Les concepts d'habitats martiens

Il n’aura échappé à personne que Mars est actuellement au centre de toutes les attentions spatiales. Si l’Homme prévoit de retourner sur la Lune, il ne s’agirait ici que d’un point relais menant tout droit vers la planète rouge. Les projets de colonisation humaine sur la planète Mars vont donc bon train. Après l’avoir observée avec précision et y avoir envoyé des robots pour en explorer la surface, il s’agit maintenant pour l’humanité d’y établir une base permanente. Et la fondation d’une colonie permanente pourrait avoir lieu dès 2024 selon Elon Musk, qui compte envoyer des passagers sur la planète rouge grâce à sa nouvelle fusée « Starship ». La NASA ne se laisse bien sûr pas distancer. L’agence spatiale américaine vise elle l’année 2033.
Pour ces acteurs de l'industrie spatiale, la difficulté n’est pas seulement dans le voyage, mais dans la survie à long-terme des colons. Car la planète rouge, sans atmosphère, est exposée aux radiations solaires. Les conditions météorologiques y sont en outre extrêmes : températures changeantes et glaciales, tempêtes de sable…Or pour y faire face, les premiers arrivants auront des ressources limitées, tant le coût de leur acheminement depuis la Terre serait élevé.
Pour ne pas alourdir et encombrer les fusées de transports des colons, l’idéal serait d’utiliser au maximum les ressources présentes sur place pour bâtir les premières installations humaines. Pour construire les infrastructures nécessaires à la survie du premier groupe humain à vivre de manière permanente à des dizaines de millions de kilomètres de leur planète d’origine, les scientifiques de la NASA ont notamment pensé à l’imprimante 3D. De nombreux projets fleurissent, émanant de divers pays via leurs agences spatiales et aussi des sociétés privées.
Découvrez ci-dessous une sélection des meilleurs concepts d'habitats martiens.

 
 
   

Cliquer sur les images pour consulter la description complète
 
 
La chitine (un composant fibreux de l'exosquelette des insectes et des crustacés) pourrait être combinée avec le sol martien pour fabriquer un nouveau matériau.
 
 
Interstellar Lab, un studio de recherche basé à Paris, a l'intention de construire le premier village d’inspiration spatiale. Le village ouvrira dans le désert de Mojave en Californie.
 
 
Ce logement s’appuie sur l’utilisation des matériaux martiens pour créer des bâtiments, en utilisant un mélange innovant de biotrastique, transformé à partir de plantes cultivées sur Mars.
 
 
Ce concept d'habitat prend la forme d’une demi-sphère protégée par un dôme. Sur sa base sera posée une imprimante 3D qui créera des quartiers d’habitations gonflables et pressurisés.
 
 
Cette habitation se compose de bulbes gonflables reliés par un sas. Les ouvertures laissant passer la lumière sont inclinées à moins de 30°, afin de minimiser l’impact des radiations spatiales.
 
 
Cette construction contient aussi bien les équipements mécaniques que les moyens de communication et les équipements du laboratoires, comme ce bras mécanique pourvu d’une imprimante 3D.
 
 
Ce concept consiste à faire atterrir une imprimante 3D et des rovers avec un module autonome, qui chercherait l'emplacement idéal, pendant que les rovers collectent les matériaux nécessaires.
 
 
Des chercheurs de Lausanne (Suisse) proposent un concept d'igloo géant protégé par une couche de glace de 3 mètres d’épaisseur, afin de se protéger des météorites et des rayons cosmiques.
 
 
Des chercheurs de la NASA ont dévoilé en 2017 un concept d'habitat martien qui montre une structure gonflable semblable à une chambre à air et recouverte d'une coque de glace protectrice.
 

(heure de Paris)
Lever de Mars: 3h47
Coucher de Mars: 15h39
Distance Terre-Mars
223,2 millions de km
 
   
 
 
L’image a été prise par l’appareil photo à bord de Zhurong, peu de temps après son atterrissage sur Mars, mais elle n’avait pas encore été présentée au grand public.
 
 
L'atterrisseur InSight de la NASA ne pourra bientôt plus continuer à sonder l'intérieur de Mars. Ces panneaux solaires recouverts de poussière peinent de plus en plus à l'alimenter en énergie.
 
 
10 jours après avoir capturé l'image d'une étrange ouverture dans la roche, Curiosity récidive en photographiant à nouveau une roche insolite, qui évoque la tige d'une plante fossilisée.
   
 
Le 7 mai 2022, la photo d'une étrange cavité dans la roche capturée par Curiosity a provoqué un raz-de-marée de réactions sur les réseaux sociaux. Des géologues apportent une réponse.
 
 
Depuis le 3 mai 2022, Ingenuity souffre de plusieurs problèmes. La poussière martienne s’est accumulée sur ses panneaux solaires, rendant difficile la recharge de ses batteries.
 
 
Selon l’équipe chinoise, les instruments de Zhurong auraient analysé des minéraux soutenant la présence d’une quantité substantielle d’eau liquide il y a environ 700 millions d’années.
   
 
En mai 2022, le télescope HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a survolé la planète rouge, en collectant des photos mises en ligne par l'Université de l'Arizona.
 
 
Le 7 mai 2022, le rover a capturé une image intrigante qui évoque l'entrée d'une grotte. Elle présente une forme parfaitement rectangulaire, et semble avoir été façonnée par un maçon.
 
 
Présente depuis plus de trois ans sur Mars, la sonde InSight de la NASA a mesuré le 4 mai 2022 le plus grand séisme jamais détecté sur la planète rouge, d'une magnitude supérieure à 5.
 
 
Les scientifiques l’appellent "aurore discrète sinueuse". Cette bande de lumière semblable à un ver illumine le ciel en partant d’un des pôles pour atteindre la face cachée de Mars.
 
 
Ingenuity a photographié le parachute qui a aidé Perseverance à atterrir sur Mars et la coquille arrière en forme de cône qui protégeait le rover pendant sa descente vers la surface martienne.
 
 
InSight a enregistré ses deux plus grands événements sismiques à ce jour, de magnitude 4,2 et 4,1. Le premier s'est produit de l'autre côté de la planète, à l'opposé de l'atterrisseur.
 
 
Des données collectées par Curiosity renforcent l’hypothèse selon laquelle des lacs ont existé sur Mars. Des traces suggèrent qu’il y aurait eu des systèmes hydrothermaux comme sur Terre.
 
 
Les progrès techniques actuels rendent accessible la colonisation d’autres planètes. Mais est-ce souhaitable ? Le cinéaste Werner Herzog et son fils Rudolph partent en quête de réponses.
 
 
Des météorites récupérées dans la plaine australienne de Nullarbor contenaient des résidus organiques sous forme de microfossiles conservés dans des veines minérales au sein de la roche.