La sonde Mars Express a observé huit tempêtes autour du pôle nord martien

Sur Mars les tempêtes sont fréquentes. Elles peuvent être locales et durer quelques jours ou s'étendre sur tout le globe, pour plusieurs mois comme cela a été le cas à l'été 2018. Cet événement mondial a d'ailleurs été fatal au rover Opportunity. Cette fois, ce sont plusieurs petits événements météorologiques qui ont été observés autour du pôle nord par la sonde européenne Mars Express.
L'engin en orbite autour de Mars depuis 2003 a visualisé huit tempêtes différentes entre le 22 mai et le 10 juin 2019. Toutes ont soufflé sur les bords de la calotte glaciaire de l'hémisphère nord qui durant l'été se rétrécit. Ces tempêtes se sont rapidement dissipées, entre un et trois jours, et n'ont eu aucune conséquence majeure sur la météo martienne. Elles soulèvent néanmoins beaucoup de poussière au niveau local. Une poussière qui est happée par les courants ascendants et qui est ensuite distribuée dans toute la basse atmosphère, entre 20 et 40 kilomètres, sous forme de fine brume qui englobe toute la planète. Elle n'est cependant pas assez épaisse pour empêcher le fonctionnement des panneaux solaires de la station géologique InSight. Sur Mars, les tempêtes n'ont pas grand chose à voir avec celles qui soufflent sur Terre. Les vents martiens ont beau être vigoureux, jusqu'à 150 ou 200 km/h, ils n'ont que peu d'effets du fait de la quasi-absence d'atmosphère.


Source : sciencesetavenir.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.