Une nouvelle molécule chimique a été détectée dans l'atmosphère de Mars


 
Des traces de chlorure d’hydrogène ont été découvertes par l’orbiteur de la mission ExoMars dans l’atmosphère de la planète rouge. Les scientifiques ont lancé plusieurs hypothèses pour expliquer cette mystérieuse réaction chimique.
   
Un nouveau rapport vient de paraitre dans la revue Science Advances. Celui-ci explique la découverte de traces de chlorure d’hydrogène dans l’environnement martien. En 2018, une gigantesque tempête de sable a été observée sur la planète. Cet évènement n’était pas seulement intrigant de par son ampleur, elle a aussi permis aux scientifiques du programme ExoMars de détecter la présence de ce composé chimique dans l’atmosphère de la planète rouge. Plusieurs hypothèses ont vu le jour pour tenter d’expliquer cette découverte, mais pour l’heure, on ne connaît toujours pas la véritable origine du chlorure d’hydrogène de Mars.
Cette découverte signifie que les chercheurs doivent maintenant ajouter un nouvel élément dans leur liste d’énigmes à résoudre au sujet de Mars. « Il s’agit de la première détection d’un gaz halogène dans l’atmosphère de Mars, et constitue un nouveau cycle chimique à comprendre », a déclaré le physicien Kevin Olsen de l’Université Oxford.
En effet, cela pourrait signifier que la planète regorge de volcans actifs. Une hypothèse qui ne semblait pas finalement tenir debout étant donné que si le chlorure d’hydrogène était produit par une activité volcanique, il ne devrait couvrir qu’une zone spécifique et devrait être accompagné par d’autres gaz volcaniques. Ce qui n’était pas le cas. Les scientifiques ont alors conclu que le gaz était le fruit d’un autre procédé.
Lors de la tempête de 2018, du chlorure de sodium (sel) avait été projeté dans l’atmosphère de Mars, celui-ci provenant de restes d’anciens lacs salés qui sont nombreux sur la planète. En se mêlant à la vapeur d’eau engendrée par les calottes polaires martiennes, du chlore a été produit. Cet élément chimique aurait ensuite subi une réaction ayant créé du chlorure d’hydrogène. Cette hypothèse est toujours en attente de confirmation. Il convient de la prendre avec précaution.

   
Source : fredzone.org
 
   
 



Créer un site
Créer un site