Le site Nili Fossae résulterait d'une explosion volcanique

Sur Mars, il existe un site qui intéresse particulièrement les scientifiques. Appelé Nili Fossae, il se trouve dans la région de Syrtis Major, près d’Isidis Planitia, une immense plaine à l’intérieur d’un bassin d’impact. Le site contient d’importants gisements d’olivine, un des principaux éléments constitutifs du manteau planétaire. La zone se distingue également par la présence des grabens. Ce sont des vallées avec des escarpements sur les deux côtés.
Afin de mieux comprendre l’histoire de Mars, une équipe de chercheurs de l’Université Brown, à Providence, dans le Rhode Island, a décidé de se concentrer sur le site. Le groupe a été composé de Christopher Kremer et Michael Bramble, deux étudiants diplômés. Ils ont travaillé avec le professeur John Mustard, du Département des sciences de la Terre, de l’environnement et des planètes de l’Université Brown.
Normalement, l’olivine est un minéral qui se trouve à l’intérieur de la planète et non à sa surface. L’immense quantité d’olivines (environ 30% de 30000 km2) présente sur le site a ainsi éveillé la curiosité des chercheurs. Ils veulent notamment connaitre leur provenance et la manière dont elles ont atteint la surface.
Ce dépôt d’olivines a été découvert en 2003. Depuis, diverses hypothèses ont été avancées. Selon ses découvreurs, « les failles post-impact de cette zone ont exposé les couches souterraines riches en olivine ». D’autres équipes ont suggéré qu’il pourrait provenir d’une coulée de lave effusive ou d’un impact massif, comme celui qui est à l’origine du bassin d’Isidis.
Les résultats de la nouvelle étude écartent toutes ces théories. Ils tendent à confirmer que le dépôt vient d’un volcanisme explosif. À la différence du volcanisme effusive, celui-ci se produit lorsque le magma contient des gaz dissous, tels que la vapeur d’eau. Le gaz crée une forte pression qui engendre l’explosion. Les cendres et les laves s’éparpillent dans l’air.
« C’est l’une des preuves les plus tangibles de l’idée selon laquelle le volcanisme explosif était plus répandu dans les débuts de Mars », a déclaré Christopher Kremer, qui a dirigé les travaux. Le dépôt se serait ainsi formé lorsque Mars contenait encore de l’eau.
« Ce travail s’est démarqué méthodologiquement de ce que d’autres personnes ont fait en examinant la forme physique des terrains composés de ce substrat rocheux », a déclaré Kremer. « Quelles sont la géométrie, l’épaisseur et l’orientation des couches qui le composent. Nous avons constaté que l’explication du volcanisme explosif et des chutes de cendres répond à toutes les attentes, tandis que toutes les idées alternatives sur ce que ce gisement pourraient être en désaccord à plusieurs égards avec ce que nous observons en orbite. »


Source : fredzone.org
 
   
 



Créer un site
Créer un site