La NASA va renvoyer une météorite martienne sur sa planète d'origine

SaU008 est sans doute le rocher ayant la biographie la plus incroyable de tout notre système solaire. Sa formation a eu lieu sur Mars et le corps est resté des milliards d’années sur place avant d’être expulsé dans l’espace par un gigantesque impact. Il est ensuite resté pendant plus d’un million d’années à flotter dans les environs de la planète rouge avant d’entrer en collision avec la Terre en 1999. La NASA a récemment annoncé qu’elle allait le restituer à sa planète d’origine d’ici deux ans.
L’agence spatiale américaine a annoncé qu’une petite partie de la météorite sera envoyée dans sa planète d’origine avec le rover Mars 2020. Le lancement est prévu pour juillet 2020. Une fois sur place, le rover va faire exploser la météorite dans le but de calibrer son instrument laser. La NASA stipule que c’est la toute première météorite à retourner sur sa planète d’origine. Par contre, ce n’est pas la première à voyager entre plusieurs planètes.
Les météorites provenant de Mars sont extrêmement rares sur Terre. Environ deux cents météorites martiennes ont été trouvées sur notre planète. La question se pose : pourquoi renvoyer l’un de ces précieux objets dans sa planète d’origine, surtout lorsqu’on sait qu’il sera brisé en mille morceaux ? C’est tout simplement un mal nécessaire. En ayant la confirmation que le laser du rover est bien aligné, l’équipe scientifique de la NASA pourra étudier les roches qui n’ont jamais quitté Mars avec beaucoup plus de précision.
Les rovers précédents se sont servis d’objets terrestres pour leur calibrage. Mars 2020 sera le premier à se servir d’un objet martien. Luther Beegle, chercheur principal de la NASA, a annoncé que ce projet est d’une telle finesse que chaque petit détail imprévu pourrait obliger l’équipe à modifier leur objectif.
Le laser de Mars 2020 se sert de la lumière ultraviolette pour repérer les produits chimiques à base de carbone qui sont l’essence de la vie organique. SaU008 est dotée de la même composition. Il est donc susceptible de déterminer s’il est possible qu’il y ait une forme de vie sur les autres planètes du système solaire.


Source : fredzone.org
 
   
 



Créer un site
Créer un site