Les Emirats Arabes Unis veulent coloniser Mars dans 100 ans

En janvier 2019, les Emirats Arabes Unis (EAU) ont présenté leur nouveau programme de conquête spatial intitulé : « Plan national pour la promotion des investissements spatiaux ». L’État fédéral, regroupant les sept pays de la péninsule arabique, ambitionne de concurrencer les superpuissances spatiales dans la course pour la colonisation de Mars. Ils se donnent cent ans pour coloniser la planète rouge. L’objectif du programme est d’inciter les investissements étrangers dans le secteur spatial. Le plan comprendrait la création d’accélérateurs d’entreprises, de fonds et de zones économiques.
Le projet Mars 2117 annoncé par son Altesse Shaikh Mohammad Bin Rashid Al Maktoum, premier ministre du pays, vise à déterminer les moyens pour se rendre sur Mars et créer de la nourriture et de l’énergie sur la planète rouge. « En tant qu’entité du gouvernement fédéral, l’Agence spatiale des Émirats arabes unis jouera un rôle actif dans la facilitation et l’encouragement des investissements locaux et étrangers dans le secteur, » a par ailleurs déclaré Mohammed Al Ahbabi, directeur général de l’Agence spatiale des Émirats arabes unis, dans un communiqué.
Durant ces dernières années, les EAU ont affiché leur intérêt pour l’espace à travers de nombreuses initiatives liées au secteur spatial. Ils ont créé leur propre agence spatiale en 2014, et mis en place un droit de l’espace national. Ils disposent également, depuis 2018, d’un opérateur de satellite baptisé Yahsat. Par ailleurs, le satellite de télédétection KhalifaSat, lancé en octobre 2018 sur une fusée japonaise H-2, a été le premier prototype conçu aux EAU.


Dans le cadre d’une mission baptisée Hope, l’agence spatiale compte mettre une sonde en orbite autour de Mars. Le lancement est prévu pour 2021. Par ailleurs, les EAU investissent beaucoup sur les jeunes qui se passionnent pour l’astronomie. Dans le cadre d’un concours pour devenir astronaute, trois mille candidats se sont présentés, dont un quart de femmes. L’un d'entre eux effectuera une mission Soyouz à destination de la Station spatiale internationale.
L’agence a également investi dans la construction d’une simulation d'une ville martienne, donnant un aperçu du mode de vie au sein de la colonie sur la planète rouge. Cette première étape d'une ville prototype permettra d’étudier les capacités de survie de l’homme dans les conditions martiennes. Concrètement, une ville similaire à celle qui pourrait être bâtie sur la planète rouge va être montée de toute pièce, sans doute dans le désert.
Et comme l’ambition du pays en matière de conquête spatiale, les plans de cette ville-test sont pharaoniques. Ils espèrent pouvoir construire une cité de plusieurs kilomètres carrés afin que les scientifiques puissent y tester le matériel amené à être utilisé sur Mars. Dans le même temps, cette grande bulle simulerait les conditions auxquels les premiers hommes sur Mars pourraient être confrontés, que ce soit en termes de luminosité, de chaleur ou de raréfaction de la nourriture.
Si on n’est pas encore sûr que les Emirats Arabes Unis auront une équipe de scientifiques vivant dans cette ville-test à plein temps, on sait en revanche que certaines personnes devraient y passer au moins un an, sans discontinuer. Les leçons qu’ils pourront tirer de leurs différentes expériences pourront aider les futurs astronautes et habitants de Mars à développer la vie dans des conditions compliquées : accès limité à l’eau, froid et chaleur intenses, isolation…

Source : fredzone.org
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.