Mars aurait perdu son eau plus vite que ce que l’on pensait

L’eau qui recouvrait sans doute Mars par le passé se serait échappée bien plus vite que prévu. Une équipe de scientifiques a présenté cette découverte dans la revue Science le 9 janvier 2020. « La capacité de l’eau à s’échapper de Mars est plus élevée que prévu », écrivent les auteurs de l’étude. La présence d’eau sur la planète rouge, passée ou actuelle, est une question qui fascine les scientifiques. « Mars abritait autrefois un cycle hydrologique actif, comme en témoignent les caractéristiques géologique à sa surface, mais elle ne contient plus la quantité d’eau nécessaire pour produire de telles empreintes géologiques », soulignent les auteurs de la nouvelle étude.
Les scientifiques indiquent que l’eau estimée encore présente sur la planète (notamment au niveau des pôles) équivaut à « moins de 10 % de l’eau qui coulait à sa surface jadis ». Ils travaillent sur l’hypothèse selon laquelle « la majeure partie de l’eau primordiale de Mars s’est échappée au fil du temps ». Mais comment cette eau s’est-elle échappée exactement ? Pour le comprendre, il faut s’intéresser à l’eau qui se trouve dans l’atmosphère de la planète, même si elle représente une infime portion de toute l’eau de Mars : c’est elle qui « régule la dissipation de l’eau fil du temps », soulignent les chercheurs. Sous l’effet des rayonnements ultraviolets du Soleil, l’eau de la haute atmosphère martienne se décompose et forme de l’hydrogène et l’oxygène. Ces éléments peuvent alors « surmonter la faible gravité de Mars » et s’échapper dans l’espace. Les chercheurs ont étudié les mécanismes qui contribuent à cette perte d’eau.
Les scientifiques ont découvert que ce sont les changements liés au saisons qui expliquent la manière dont l’eau est répartie dans l’atmosphère. Ils constatent aussi que « de grandes parties de l’atmosphère sont dans un état de sursaturation », pendant la période la plus chaude pour la planète au cours de l’année. On peut trouver entre 10 et 100 fois plus de vapeur d’eau qu’attendue théoriquement.
Pour mener cette étude, les scientifiques ont travaillé avec les données de la sonde ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO), de l’Agence spatiale européenne. Elle a été lancée en 2016 pour étudier les gaz de l’atmosphère de la planète. Grâce aux « occultations du Soleil par l’atmosphère martienne » (en 2018 et 2019), les scientifiques ont observé la répartition des gaz et particules de manière verticale. Ils ont ainsi estimé la quantité d’eau capable d’atteindre la haute atmosphère. Si une plus grande quantité d’eau qu’escomptée peut s’échapper de l’atmosphère martienne, il serait donc possible que la perte d’eau survenue sur Mars se soit passée beaucoup plus rapidement qu’on le supposait. Pour en savoir davantage, il faudrait probablement réaliser des simulations avec la bonne quantité d’eau capable d’atteindre la haute atmosphère martienne.


Source : numerama.com
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.