Du magma souterrain pourrait être à l’origine de l’eau liquide sur Mars

Une étude publiée en 2018 suggérait que de l’eau liquide était présente sous la calotte glaciaire polaire sud de Mars. Maintenant, une nouvelle étude dans la revue Geophysical Research Letters affirme qu’il doit exister une source de chaleur souterraine pour que de l’eau liquide puisse exister sous la calotte glaciaire polaire. La nouvelle recherche ne se penche pas sur l’existence effective d’eau liquide ou non. Au lieu de cela, les auteurs suggèrent que la formation d’une chambre magmatique au cours des dernières centaines de milliers d’années doit s’être produite sous la surface de Mars pour qu’il y ait suffisamment de chaleur pour produire de l’eau liquide sous un kilomètre et demi d’épaisse calotte glaciaire.
Les auteurs de l’étude affirment donc que s’il n’y avait pas d’activité magmatique récente sous la surface de Mars, il n’y aurait pas d’eau liquide sous la calotte glaciaire. La présence potentielle d’une activité magmatique souterraine récente sur Mars donne du poids à l’idée que Mars est une planète active, géologiquement. Cela pourrait offrir aux scientifiques une meilleure compréhension de la façon dont les planètes évoluent au fil du temps.
La nouvelle étude vise à approfondir le débat sur la possibilité d’une eau liquide sur Mars. La présence d’eau liquide sur la planète rouge a des implications sur la possibilité de trouver une vie en dehors de la Terre, et pourrait également servir de ressource pour l’exploration humaine future. « Nous pensons que s’il y a une vie, elle devra probablement être protégée des radiations dans le sous-sol » déclare Ali Bramson, astrophysicien à l’Université de l’Arizona. « S’il y a encore des processus magmatiques actifs aujourd’hui, ils étaient peut-être plus courants dans le passé récent et pourraient fournir une fusion basale plus répandue. Cela pourrait résulter en un environnement plus favorable à l’eau liquide et donc, peut-être, à la vie ».
Mars possède deux couches de glace géantes à ses pôles, toutes deux épaisses de quelques kilomètres. Sur Terre, il est courant que de l’eau liquide soit présente sous d’épaisses couches de glace, la chaleur de la planète faisant fondre la glace à l’interface de la croûte terrestre.

Les auteurs de la nouvelle étude ont d’abord supposé que la détection d’eau liquide sous la calotte glaciaire était correcte, puis se sont efforcés de déterminer les paramètres nécessaires à la stabilité de l’eau. Ils ont effectué une modélisation physique de Mars pour comprendre combien de chaleur émanait de l’intérieur de la planète et s’il pouvait rester suffisamment de sel à la base de la calotte glaciaire pour faire fondre la glace. Le sel abaissant considérablement le point de fusion de la glace, les scientifiques ont donc initialement pensé que le sel aurait pu conduire à la fonte à la base de la calotte glaciaire. Mais le modèle a démontré que le sel ne peut pas augmenter suffisamment la température pour faire fondre la glace. Les auteurs proposent plutôt une source de chaleur provenant d'une activité volcanique dans le sous-sol de la planète. Ils soutiennent que le magma de l’intérieur profond de Mars a gagné la surface de la planète il y a environ 300000 ans. Il n’a pas stagné à la surface, comme une éruption volcanique, mais s’est accumulé dans une chambre magmatique sous la surface. Lorsque la chambre magmatique s’est refroidie, elle a dégagé de la chaleur qui a fondu la glace à la base de la couche.
La chambre magmatique fournirait encore aujourd’hui de la chaleur à la calotte glaciaire pour générer de l’eau liquide. L’idée d’une activité volcanique sur Mars n’est pas nouvelle : il existe de nombreuses preuves d’un volcanisme à la surface de la planète. Mais la plupart des caractéristiques volcaniques sur Mars datent de millions d’années, ce qui a conduit les scientifiques à penser que l’activité volcanique au-dessous et au-dessus de la surface de la planète s’était arrêtée il y a longtemps.
La nouvelle étude suggère toutefois qu’il aurait pu y avoir une activité volcanique souterraine plus récente, et qu'il est possible que cela se produise aussi aujourd’hui. « Cela impliquerait qu’il existe encore aujourd’hui une formation de chambres magmatiques en activité à l’intérieur de Mars, et qu’il ne s’agit pas simplement d’un endroit froid » conclut Bramson.

Source : trustmyscience.com
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.