Le sismomètre SEIS détecte des microséismes sur Mars

Des microséismes ont été détectés pour la première fois sur Mars par le sismomètre SEIS, rapporte la revue Science à la suite d'une conférence de Philippe Lognonné, responsable scientifique de l'instrument, donnée lors du 50e Congrès de planétologie le lundi 18 mars 2019 au Texas.
Déployé sur le sol martien le 19 décembre 2018 par l'atterrisseur InSight, SEIS a commencé à enregistrer continuellement de faibles vibrations dès qu'il a été recouvert de son bouclier protecteur contre le vent et les températures extrêmes le 2 février 2019, d'après Philippe Lognonné, également planétologue et géophysicien à l'université Paris Diderot et à l'Institut de physique du Globe de Paris.
« Nous pensons que ces signaux sont des ondes venant de Mars », a déclaré Philippe Lognonné, par opposition aux vibrations de l'atterrisseur InSight lui-même, par exemple. Ils seraient provoqués par le vent martien faisant trembler le sol. Sur Terre, les microséismes, générés en permanence par le clapotis de l'eau des océans et des lacs ont longtemps été considérés comme une nuisance. Leur détection sur Mars par SEIS montre que l'instrument fonctionne bien. Il devrait donc entendre sans problème son premier vrai séisme, aussi surnommé « tremblement de Mars ». Les scientifiques prévoient qu'il en détecte 10 à 12 par an.


Source : futura-sciences.com
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.