Ce lieu terrestre extrême et similaire à Mars héberge des microbes vivants

Sylvie Montard - 30 juin 2022


Le site de Lost Hammer Spring se situe à 900 kilomètres au sud du pôle Nord. Crédits : Elisse Magnuson

 
La région de Lost Hammer Spring, dans le Haut-Arctique canadien, est l’une des sources terrestres les plus froides et les plus salées de la planète. Elle se situe sur l'île Axel Heiberg, peuplée autrefois par les Inuits, mais inhabitée de nos jours. Sa superficie est équivalente à celle du Danemark.
 
Les températures y sont perpétuellement inférieures à zéro. L’eau qui remonte à travers 600 mètres de pergélisol jusqu’à la surface est également très salée (environ 24% de salinité, ce qui empêche l’eau de geler) et ne contient quasiment pas d’oxygène (une partie par million d’oxygène dissous).


Un des nombreux glaciers sur l’île Axel Heiberg. Crédit : Melissa Ward

Cet environnement froid, salé et sans oxygène fait de ce site l’un des analogues les plus proches de la Terre à Mars, où des gisements de sel étendus ont été observés. La région de Lost Hammer Spring paraît donc tout indiquée pour effectuer des recherches sur les types de formes de vie qui auraient pu exister (ou pourraient encore exister) sur la planète rouge.
 
Jusqu’à présent, la science estimait que cet environnement était peu propice à la vie telle que nous la connaissons. Après de longs efforts, une équipe canadienne a finalement réussi à isoler et à séquencer les génomes d’environ 110 organismes microscopiques, révélant des indices sur la façon dont la vie pourrait potentiellement survivre dans l’environnement hostile de la planète rouge.


Les calottes glaciaires de Mars possèdent des environnements très proches de la région de Lost Hammer Spring dans l'Extrême-Arctique canadien.

Bien que des études antérieures aient déjà identifié des preuves de microbes dans ce type d’environnement semblable à celui de Mars, il s’agit de l’une des rares études ayant trouvé des microbes vivants et actifs.
 
« Il a fallu quelques années de travail avec les sédiments avant de pouvoir détecter avec succès ces communautés microbiennes. La salinité de l’environnement interfère en effet à la fois avec l’extraction et le séquençage des microbes » , détaille Elisse Magnuson, de l’Université McGill de Montréal et principale auteure de cette nouvelle étude.


Vue rapprochée du gouffre de Lost Hammer Spring. Crédit : Elisse Magnuson

Les résultats de l'étude montrent que les communautés microbiennes évoluant dans cet Extrême-Arctique canadien survivent en mangeant et en respirant du méthane, du sulfure, du sulfate, du monoxyde de carbone ou dioxyde de carbone. Tous ces composés inorganiques simples ont déjà découverts sur Mars.
 
Les prochaines étapes de la recherche consisteront à cultiver et à caractériser davantage les membres les plus abondants et les plus actifs de cet écosystème afin de mieux les comprendre. Ces résultats intéressent par ailleurs les scientifiques européens travaillant sur la mission ExoMars, fruit d’une collaboration entre l’Agence spatiale européenne et l’agence russe Roscosmos qui vise à détecter des formes de vie sur la planète rouge.


Le rover Rosalind Franklin de la mission ExoMars s'entrainera bientôt à détecter des traces de microbes observés sur le site de Lost Hammer Spring. Crédit : ESA

Les chercheurs testeront bientôt les capacités de détection du rover européen Rosalind Franklin sur des échantillons de microbes trouvés à Lost Hammer Spring. La mission ExoMars reste cependant en stand-by en raison de la guerre en Ukraine. Mais les pourparlers ont visiblement repris entre les deux parties, suggérant un possible lancement en 2024.
 
Source: sciencepost.fr
 
   
 
 
Une occultation de Mars par notre Lune va se produire dans la nuit du 7 au 8 décembre prochain. Ce spectacle astronomique est rarement visible en France.
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
   
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
 
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
   
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
 
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
   
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
 
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
   
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
 
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.