Le bouclier au-dessus du sismomètre d'Insight est posé

Et encore une étape franchie avec succès pour la mission InSight. Samedi 2 février 2019, la sonde qui s'est posée à la surface de la planète Mars a déployé avec succès son bouclier WTS (acronyme de Wind and Thermal Shield, qui signifie bouclier contre le vent et les températures), recouvrant le sismomètre à la manière d'une cloche. En effet, sa mission est à la fois de mettre le précieux instrument à l'abri des poussières charriées par le vent, mais aussi de faire un tampon thermique pour éviter les trop grands écarts de température entre le jour et la nuit sur Mars. L'opération a été conduite par le bras robotisé de la sonde InSight.
Cette cloche qui pèse 12 kilos a dû être parfaitement positionnée au-dessus de l'instrument tout en laissant un intervalle d'au moins 6 cm entre ce dispositif de mesure et la paroi interne du bouclier. Celui-ci est désormais correctement stabilisé sur ses trois pieds : il peut théoriquement résister à des rafales martiennes pouvant atteindre 60 à 100 mètres par seconde. Le risque qu'il soit renversé est donc pratiquement nul. En effet, «le vent de Mars bien que parfois fort (des coups de vent jusqu'à 15 m/s ont été mesurés) ne fait pas une forte pression car l'atmosphère est 50 fois plus ténue que sur Terre», précise le géophysicien français Philippe Lognonné, planétologue à l'institut du Globe de Paris. «Autrement dit, même quand le vent souffle sur Mars a 15 m/s, cela ne fait que l'équivalent d'un vent à 2 m/s sur Terre (soit 7,2 km/heure, donc un petit force 2 sur Terre)», raconte ce professeur à l'université Denis-Diderot, et l'un des principaux architectes de l'instrument de ce sismomètre.
Le CNES fait toutefois état d'une petite "sueur froide" durant l'opération. «On voit que la jupe ne sort pas bien sur les images», décrit Philippe Laudet, chef de projet InSight/SEIS. Pour expliquer cela, le CNES rappelle que l'équipement est resté pendant 8 mois replié sur le pont de l'atterrisseur et soumis à des températures très basses. «Cela a dû provoquer des rigidités», explique Philippe Laudet.
«Les thermiciens comptent sur le réchauffement progressif par le soleil pour que les maillons se relâchent et descendent, la faible gravité de Mars (38% de celle de la Terre) n'aidant pas. Sur l'image suivante, prise le lendemain, on constate que la jupe a commencé à descendre. De toutes façon, si elle ne tombe pas entièrement, l'ajout du dôme est très bénéfique pour l'amélioration des performances de SEIS, qui étaient déjà très bonnes même sans bouclier» poursuit le communiqué du CNES.
Le sismomètre SEIS avait été déposé par le même bras robotisé de la sonde InSight le 20 décembre 2018. Cet instrument est si sensible qu'il peut détecter des déplacements du sol de Mars (consécutifs à des vibrations) avec une précision de la taille d'un atome d'hydrogène.

Source : sciencesetavenir.fr
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.