Memories of Mars


Développé par Limbic Entertainement, Memories of Mars est un mélange d’influences, un mix entre survie, action et construction au beau milieu des vastes plaines rougeâtres de la planète Mars. Le jeu est sorti sur PC en juin 2018.
Colonisée il y a quelques années, la planète Mars n’est plus qu’une vaste zone abandonnée habitées par quelques rares survivants d’une colonie minière, des humains exilés, loin de toute juridiction et en mal de richesses. Si le scénario du titre n'était pas encore intégré à cette version, Memories of Mars s'avance avec un cadre de science-fiction classique qui plonge le joueur dans la peau d’un clone à peine sorti de sa stase dans un pod perdu dans un sombre laboratoire scientifique. Qu'on se le dise, le destin d'un clone humain sur Mars n'est pas forcément très enviable tant les conditions de survie sont difficiles.
Un triste futur qui ne démotive pourtant pas notre avatar mué par un désir de survie. On parle ici de survie face aux éléments, de survie à la faim, à la soi, au manque d'oxygène et à quelques créatures alien désireuses de vous transformer en chair à paté. Mais la menace la plus tangible du titre concerne les autres joueurs. Le titre se décrit lui-même comme un jeu de survie en monde ouvert où l’exploration des terres hostiles de la planète rouge sera primordiale pour tenter de récolter des matériaux afin de construire une base où vous abriter.


Les 16 km² de la carte de Memories of Mars offrent un cadre assez original pour un jeu de survie orienté PvP. Mars n’est pas à proprement parlé une terre d’acceuil idéale pour l’espèce humaine. Le paysage rocheux, désertique, ne déborde pas de ressources et il faudra se battre pour parvenir à les récolter. L’équipe de développement nous promet plus de 85 points d’intérêt à explorer tels que des villes, d’anciens complexes industriels à fouiller, de vieux sites miniers laissés à l’abandon, des biodômes, etc. La surface de la planète rouge ne se résume pas à une vaste plaine rocheuse, mais semble refléter le passage et l’activité de l’homme au fil des années. Les éléments de survie de MoM passent par la bonne gestion des besoins élémentaires de son personnage : sa santé, sa faim, et sa gestion de la température corporelle. Mars oblige, le niveau d’oxygène joue un rôle très important dans vos sorties à planifier selon le niveau de cette ressource essentielle à la survie.
Le titre se démarque de la proposition actuelle de jeux de survie par son volet construction. La récolte de ressources permet de bâtir des abris de plus ou moins grande taille selon vos ambitions. On pourra y stocker ses ressources et surtout coopérer avec d'autres survivants regroupés sous la bannière d'un même clan pour étendre la surface de sa base. Des coffres de stockage accompagnent divers services au joueur comme une capsule de résurrection ou encore une imprimante 3D où fabriquer divers objets telles que des armes. Les balles sont toutefois une ressource rare à économiser au maximum. On imagine alors la tension induite par les rencontres inopinées avec les créatures du jeu ou mieux encore, d'autres joueurs. La première fournée d’ennemis dispose de deux modèles, des robots araignées bio-mécanique et des drône foreurs sous forme de vers des sables capable de s’enfouir sous la terre rougeâtre de la planète.
Symbolisés par un faisceau lumineux pointé vers le ciel, des événements de grande envergure rythment le cycle de survie des colons martiens. Sous la forme d’invasions de créatures hostiles, ces phases de jeu permettent aux joueurs de se retrouver, de coopérer ou bien de s’affronter dans le but de gagner une monnaie appelée Flops. Cette dernière se montre primordiale à la survie d’un groupe puisque c’est grâce à elle que les joueurs pourront alimenter leur base en énergie sur la durée.



Source : jeuxvideo.com
 
   
 



Créer un site
Créer un site