Le regain d'intérêt pour Mars (1996-2005)

Au cours des années 1990, l'exploration de Mars rencontre plusieurs échecs. En dix ans, sept sondes spatiales connaissent un destin fatal, perdues à jamais dans l'espace: les deux sondes soviétiques du programme Phobos en 1988, la sonde Mars Observer lancée en 1992 par la NASA, la sonde soviétique Mars 96 développée en collaboration avec l'Europe en 1996, les sondes américaines Mars Climate Orbiter et Mars Polar Lander en 1998, et la sonde japonaise Nozomi, également en 1998.
Ces multiples échecs ne découragent pas pour autant les scientifiques, et la NASA réussit néanmoins a déposer sur le sol martien son petit rover Sojourner par Mars Pathfinder en 1996. La même année, l'orbiteur Mars Global Surveyor parvient à atteindre Mars et à collecter des données détaillées sur la planète rouge durant neuf années.
Les années 2000 apportent une moisson de découvertes et de succès plus importantes, avec des missions à budget certes restreint, mais très instructive, notamment sur la présence passée et présente d'eau sur Mars. Les sondes 2001 Mars Odyssey en 2001, Mars express en 2003, Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) en 2005, ainsi que les deux rovers Opportunity et Spirit issus du programme Mars Exploration Rover en 2003 permettent d'esquisser l'histoire géologique et climatique de Mars.

 
Sondes et rovers de 1996 à 2005
Cliquer sur les images pour consulter la description complète
 
 
En novembre 1996, la NASA et le JPL s'intéresse de nouveau à Mars, après 20 ans d'absence, avec Mars Global Surveyor, qui possède à son actif de nombreuses découvertes. La caméra MOC a ainsi imagé des traces d'écoulements récents. Des preuves de la présence d'eau dans un passé bien plus lointain ont également été observées.
 
 
La mission Pathfinder a été un véritable succès. Sur une durée de 3 mois, 16000 images de la surface de Mars ont été prises par la caméra de l'atterrisseur, et 8,5 millions de mesures concernant la température, la pression et les vents martiens. Sojourner est le premier rover à se déplacer sur le sol de Mars.
 
 
Mars Odyssey a participé au choix et à la caractérisation des sites d'atterrissage des rovers Spirit et Opportuniy, et le relais radio de la sonde a retransmis vers la Terre 90 % de leurs données, faisant de Mars Odyssey le premier élément d'un réseau de télécommunication martien.
 
 
Lancée le 2 juin 2003, cette sonde est la première mission d'exploration d'une autre planète du système solaire lancée par l'Agence européenne. La sonde comprend un orbiteur et un petit atterrisseur, Beagle 2, chargé de se poser sur la surface et de déceler d'éventuelles traces de vie.
 
 
Spirit est arrivé à la surface de Mars le 3 janvier 2004. Ce fut le début de sa mission primaire de 90 sols. Le rover n'était pas sensé survivre au-delà mais des événements de nettoyage des cellules solaires ont permis de prolonger sa mission, jusqu'en 2010.
 
 
Opportunity a atterri sur Mars dans la région équatoriale de Terra Meridiani. Conçu pour analyser géologiquement le sol martien, le robot était programmé pour ne fonctionner que 90 sols. Il a survécu près de 15 ans, jusqu'en juin 2018, où une tempête a eu raison de lui. Suite à cela, il n'a émis plus aucun signal.
 
 
L'orbiteur disposait du télescope HIRISE permettant d'obtenir des images avec une résolution de 20 à 30 cm. MRO était équipé d'un système de télécommunications et à jouer le rôle de relais pour les données collectées par les atterrisseurs et rovers posés sur Mars tels que Phoenix et Curiosity. 
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.