Les Emirats Arabes Unis veulent coloniser Mars dans 100 ans

En janvier 2019, les Emirats Arabes Unis (EAU) ont présenté leur nouveau programme de conquête spatial intitulé : « Plan national pour la promotion des investissements spatiaux ». L’État fédéral, regroupant les sept pays de la péninsule arabique, ambitionne de concurrencer les superpuissances spatiales dans la course pour la colonisation de Mars. Ils se donnent cent ans pour coloniser la planète rouge. L’objectif du programme est d’inciter les investissements étrangers dans le secteur spatial. Le plan comprendrait la création d’accélérateurs d’entreprises, de fonds et de zones économiques.
Le projet Mars 2117 annoncé par son Altesse Shaikh Mohammad Bin Rashid Al Maktoum, premier ministre du pays, vise à déterminer les moyens pour se rendre sur Mars et créer de la nourriture et de l’énergie sur la planète rouge. « En tant qu’entité du gouvernement fédéral, l’Agence spatiale des Émirats arabes unis jouera un rôle actif dans la facilitation et l’encouragement des investissements locaux et étrangers dans le secteur, » a par ailleurs déclaré Mohammed Al Ahbabi, directeur général de l’Agence spatiale des Émirats arabes unis, dans un communiqué.
Durant ces dernières années, les EAU ont affiché leur intérêt pour l’espace à travers de nombreuses initiatives liées au secteur spatial. Ils ont créé leur propre agence spatiale en 2014, et mis en place un droit de l’espace national. Ils disposent également, depuis 2018, d’un opérateur de satellite baptisé Yahsat. Par ailleurs, le satellite de télédétection KhalifaSat, lancé en octobre 2018 sur une fusée japonaise H-2, a été le premier prototype conçu aux EAU.


Dans le cadre d’une mission baptisée Hope, l’agence spatiale compte mettre une sonde en orbite autour de Mars. Le lancement est prévu pour 2021. Par ailleurs, les EAU investissent beaucoup sur les jeunes qui se passionnent pour l’astronomie. Dans le cadre d’un concours pour devenir astronaute, trois mille candidats se sont présentés, dont un quart de femmes. L’un d'entre eux effectuera une mission Soyouz à destination de la Station spatiale internationale.
L’agence a également investi dans la construction d’une simulation d'une ville martienne, donnant un aperçu du mode de vie au sein de la colonie sur la planète rouge. Cette première étape d'une ville prototype permettra d’étudier les capacités de survie de l’homme dans les conditions martiennes. Concrètement, une ville similaire à celle qui pourrait être bâtie sur la planète rouge va être montée de toute pièce, sans doute dans le désert.
Et comme l’ambition du pays en matière de conquête spatiale, les plans de cette ville-test sont pharaoniques. Ils espèrent pouvoir construire une cité de plusieurs kilomètres carrés afin que les scientifiques puissent y tester le matériel amené à être utilisé sur Mars. Dans le même temps, cette grande bulle simulerait les conditions auxquels les premiers hommes sur Mars pourraient être confrontés, que ce soit en termes de luminosité, de chaleur ou de raréfaction de la nourriture.
Si on n’est pas encore sûr que les Emirats Arabes Unis auront une équipe de scientifiques vivant dans cette ville-test à plein temps, on sait en revanche que certaines personnes devraient y passer au moins un an, sans discontinuer. Les leçons qu’ils pourront tirer de leurs différentes expériences pourront aider les futurs astronautes et habitants de Mars à développer la vie dans des conditions compliquées : accès limité à l’eau, froid et chaleur intenses, isolation…

Source : fredzone.org
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.