L'eau a coulé sur Mars plus longtemps qu'on ne le pensait

Sylvie Montard - 27 janvier 2022


Crédit : Kees Veenenbos/Photothèque scientifique
 
Mars était autrefois parcourue de rivières et de lacs il y a des milliards d'années, offrant un habitat potentiel pour la vie microbienne. Au fur et à mesure que l'atmosphère de la planète s'est amincie, cette eau s'est évaporée, laissant le monde désertique gelé que la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA étudie aujourd'hui.
 
La science supposait jusqu'à présent que l'eau de Mars s'est évaporée il y a environ 3 milliards d'années. Mais deux scientifiques qui étudient les données que la sonde MRO a accumulé sur Mars au cours des 15 dernières années ont trouvé des preuves qui réduisent considérablement cette chronologie : leurs recherches révèlent des signes d'eau liquide sur la planète rouge il y a à peine 2 à 2,5 milliards d'années.
 
Ces résultats ont été publié dans l'AGU Advances le 27 décembre 2021, une revue interdisciplinaire en libre accès qui publie des articles de recherche sur toutes les sciences de la Terre et de l'espace. L'étude se concentre sur les dépôts de chlorure de sel laissés par l'évaporation de l'eau de fonte des glaces de Mars. L'auteur principal de l'étude, Ellen Leask, a effectué une grande partie de ses recherches dans le cadre de son travail de doctorat à Caltech, à Pasadena. Elle et la professeure de Caltech Bethany Ehlmann ont utilisé les données de l'instrument CRISM (Compact Reconnaissance Imaging Spectrometer for Mars) de la sonde MRO, pour cartographier les chlorures de sel à travers les hautes terres riches en argile de l'hémisphère sud de Mars, un terrain marqué par des cratères d'impact.


La sonde MRO a utilisé sa caméra contextuelle pour capturer cette image de Bosporos Planum. Les taches blanches sont des dépôts de sel trouvés dans un canal sec. Le plus grand cratère d'impact de la scène mesure près de 1,5 kilomètre de diamètre. Crédit : NASA

Ces cratères étaient l'une des clés de la datation des sels : moins un terrain a de cratères, plus il est jeune. En comptant le nombre de cratères sur une zone de la surface, les scientifiques peuvent estimer son âge. MRO dispose de deux caméras qui sont parfaites pour cet exercice. La caméra contextuelle, avec son objectif grand angle noir et blanc, aide les scientifiques à cartographier l'étendue des chlorures. Pour zoomer, les scientifiques se tournent vers la caméra couleur HiRISE (High-Resolution Imaging Science Experiment), leur permettant de voir des détails aussi petits qu'un rover martien depuis l'espace.

En utilisant les deux caméras pour créer des cartes d'altitude numériques, Leask et Ehlmann ont découvert que de nombreux sels se trouvaient dans des dépressions qui abritaient autrefois des lacs peu profonds, sur des plaines volcaniques en pente douce. Les scientifiques ont également trouvé des canaux sinueux et secs à proximité, qui correspondent à d'anciens cours d'eau provenant de la fonte occasionnelle de la glace ou du pergélisol. Le comptage des cratères et la présence de sels au sommet de ces terrains volcaniques leur ont permis de dater les dépôts.


Crédit : MARK GARLICK / SCIENCE PHOTO LIBRA / MGA / Science Photo Library

« Ce qui est étonnant, c'est qu'après plus d'une décennie de fourniture d'images en haute résolution, de données stéréo et infrarouges, MRO apporte de nouvelles découvertes sur la nature et la chronologie de ces anciens lacs salés et rivières », a déclaré Ehlmann. Les minéraux de sel ont été découverts pour la première fois il y a 14 ans par l'orbiteur Mars Odyssey de la NASA, qui a été lancé en 2001. La sonde MRO, qui dispose d'instruments à plus haute résolution qu'Odyssey, a été lancé en 2005 et étudie les sels, parmi de nombreuses autres caractéristiques de Mars.
« Notre vision de la planète Mars devient de plus en plus détaillée au fil du temps », a déclaré Leslie Tamppari, scientifique adjointe du projet de la mission MRO au JPL. « Plus nous cartographions la planète avec nos instruments, mieux nous pouvons comprendre son histoire ».


Source: marsdaily.com
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.