Du magma souterrain pourrait être à l’origine de l’eau liquide sur Mars

Une étude publiée en 2018 suggérait que de l’eau liquide était présente sous la calotte glaciaire polaire sud de Mars. Maintenant, une nouvelle étude dans la revue Geophysical Research Letters affirme qu’il doit exister une source de chaleur souterraine pour que de l’eau liquide puisse exister sous la calotte glaciaire polaire. La nouvelle recherche ne se penche pas sur l’existence effective d’eau liquide ou non. Au lieu de cela, les auteurs suggèrent que la formation d’une chambre magmatique au cours des dernières centaines de milliers d’années doit s’être produite sous la surface de Mars pour qu’il y ait suffisamment de chaleur pour produire de l’eau liquide sous un kilomètre et demi d’épaisse calotte glaciaire.
Les auteurs de l’étude affirment donc que s’il n’y avait pas d’activité magmatique récente sous la surface de Mars, il n’y aurait pas d’eau liquide sous la calotte glaciaire. La présence potentielle d’une activité magmatique souterraine récente sur Mars donne du poids à l’idée que Mars est une planète active, géologiquement. Cela pourrait offrir aux scientifiques une meilleure compréhension de la façon dont les planètes évoluent au fil du temps.
La nouvelle étude vise à approfondir le débat sur la possibilité d’une eau liquide sur Mars. La présence d’eau liquide sur la planète rouge a des implications sur la possibilité de trouver une vie en dehors de la Terre, et pourrait également servir de ressource pour l’exploration humaine future. « Nous pensons que s’il y a une vie, elle devra probablement être protégée des radiations dans le sous-sol » déclare Ali Bramson, astrophysicien à l’Université de l’Arizona. « S’il y a encore des processus magmatiques actifs aujourd’hui, ils étaient peut-être plus courants dans le passé récent et pourraient fournir une fusion basale plus répandue. Cela pourrait résulter en un environnement plus favorable à l’eau liquide et donc, peut-être, à la vie ».
Mars possède deux couches de glace géantes à ses pôles, toutes deux épaisses de quelques kilomètres. Sur Terre, il est courant que de l’eau liquide soit présente sous d’épaisses couches de glace, la chaleur de la planète faisant fondre la glace à l’interface de la croûte terrestre.

Les auteurs de la nouvelle étude ont d’abord supposé que la détection d’eau liquide sous la calotte glaciaire était correcte, puis se sont efforcés de déterminer les paramètres nécessaires à la stabilité de l’eau. Ils ont effectué une modélisation physique de Mars pour comprendre combien de chaleur émanait de l’intérieur de la planète et s’il pouvait rester suffisamment de sel à la base de la calotte glaciaire pour faire fondre la glace. Le sel abaissant considérablement le point de fusion de la glace, les scientifiques ont donc initialement pensé que le sel aurait pu conduire à la fonte à la base de la calotte glaciaire. Mais le modèle a démontré que le sel ne peut pas augmenter suffisamment la température pour faire fondre la glace. Les auteurs proposent plutôt une source de chaleur provenant d'une activité volcanique dans le sous-sol de la planète. Ils soutiennent que le magma de l’intérieur profond de Mars a gagné la surface de la planète il y a environ 300000 ans. Il n’a pas stagné à la surface, comme une éruption volcanique, mais s’est accumulé dans une chambre magmatique sous la surface. Lorsque la chambre magmatique s’est refroidie, elle a dégagé de la chaleur qui a fondu la glace à la base de la couche.
La chambre magmatique fournirait encore aujourd’hui de la chaleur à la calotte glaciaire pour générer de l’eau liquide. L’idée d’une activité volcanique sur Mars n’est pas nouvelle : il existe de nombreuses preuves d’un volcanisme à la surface de la planète. Mais la plupart des caractéristiques volcaniques sur Mars datent de millions d’années, ce qui a conduit les scientifiques à penser que l’activité volcanique au-dessous et au-dessus de la surface de la planète s’était arrêtée il y a longtemps.
La nouvelle étude suggère toutefois qu’il aurait pu y avoir une activité volcanique souterraine plus récente, et qu'il est possible que cela se produise aussi aujourd’hui. « Cela impliquerait qu’il existe encore aujourd’hui une formation de chambres magmatiques en activité à l’intérieur de Mars, et qu’il ne s’agit pas simplement d’un endroit froid » conclut Bramson.

Source : trustmyscience.com
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.