide, mais cette nouvelle étude suggère qu'elle était couverte de glace.
 
 
Des scientifiques ont détecté la raie verte de l'oxygène dans le spectre de l'atmosphère de Mars. C'est la première fois qu'elle est observée autour d'une planète autre que la Terre.
 
 
L'envoi de la sonde Perseverance sur Mars a énervé plus d'un scientifique. Ces derniers aimeraient que l'agence spatiale américaine revalorise les autres explorations du système solaire.
 
 
La mission Mars 2020 a quitté la Terre le 30 juillet 2020. En février 2021, le rover Persévérance se posera sur la planète rouge. Ce sera alors le début d'une aventure longue de dix ans.