Les laboratoires pour analyser les échantillons de Perseverance n'existent pas encore

Depuis le 30 juillet 2020, la mission Mars 2020 est dans l’espace. Perseverance et son compagnon l’hélicoptère Ingenuity sont dirigés vers la planète rouge, avec un objectif pour le rover une fois arrivé à destination : collecter des échantillons à la surface de l’astre. Ainsi, nous pourrons peut-être en savoir davantage sur une éventuelle vie passée sur Mars, qui aurait laissé des traces. L’enjeu sera ensuite de les ramener sur Terre, pour les y analyser plus en détail.
C’est une première dans une mission de retours d’échantillons : il y a une dimension microbiologique, c’est-à-dire, l’étude d’organismes microscopiques. Cette nouveauté va poser la nécessaire question du traitement de ces échantillons : comment les protéger après leur retour sur Terre ? « Pour les échantillons ramenés de Mars, qui ne doivent pas être exposés à l’atmosphère terrestre, l’idée est de réaliser plusieurs étapes de protection. Les laboratoires nécessaires pour le faire n’existent pas aujourd’hui », explique Adrienne Kish, responsable du service de bactériologie au Museum National d’Histoire Naturelle, spécialisée en exobiologie.
« Le type de laboratoire qui s’en rapproche le plus, ce sont les laboratoires de bactériologie de type P4 », poursuit la spécialiste. Ce type d’infrastructure permet de manipuler des agents hautement pathogènes (pour lesquels il n’existe en général pas de traitement), dans une zone de confinement étanche et avec des précautions particulières (port de scaphandres, par exemple).
Les laboratoires de microbiologie sont classés de P1 à P4 « pour indiquer les risques potentiels des maladies infectieuses associées aux micro-organismes manipulés », décrit Adrienne Kish. La France compte trois laboratoires P4 : deux sont gérés par l’armée et un troisième appartient à l’Inserm, à Lyon.
Ces infrastructures pourraient servir d’inspiration pour accueillir les futurs échantillons martiens. Il faudrait soit convertir des laboratoires de type P4 existants, soit construire de nouveaux laboratoires, complétés par d’autres formes de protections pour limiter le risque de contamination des échantillons. « Cela permettrait ainsi de nous protéger contre l’échantillon, lors de la manipulation, et aussi de protéger l’échantillon contre notre atmosphère et nos micro-organismes, énumère la scientifique. Quand je parle de risque, je parle surtout d’un risque de dégradation chimique, ou de dégradation des signatures de la vie potentielle. »
Les agences spatiales américaine et européenne, la NASA et l’ESA, ont déjà commencé à songer à l’édification de tels laboratoires. Il leur faudra absolument « vérifier que les échantillons ne présenteront aucun danger pour l’écosystème, pour les êtres humains. S’il y a le moindre risque, les échantillons seront stérilisés avant qu’ils sortent de ce laboratoire », décrit Adrienne Kish.
Néanmoins, le risque qui parait à ce jour le plus probable est celui de la contamination des échantillons, qui, s’il survenait, pourrait mettre en péril le but de la mission Mars 2020.


Source : numerama.com
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 18h44
Coucher de Mars: 7h40
Distance Terre-Mars
64,0 millions de km

Arrivée du rover
Perseverance
sur Mars dans


 
   
 
Une caméra sur le bras d'InSight a récemment pris des images du trou de « la taupe » désormais partiellement rempli, ne montrant que l'attache scientifique de l'appareil dépassant du sol.
 
 
Le 16 août 2020, la sonde MRO a braqué sa caméra HiRISE sur le volcan Arsia Mons. Lors de son survol, elle a détecté un effrondrement en forme de cuvette, provoqué par des coulées volcaniques.
 
 
Pendant les vacances de la Toussaint, nous vous proposons de découvrir et de gagner un exemplaire du roman "Nix Olympica" qui nous emmène en 2037 à bord de la première mission vers Mars.
   
 
La NASA travaille sur un prototype de rover flexible et polyvalent, qui peut se séparer en deux parties afin de descendre en rappel dans les cratères de la planète rouge.
 
 
Le mardi 13 octobre 2020, la planète est à l'opposition : quand le Soleil se lève, elle se couche, et inversement. Les conditions sont favorables pour admirer l'éclat de Mars.
 
 
La NASA et l'agence spatiale japonaise JAXA ont sélectionné une nouvelle technologie de collecte d'échantillons à faible coût pour 2 missions sur la Lune et la lune martienne Phobos.
 
 
Mars abrite de nombreux cratères issus de débris de météores. Pour les assister dans leurs recherches, les équipes du JPL ont entrainé une intelligence artificielle.
 
 
En août 2020, la caméra Hirise de la sonde MRO a récolté plus de 700 photos de Mars. Certaines montrent des milliers de sillons, tracés dans le sol martien par des tourbillons de poussière.
 
 
La météo sur Mars, le type de lanceur et les lois de la physique régissant les planètes ont déterminé une fenêtre de lancement de 12 jours à partir du 20 septembre 2022.
 
 
Des chercheurs américains ont mis au point une sorte de laboratoire miniature pouvant effectuer des analyses biochimiques. Il pourrait notamment équiper les futurs rovers explorant Mars.
 
 
Tianwen-1 a largué deux cubesats de 950 et 680 grammes qui ont transmis en wifi au vaisseau mère les images prises en basse résolution. C'est une première!
 
 
Le 27 septembre 2020, un long camion escorté a pris la route en Italie avec une précieuse cargaison. Plusieurs modules du vaisseau spatial ExoMars ont quitté le site de Thales Alenia Space.
 
 
Fermé depuis la fin août 2019, l'Eurospace Center rouvre ses portes au grand public le 3 octobre 2020 à la conquête de la planète rouge. La base martienne se décline sur quatre thèmes.
 
 
Après la découverte d’un lac glacé sur la planète rouge en 2018, l'hypothèse que Mars cache de l’eau sous sa surface vient probablement d’être confirmée.
 
 
Vous êtes passionnés par la planète Mars? Prouvez le en répondant à ce quiz de 10 questions sur l'exploration martienne.
 
 
Le 6 septembre 2020, la Lune passait devant Mars. Du moins si on l’observait du bon endroit... L’astrophotographe Thierry Legault était au Portugal pour ne rien manquer du spectacle.
 
 
La chitine (un composant fibreux de l'exosquelette des insectes et des crustacés) pourrait être combinée avec le sol martien pour fabriquer un nouveau matériau.
 
 
Du 1er au 18 juillet 2020, la caméra HiRISE de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter a récolté près de 400 nouveaux clichés en haute définition de la surface de Mars, mises en ligne en septembre.