Les futurs rovers martiens s'entraînent dans le désert marocain

En l'espace de 10 ans, Erfoud est devenue une destination incontournable pour la recherche spatiale européenne. Un engouement qui s'explique par la topologie de la région, mais aussi par les conditions d'accueil sur place.
Alors qu’un soleil de plomb tape sur les dunes rocailleuses, plusieurs robots apparaissent à l’horizon. Sur quatre roues motrices, ces drôles de véhicules automatisés fouillent à l’aide de leur caméra la surface, sablonneuse ou rocailleuse, qu’ils parcourent. D’autres, munis d’antennes, scrutent les environs. Nous ne sommes pas sur la Lune, ni sur Mars, mais bien dans l’est du Maroc, à Erfoud.
Parmi ces prototypes se trouve SherpaTT, un drôle de véhicule imaginé par le German Research Centre for Artificial Intelligence (DFKI) et doté de 4 roues motrices indépendantes dont l’écartement au sol varie de 1X1m jusqu’à 2,4X2,4m selon la nature du terrain : le rover évite automatiquement le basculement en faisant varier sa surface de sustentation pour y maintenir son centre de gravité. Le prototype de rover SherpaTT a également été testé dans le désert de l’Utah (États-Unis), une région qui présente elle aussi des terrains analogues à ceux qu’on trouve sur Mars.

En décembre 2018, l’espace de quelques jours, cette région a été la terre d’accueil de robots créés par plusieurs agences spatiales européennes. Parmi les guest-stars présentes sur place, on retrouve notamment le robot Exomars qui posera ses roues et pinces sur la surface de la planète rouge à l’horizon 2020. La destination Erfoud intéresse également l’agence spatiale russe Roscosmos qui y a également effectué des tests courant 2018. Mais l’attractivité d’Erfoud pour la recherche spatiale ne date pas d’hier. Cela fait une dizaine d’années que la région d’Erfoud-Rissani accueille les tests d’agences spatiales souhaitant partir à la découverte de la planète rouge. Un engouement qui s’explique par les caractéristiques géologiques de la région, mais aussi l’environnement créé autour de ce business.
Pour comprendre l’intérêt que suscite Erfoud, il faut remonter à 2007. Cette année-là, un projet est initié conjointement par l’université Cadi Ayyad de Marrakech et l’université de Pescara en Italie. Les deux institutions se mettent d’accord pour créer le centre Ibn Battuta, installé au cœur de l’université marrakchie. Le centre est chargé de la formation et doit alors servir de support pour les agences européennes désireuses de faire des tests d’instrumentations liées à l’exploration spatiale.
Le centre est situé à quelques centaines de kilomètres d’Erfoud où de nombreuses similarités avec la planète Mars ont été identifiées. La région Erfoud-Rissani offre une variété de terrains existant sur la planète Mars, ce qui fait de la zone une plateforme formidable pour les tests de terrain. Le sable de la région présente en effet de nombreuses similarités avec celui que l’on peut retrouver sur la planète rouge. A cette similarité géologique vient également s’ajouter une ressemblance topographique.

D’autres critères ont joué un rôle dans le choix d’Erfoud. Parmi eux, la proximité avec l’Europe, et la disponibilité des autorités marocaines. De nombreux tests effectués au Maroc n’auraient jamais pu avoir lieu sans le soutien des ministères de l’Intérieur, de l’Enseignement supérieur, des douanes et des wilayas, de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). L’ANRT a notamment contribué à la mise en place, sur site, d’une connexion très haut débit permettant d’échanger des informations en temps réel avec les agences spatiales européennes.
Si Erfoud fait office de destination favorite des chercheurs, elle n’est néanmoins pas la seule destination marocaine où ils peuvent effectuer leur test. En effet, les hauts responsables de l’ESA ont donné leur feu vert pour plusieurs sites marocains notamment dans la région de Zagora, d’Ouarzazate, au nord de Tan-Tan, à Tinghir et au sud d’Errachidia.
A Erfoud, les Forces armées royales ont également eu leur rôle à jouer puisque certains éléments de l’armée sont mobilisés pour assurer la protection des scientifiques présents sur place. Dernier facteur, et non des moindres, la capacité d’accueil dans la région. En effet, plusieurs établissements hôteliers ont été construits dans la région afin d’accueillir les chercheurs mobilisés sur place.


Source : telquel.ma
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.