Le mystère des traces d'écoulements sur Mars bientôt résolu?

Dans les années 70, les deux sondes spatiales Viking 1 et Viking 2 ont pris plusieurs photos de la surface martienne, révélant par la même occasion la présence de plusieurs traînées sombres apparaissant périodiquement dans certaines zones. Durant les années suivantes, ces traînées ont été immortalisées à plusieurs autres reprises, laissant bon nombre de scientifiques perplexes. En Suède, une équipe de chercheurs émérites a eu l’occasion de se pencher sérieusement sur ces curiosités géologiques et notamment sur la manière dont elles se forment. Ils souhaitaient notamment déterminer si ces marques pouvaient être issues d’un mécanisme lié à la présence d’eau ou de liquide dans les sous-sols martiens.
L'étude explique ainsi que ces traînées de pente sont de longueur variable et vont de seulement quelques mètres à plusieurs kilomètres. Plus intriguant, elles présentent souvent la même structure, suivant des pentes très douces. Il semblerait également que le phénomène soit localisé et se limite ainsi aux régions équatoriales et subéquatoriales de Mars. À l’heure actuelle, il existe principalement deux théories pour expliquer la présence de ces marques. Aucune d’entre elles n’inclut une quelconque présence extraterrestre.
Le premier camp pense que ces marques sont en réalité provoquées par un mécanisme humide. Dans ce cas, l’apparition de ces traînées serait ainsi provoquée par de l’eau existant à l’état liquide et plus précisément par des sources d’eau présentes dans le sol martien et résultant soit d’une vraie source, soit de la fonte des glaces, soit de la formation de solutions salines. Nous savons désormais que Mars abrite de gigantesques réservoirs de glace dans ses sous-sols. Dans ce contexte, il n’est pas idiot de penser que des contraintes extérieures pourraient provoquer la fonte de certaines poches. Dans ce cas, l’eau serait susceptible de remonter à la surface de la planète et suivre les pentes de ces reliefs pour former ces motifs.
Il existe cependant un autre camp, formé cette fois par des chercheurs pensant que ces traînées sont causées… par des avalanches de poussière. Dans ce cas précis, ces motifs se formeraient donc grâce à de la poussière expulsée par des dépôts d’air ou d’autres perturbations du même type.
Si ces deux théories semblent assez cohérentes, aucune d’entre elles n’a encore pu être prouvée. C’est précisément pour cette raison que l’Université de technologie de Lulea en Suède a monté une équipe de recherche, une équipe formée par Anshuman Bhardwaj et plusieurs de ses collègues.
Pour tenter de démêler le vrai du faux, la fine équipe s’est rendue en Bolivie et plus précisément sur un site situé à Salar de Uyuni. L’endroit présente en effet des conditions proches de celles des zones où se sont formées ces fameuses traînées, des conditions qui provoquent l’apparition ponctuelle d’écoulements de saumure. Des écoulements… se manifestant sous la forme de traînées similaires à celles relevées par les sondes martiennes.
En analysant la topologie des lieux, les scientifiques en sont venus à la conclusion que les traînées martiennes pourraient bien être provoquées par des écoulements liquides. Toutefois, ils insistent également sur le fait qu’il est encore impossible de prouver cette assertion et ils recommandent donc que d’autres analyses complémentaires soient faites. Ils espèrent notamment que nous pourrons envoyer prochainement des robots sur place afin d’effectuer des relevés.

Source : fredzone.org
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.