Mars 5

Caractéristiques
La sonde soviétique Mars 5 était destinée à retourner un certain nombre d'informations sur la composition, la structure et les propriétés de la surface et de l'atmosphère martienne, tout en servant de relais de transmission pour les atterrisseurs Mars 6 et Mars 7. Au niveau instrumentation scientifique, Mars 5 était équipé d'un système d'imagerie comportant deux caméras, l'une à grand angle, l'autre à angle étroit. La sonde pesait 3440 kg et emportait également une bonne partie de la charge scientifique des sondes Mars 2 et Mars 3, lancées lors de l'opportunité de tir précédente en 1971. On retrouve les instruments suivants, dont certains dans une nouvelle version :
-Un photomètre pour détecter de l'hydrogène dans l'atmosphère.
-Un magnétomètre.
-Différents capteurs pour étudier les particules du vent solaire.
-Deux radiomètres infrarouges, l'un pour déterminer la température de la surface martienne, l'autre pour mesurer l'absorption et dresser des profils d'altitude.
-Un photomètre pour étudier les couleurs et les variations d'albédo de la surface de Mars.
-Un photomètre ultraviolet pour mesurer la concentration en ozone dans l'atmosphère.
-Un radiotélescope pour déterminer la constante diélectrique du sous-sol.
-Un spectromètre pour étudier les émissions de la haute atmosphère.
-Un système de communication radio pour connaître un certain nombre de propriétés de l'atmosphère et de l'ionosphère.
La sonde Mars 5 était également équipée de nouveaux instruments qui n'avait jamais été employés jusqu'à présent par les soviétiques :
-Deux polarimètres pour étudier la texture de la surface martienne.
-Un spectromètre gamma qui observe le rayonnement gamma émis naturellement par le matériau qui compose le sol, et qui permet d'obtenir des indications sur la composition atomique de la surface martienne.
 
Déroulement de la mission
Mars 5 a décollé depuis le cosmodrome de Baïkonour le 25 juillet 1973 sous la coiffe d'une fusée Proton. La sonde a atteint Mars le 12 février 1974, et contrairement à sa soeur jumelle Mars 4 qui échoua dans sa mise en orbite, Mars 5 s'est inséré correctement autour de la planète rouge, sur une orbite fortement elliptique. La sonde bouclait une révolution en 24 heures et 53 minutes. Une dépressurisation du compartiment hébergeant le système de transmission mis malheureusement fin à la mission précipitamment. La sonde Mars 5 a bien choisi sa date de fin, elle devint inutilisable le 5 mars 1974.
 
Résultats scientifiques
Au cours des 22 orbites que Mars 5 a réussi à parcourir, la sonde a eu le temps de collecter un total de 108 images couvrant plusieurs bandes de terrains situées un peu au sud de Valles Marineris. Près du Bassin d'impact d'Argyre, une portion de la région photographiée fut utilisée pour produire une carte topographique.
Le radiomètre infrarouge a permis de mesurer les températures de surface. L'inertie thermique des sols étudiés était consistante avec une granulométrie variant entre 0,1 et 0,5 mm. L'un des polarimètres (le deuxième s'est bloqué) a estimé à 0,04 mm les plus petites particules constitutives des dépôts éoliens.
Le photomètre fonctionnant dans la bande d'absorption de la vapeur d'eau découvrit au sud de la région de Tharsis une concentration en vapeur d'eau atmosphérique jusqu'à 100 microns d'eau précipitable. 
Le spectromètre ultraviolet dédié à la détection de l'ozone a mis en évidence pour la première fois ce composé dans l'atmosphère martienne. La couche d'ozone martienne se situe à 40 kilomètres d'altitude et sa concentration est mille fois plus faible que celle de la Terre. Mars 5 a aussi détecté de l'ozone au niveau des régions équatoriales, alors que les sondes américaines Mariner ne l'avaient mis en évidence qu'au niveau des pôles, ou il est plus abondant.
 
   

 
 



Créer un site
Créer un site