Le mystère des traces d'écoulements sur Mars bientôt résolu?

Dans les années 70, les deux sondes spatiales Viking 1 et Viking 2 ont pris plusieurs photos de la surface martienne, révélant par la même occasion la présence de plusieurs traînées sombres apparaissant périodiquement dans certaines zones. Durant les années suivantes, ces traînées ont été immortalisées à plusieurs autres reprises, laissant bon nombre de scientifiques perplexes. En Suède, une équipe de chercheurs émérites a eu l’occasion de se pencher sérieusement sur ces curiosités géologiques et notamment sur la manière dont elles se forment. Ils souhaitaient notamment déterminer si ces marques pouvaient être issues d’un mécanisme lié à la présence d’eau ou de liquide dans les sous-sols martiens.
L'étude explique ainsi que ces traînées de pente sont de longueur variable et vont de seulement quelques mètres à plusieurs kilomètres. Plus intriguant, elles présentent souvent la même structure, suivant des pentes très douces. Il semblerait également que le phénomène soit localisé et se limite ainsi aux régions équatoriales et subéquatoriales de Mars. À l’heure actuelle, il existe principalement deux théories pour expliquer la présence de ces marques. Aucune d’entre elles n’inclut une quelconque présence extraterrestre.
Le premier camp pense que ces marques sont en réalité provoquées par un mécanisme humide. Dans ce cas, l’apparition de ces traînées serait ainsi provoquée par de l’eau existant à l’état liquide et plus précisément par des sources d’eau présentes dans le sol martien et résultant soit d’une vraie source, soit de la fonte des glaces, soit de la formation de solutions salines. Nous savons désormais que Mars abrite de gigantesques réservoirs de glace dans ses sous-sols. Dans ce contexte, il n’est pas idiot de penser que des contraintes extérieures pourraient provoquer la fonte de certaines poches. Dans ce cas, l’eau serait susceptible de remonter à la surface de la planète et suivre les pentes de ces reliefs pour former ces motifs.
Il existe cependant un autre camp, formé cette fois par des chercheurs pensant que ces traînées sont causées… par des avalanches de poussière. Dans ce cas précis, ces motifs se formeraient donc grâce à de la poussière expulsée par des dépôts d’air ou d’autres perturbations du même type.
Si ces deux théories semblent assez cohérentes, aucune d’entre elles n’a encore pu être prouvée. C’est précisément pour cette raison que l’Université de technologie de Lulea en Suède a monté une équipe de recherche, une équipe formée par Anshuman Bhardwaj et plusieurs de ses collègues.
Pour tenter de démêler le vrai du faux, la fine équipe s’est rendue en Bolivie et plus précisément sur un site situé à Salar de Uyuni. L’endroit présente en effet des conditions proches de celles des zones où se sont formées ces fameuses traînées, des conditions qui provoquent l’apparition ponctuelle d’écoulements de saumure. Des écoulements… se manifestant sous la forme de traînées similaires à celles relevées par les sondes martiennes.
En analysant la topologie des lieux, les scientifiques en sont venus à la conclusion que les traînées martiennes pourraient bien être provoquées par des écoulements liquides. Toutefois, ils insistent également sur le fait qu’il est encore impossible de prouver cette assertion et ils recommandent donc que d’autres analyses complémentaires soient faites. Ils espèrent notamment que nous pourrons envoyer prochainement des robots sur place afin d’effectuer des relevés.

Source : fredzone.org
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.