Minéralogie de Mars

La minéralogie martienne n'a longtemps pu être étudiée qu'à travers l'étude de météorites de Mars. Elles ont permis d'évaluer l'importance des roches basaltiques sur Mars et ont souligné les différences de composition chimique entre Mars et la Terre.
Dès les années 70, les sondes Viking ont analysé le sol martien. Ces analyses ont montré une abondance en silicium et en fer, ainsi qu'en magnésium, soufre, calcium, aluminium et titane. Le taux de soufre est près de deux fois supérieur à la moyenne de l'écorce terrestre.
La teinte rougeâtre de Mars provient avant tout de l'oxyde de fer, très présent à la surface des roches et dans les grains de poussières transportés par les vents qui balayent continuellement la suface de la planète.
Dans les années 2000, les sondes 2001 Mars Odyssey, Mars Reconnaissnce Orbiter et Mars Express ont confirmé la prédominance des basaltes à la surface de Mars, et l'abondance de roches ignées, notamment des olivines et des pyroxènes. Ces roches sont bien connues pour être les principaux constituants du manteau terrestre.
La présence de phyllosilicates largement répandus dans les régions les plus anciennes de la planète ont révélé l'interaction prolongée des roches ignées avec de l'eau liquide dans un passé lointain.
La sonde Phoenix a également étudié le sol de Mars en 2008. Il s'est révélé être alcalin (pH 7,7). Ces analyses ont également détecté de nombreux sels avec une abondance élevée de potassium, de chlorures, de perchlorates et de magnésium.
De vastes étendues de sulfate de calcium hydraté, vraisemblablement du gypse, ont été détecté en bordure de la calotte polaire boréale. La présence de ces minéraux hydratés est une indication forte de la présence passée d'étendues d'eau liquide à la surface de Mars.
La sonde 2001 Mars Odyssey a également détecté la présence de chlorures dans les hautes terres de l'hémisphère sud, résultant de l'évaporation d'eau salée remontant au Noachien. En 2004, le rover Opportunity a quant à lui découvert sur Meridiani Planum de la jarosite, un sulfate ferrique hydraté de sodium, qui implique l'existence passée d'un climat humide et d'eau liquide acide.

(heure de Paris)
Lever de Mars: 9h01
Coucher de Mars: 1h05
Distance Terre-Mars
328,8 millions de km
 
   
 
 
Le premier rover chinois sur Mars, Zhurong, est descendu de sa plate-forme d'atterrissage le samedi 22 mai 2021, laissant les premières «empreintes» de la Chine sur la planète rouge.
 
 
Lors de son troisième vol, Ingenuity a été filmé par le rover Perseverance. Les ingénieurs de la NASA ont converti cette performance en 3D, offrant une profondeur inédite au vol.
 
 
La sonde chinoise a atterri le samedi 15 mai 2021 sur Mars pour déployer son rover Zhurong. C'est un triomphe pour les ambitions spatiales de plus en plus audacieuses de la Chine.
   
 
Le 10 mars 2021, la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) a photographié une étrange forme dans des dunes de sable, évoquant la silhouette d'un joueur de football.
 
 
Les preuves de l'activité volcanique récente sur Mars montrent que des éruptions auraient pu avoir lieu au cours des 50000 dernières années, selon un article du chercheur David Horvath.
 
 
Le rover Perseverance a utilisé l'un de ses microphones pour écouter l'hélicoptère Ingenuity le 30 avril 2021, alors qu'il volait sur Mars pour la quatrième fois.
   
 
Une nouvelle étude géochimique suggère qu'une vie microbienne ancienne pourrait encore prospérer sous la surface de la planète rouge.
 
 
Après avoir prouvé que le vol motorisé et contrôlé est possible sur Mars, Ingenuity se lance dans une nouvelle phase d'opération aérienne, pour assister les déplacements de Perseverance.
 
 
Lors de son troisième vol sur Mars le dimanche 25 avril 2021, l'hélicoptère Ingenuity a volé plus vite et plus loin que lors de tous les tests qu'il a subi sur Terre.
 
 
La Chine a nommé le samedi 24 avril 2021 son premier rover sur Mars, baptisé "Zhurong", le dieu du feu dans la mythologie chinoise.
 
 
Ce jeudi 22 avril 2021, Ingenuity réalise son deuxième décollage dans l'atmosphère de Mars. Il s'agit d'un vol un peu plus haut et plus long que le précédent.
 
 
Grâce à Perseverance et son instrument MOXIE, la science fait un pas supplémentaire vers une future exploration humaine de Mars, en convertissant le dioxyde de carbone en oxygène.
 
 
Après le succès de son premier vol, Ingenuity va tenter d'autres manoeuvres. Mais la dernière pourrait lui être fatale. La NASA souhaite tester ses limites, au risque de le voir s'écraser au sol.
 
 
Cette fois-ci, c'est la bonne ! L'hélicoptère Ingenuity tente enfin de décoller depuis la surface de Mars. La NASA diffuse en direct la réception des premières données du vol.
 
 
Alors que le premier vol du petit hélicoptère Ingenuity est imminent sur la planète Mars, la NASA travaille déjà à la conception d’un successeur plus performant.
 
 
Une anomalie s'est produite lors d'un test sur les hélices d'Ingenuity. Initialement prévu le 11 avril 2021, le premier essai de vol sur une autre planète est reporté trois jours plus tard.
 
 
Curiosity vient de prouver que le climat de Mars a connu des alternances de périodes sèches et d'autres plus humides, avant de s'assécher complètement il y a environ 3 milliards d'années.
 
 
Les scientifiques étaient dans l’attente du premier bulletin météo fourni par le rover, afin de connaître les conditions atmosphériques de la planète rouge plus en détail.