Un nouveau type d'aurore a été identifié dans le ciel de Mars

Sylvie Montard - 4 mai 2022


Vue d’artiste des aurores discrètes sinueuses observées dans l’atmosphère de Mars par la sonde Hope. Crédit: Emirates Mars Mission.  
 
La mission Emirates Mars (EMM), la première exploration interplanétaire entreprise par une nation arabe, a publié de superbes images énigmatiques d'aurores polaires de Mars, suite à une série d'observations révolutionnaires qui promettent de nouvelles réponses sur les interactions entre l'atmosphère de Mars, son champ magnétique et le vent solaire.
 
Ce phénomène jamais observé auparavant a été surnommé "aurore discrète et sinueuse" par l'équipe d'EMM, une énorme aurore ressemblant à un ver qui s'étend sur des milliers de kilomètres et illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de la planète. La nuit, les premiers humains qui fouleront le sol de Mars pourront probablement admirer ces larges traînées couleur émeraude.


Crédit: Emirates Mars Mission.

La sonde Hope suit son orbite scientifique elliptique prévue de 20000 à 43000 km, avec une inclinaison vers Mars de 25 degrés. La sonde effectue une orbite autour de la planète toutes les 55 heures et capture un échantillon complet de données planétaires tous les neuf jours tout au long de sa mission de deux ans pour cartographier la dynamique atmosphérique de Mars.
 
« Lorsque nous avons détecté pour la première fois des aurores discrètes peu de temps après l'arrivée de la sonde Hope sur Mars en 2021, nous avons pris conscience de ce nouveau potentiel pour faire des observations jamais faites à cette échelle, et nous avons pris la décision de nous concentrer davantage sur ces aurores », a déclaré Sarah Amiri, responsable scientifique de la mission EMM.


Sarah Amiri, responsable scientifique de la mission Hope, et ministre des Sciences avancées des Émirats arabes unis. Crédit: D. Fossé/C&E.

« Nous pouvons obtenir des instantanés synoptiques de presque tout le disque de l'atmosphère pour étudier les phénomènes et les interactions atmosphériques. Cela signifie que nous observons des effets auroraux discrets à grande échelle et d'une manière que nous n'avions jamais anticipée », ajoute Sarah Amiri.
 
L'aurore discrète et sinueuse consiste en de longues traînées d'émissions d'électrons sous tension dans la haute atmosphère, à environ 130 kilomètres d'altitude. Imagées lorsque Mars subissait l'effet d'une tempête solaire, entraînant un flux d'électrons du vent solaire plus rapide et plus turbulent que d'habitude, ces observations d'aurores sont parmi les plus brillantes et les plus étendues jamais vues.



Animation montrant une aurore à protons sur Mars. Crédits: NASA/MAVEN/Goddard Space Flight Center/Dan Gallagher.

Deux autres types d'aurores ont déjà été observées autour de Mars : les aurores diffuses, qui ne s'observent que lors de tempêtes solaires intenses, lorsque les interactions avec les particules les plus énergétiques provoquent l'illumination de l'atmosphère tout autour de la planète, et les aurores à protons (aniamtion ci-dessus), mesurées du côté éclairé de Mars et entraînées par les interactions entre le vent solaire et l'hydrogène dans l'exosphère de Mars. En revanche, l'aurore discrète est très localisée et semblent directement liée aux champs magnétiques inégaux produits par les minéraux magnétisés dans la croûte de Mars.
 

Source: marsdaily.com
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.