Mars 6

*
Caractéristiques
La sonde Mars 6 comportait une plate-forme porteuse qui supportait un module de descente. Après l'atterrissage, il devait se livrer à une étude des propriétés de la surface martienne. Le module de descente de Mars 6 comportait un dispositif capable de transmettre des images panoramiques autour du site d'atterrissage, une station météorologique sensée collecter des informations sur l'atmosphère (pression, température, densité, vitesse et directions des vents), un accéléromètre pour mesurer la densité atmosphérique lors de la phase de descente, un spectromètre pour étudier la composition chimique de l'atmosphère, un altimètre radio, une expérience pour obtenir la composition chimique du sol, ainsi qu'un ensemble de capteurs pour en étudier les propriétés mécaniques.
Mars 6 pesait en tout 3260 kg, dont 635 kg pour l'atterrisseur. Le rôle de la plate-forme porteuse se limitait à la transmission des informations fournies par le module de descente et elle n'était pas destinée à se placer en orbite martienne. Elle comportait cependant des instruments scientifiques, dont certains étaient déjà présents sur les orbiteurs Mars 4 et Mars 5. La charge scientifique comprenait : un système d'imagerie, un photomètre pour la détection de l'hydrogène dans la haute atmosphère, un magnétomètre, des capteurs pour étudier le vent solaire et son interaction avec Mars, des détecteurs de rayons cosmiques, un détecteur de micro-météorites, une expérience française pour mesurer l'émission radio en provenance du soleil, et le système radio permettant d'obtenir des informations sur l'atmosphère et l'ionosphère lors d'une unique occultation.
 
Déroulement de la mission
Mars 6 a décollé avec succès le 5 août 1973 à bord d'un lanceur Proton. La sonde a atteint Mars l'année suivante le 12 mars 1974. Le module de descente s'est désengagé de sa structure porteuse à une distance de 48000 km de Mars, et s'est placé sur une trajectoire de collision, bouclier thermique pointé vers le sol. L'atterrisseur a abordé l'atmosphère martienne avec une vitesse de 5,6 km/s. Le frottement de l'air sur son bouclier thermique a ramené sa vitesse à 600 m/s. Un parachute a ensuite pris le relais, puis un radar altimétrique s'est enclenché. Pendant sa descente, Mars 6 pouvait collecter des données qui étaient alors immédiatement transmises à la Terre via la plate-forme porteuse. Un avantage qui allait se relever crucial car le contact avec l'atterrisseur Mars 6 a malheureusement été rompu alors qu'il était sur le point de toucher le sol martien. La perte du signal s'est produite au moment précis où les rétrofusées devaient être mises à feu par l'altimètre radar. La sonde a du frapper la surface de Mars à la vitesse mortelle de 60 m/s. Avant de disparaître des écrans de contrôle, Mars 6 avait transmis 224 secondes de données.
La plate-forme porteuse, après la séparation du module de descente, a survolé Mars à une altitude de 1600 km avant de s'éloigner sur son orbite héliocentrique. Le seul retour scientifique de Mars 6 est constitué par les 224 secondes d'informations transmises lors de la descente. Malheureusement, la plate-forme porteuse avait subi des outrages de la part du milieu interplanétaire et la plus grande partie des données transmises étaient illisibles ou inexploitables. Il n'en reste pas moins que Mars 6 a été la première sonde à transmettre des informations in situ sur l'atmosphère martienne.
 
Résultats scientifiques
Une pression atmosphérique de 6,1 mbars a été mesurée par un manomètre à membrane juste avant la perte de contact avec l'atterrisseur, alors qu'un thermomètre avait enregistré dans le même temps une température de -43°C.
Les instruments ont également détecté à plusieurs reprises une concentration en vapeur d'eau supérieure aux valeurs communément admises. Avec quatre sondes, les soviétiques auraient pu changer d'une manière considérable notre vision de Mars en 1974. Mais avec l'échec de Mars 4 et Mars 7, et les données éparses et décousues de Mars 5 et 6, les soviétiques étaient obligés de faire preuve d'une énorme imagination pour essayer de retirer quelque chose de positif.
 
   

 
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.