Mars aurait perdu son eau plus vite que ce que l’on pensait

L’eau qui recouvrait sans doute Mars par le passé se serait échappée bien plus vite que prévu. Une équipe de scientifiques a présenté cette découverte dans la revue Science le 9 janvier 2020. « La capacité de l’eau à s’échapper de Mars est plus élevée que prévu », écrivent les auteurs de l’étude. La présence d’eau sur la planète rouge, passée ou actuelle, est une question qui fascine les scientifiques. « Mars abritait autrefois un cycle hydrologique actif, comme en témoignent les caractéristiques géologique à sa surface, mais elle ne contient plus la quantité d’eau nécessaire pour produire de telles empreintes géologiques », soulignent les auteurs de la nouvelle étude.
Les scientifiques indiquent que l’eau estimée encore présente sur la planète (notamment au niveau des pôles) équivaut à « moins de 10 % de l’eau qui coulait à sa surface jadis ». Ils travaillent sur l’hypothèse selon laquelle « la majeure partie de l’eau primordiale de Mars s’est échappée au fil du temps ». Mais comment cette eau s’est-elle échappée exactement ? Pour le comprendre, il faut s’intéresser à l’eau qui se trouve dans l’atmosphère de la planète, même si elle représente une infime portion de toute l’eau de Mars : c’est elle qui « régule la dissipation de l’eau fil du temps », soulignent les chercheurs. Sous l’effet des rayonnements ultraviolets du Soleil, l’eau de la haute atmosphère martienne se décompose et forme de l’hydrogène et l’oxygène. Ces éléments peuvent alors « surmonter la faible gravité de Mars » et s’échapper dans l’espace. Les chercheurs ont étudié les mécanismes qui contribuent à cette perte d’eau.
Les scientifiques ont découvert que ce sont les changements liés au saisons qui expliquent la manière dont l’eau est répartie dans l’atmosphère. Ils constatent aussi que « de grandes parties de l’atmosphère sont dans un état de sursaturation », pendant la période la plus chaude pour la planète au cours de l’année. On peut trouver entre 10 et 100 fois plus de vapeur d’eau qu’attendue théoriquement.
Pour mener cette étude, les scientifiques ont travaillé avec les données de la sonde ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO), de l’Agence spatiale européenne. Elle a été lancée en 2016 pour étudier les gaz de l’atmosphère de la planète. Grâce aux « occultations du Soleil par l’atmosphère martienne » (en 2018 et 2019), les scientifiques ont observé la répartition des gaz et particules de manière verticale. Ils ont ainsi estimé la quantité d’eau capable d’atteindre la haute atmosphère. Si une plus grande quantité d’eau qu’escomptée peut s’échapper de l’atmosphère martienne, il serait donc possible que la perte d’eau survenue sur Mars se soit passée beaucoup plus rapidement qu’on le supposait. Pour en savoir davantage, il faudrait probablement réaliser des simulations avec la bonne quantité d’eau capable d’atteindre la haute atmosphère martienne.


Source : numerama.com
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.