La NASA veut construire des habitats sur Mars à base de champignons

La survie des astronautes qui se rendront sur Mars est un enjeu majeur, et leur habitat en est l'une des composantes principales. Alors qu'elle a fait appel à des étudiants pour imaginer des habitations autonomes, la NASA réfléchit en amont à utiliser du mycélium pour élaborer ses futures maisons spatiales. Actuellement étudiée à l'Ames Research Center de la NASA en Californie sous le nom de myco-architecture project, cette alternative n'est pour l'instant qu'à l'état de prototype. Elle consiste à faire grandir des maisons, plutôt que de les construire, dans des environnements particulièrement hostiles.
« À l'heure actuelle, les concepts traditionnels d'habitats sur Mars peuvent être comparés à une tortue - nous emmenons notre maison avec nous sur notre dos -, un plan fiable, mais avec d'énormes coûts énergétiques », a expliqué dans un communiqué Lynn Rothschild, chercheuse principale en charge du projet. « Au lieu de cela, nous pouvons exploiter le mycélium pour cultiver ces habitats nous-mêmes lorsque nous y arrivons », a-t-elle continué.
Le mycélium est un ensemble de filaments souterrains qui composent la partie végétative d'un champignon, qui est aussi appelé « blanc de champignon ». Les chercheurs s'y intéressent particulièrement car ces filaments sont capables de former des structures complexes de manière autonome. En plaçant le mycélium dans les conditions adéquates, ils estiment qu'il pourra se développer en prenant la forme d'un habitat viable pour les astronautes. Les propriétés du mycélium en font une structure qui regorge d'usages possibles. Comme le détaille la NASA, ce « blanc de champignon » pourrait servir à filtrer l'eau et à extraire des minéraux de cette dernière, à réguler l'humidité, et serait également capable de se régénérer en cas d'endommagement.
Mais comment faire pour que le mycélium puisse se développer sur Mars ? Il s'agit en effet d'une forme de vie qui a besoin de se nourrir et de respirer. Tout d'abord, les astronautes auront besoin d'eau afin que sa structure puisse évoluer, c'est pourquoi le choix du site d'atterrissage sur la planète rouge est une priorité pour l'Agence spatiale américaine, qui recherche actuellement un endroit où de l'eau glacée en abondance sera disponible pour les astronautes. Pour que le mycélium soit placé dans les meilleures conditions possibles, l'habitat serait donc élaboré en trois couches : la première serait composée d'eau glacée et protégerait la seconde, formée de cyanobactéries. Grâce au Soleil, ces bactéries peuvent transformer le CO2 et l'eau en oxygène, et même en nourriture pour le mycélium, qui se trouverait juste en-dessous, constituant la troisième couche de l'habitat. En plus de la structure, le mycélium pourrait par ailleurs servir à confectionner les meubles composant l'habitat martien : les chercheurs sont en effet parvenus à fabriquer un tabouret dans leur laboratoire (en photo ci-dessous).

Pour le moment, il est difficile de savoir si cette alternative sera celle utilisée sur la planète rouge. Lynn Rothschild rappelle néanmoins que ces habitats vivants pourraient également nous servir sur Terre : « Lorsque nous concevons pour l'espace, nous sommes libres d'expérimenter de nouvelles idées et de nouveaux matériaux avec beaucoup plus de liberté que nous le ferions sur Terre. Après que ces prototypes soient construits pour d'autres mondes, nous pouvons les ramener sur Terre ». Aujourd'hui, 40 % des émissions de CO2 proviennent du secteur de la construction, aussi, ces habitats vivants représenteraient une véritable alternative à ce fléau, puisqu'ils ne pollueraient quasiment pas.


Source : clubic.com
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.