La vie sur Mars pourrait-elle se cacher au fond de ce trou ?

La NASA a partagé une étrange photo capturée en 2011 par le Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) actuellement en orbite autour de la planète rouge. Sur cette photo apparaît un cratère circulaire s’ouvrant sur les pentes d’un volcan martien (Pavonis Mons), situé sur l’équateur de la planète. D’après les analyses, le trou mesure environ 35 mètres de diamètre. On aperçoit au fond le haut du tas de gravats effondré, à une profondeur d’environ 28 mètres. Un modèle numérique a ensuite permis aux chercheurs d’estimer que ce tas de débris s’élève sur au moins 62 mètres. Autrement dit, la profondeur de ce trou est d’environ 90 mètres.
Selon la NASA, il ne s’agirait en effet pas d’un simple trou, mais d’une ouverture débouchant sur un gigantesque tube de lave. Ce type de structure se forme lorsqu’une coulée volcanique se refroidit en surface, formant une croûte solide. Son cœur, toujours fluide, continue quant à lui de s’écouler. Lorsque la coulée cesse d’être alimentée par la lave en fusion, elle se vide et laisse une cavité en forme de galerie. Les dimensions de ces tunnels (qui peuvent également être observés sur la Lune) peuvent être variables. Cependant, nous savons que certains peuvent s’étendre sur plusieurs kilomètres de long. La raison pour laquelle il y a un cratère circulaire autour du trou reste encore sujette à débat. Néanmoins, on imagine que si des morceaux de surface venaient à s’effondrer, un tel puits de lumière pourrait effectivement s’ouvrir.
Ces structures intéressent particulièrement les chercheurs pour deux raisons. Tout d’abord, ces “grottes souterraines” pourraient éventuellement abriter une forme de vie extraterrestre. On rappelle en effet que si la surface de Mars était jadis accueillante, elle n’est aujourd’hui qu’un paysage de désolation. L’environnement y est très sec et très froid. De plus, la mince atmosphère de la planète n’autorise aucune protection contre le rayonnement cosmique et solaire. Autrement dit, à la surface de Mars, les conditions sont très hostiles. C’est pourquoi il a été envisagé que pour se donner les chances d’évoluer, une vie microbienne martienne aurait dû s’enfoncer sous la surface. En plus de protéger des rayons cosmiques, ces structures souterraines offriraient des conditions de vie plus “chaudes” et pourraient également permettre la présence d’eau liquide.
Par ailleurs, ces tubes de lave pourraient également constituer de parfaits habitats pour les futurs explorateurs martiens. Comme expliqué ci-dessus, leurs toits épais fourniraient une protection naturelle contre le rayonnement solaire, les rayons cosmiques, mais aussi contre les impacts météoriques et les températures extrêmes. Une fois “scellés”, ces tubes pourraient également être pressurisés pour créer un environnement respirable.
Pour ces raisons, la NASA et l’ESA explorent depuis longtemps la possibilité de s’établir à l’intérieur de ces tubes de lave sur la Lune. Ces canaux souterrains pourraient donc aussi être considérés comme des emplacements de choix pour une future colonie martienne.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La mission Mars Orbiter (MOM), exploitée par l’Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), vient de tirer sa révérence, faute de carburant.
 
 
La planète Mars continue de dévoiler ses secrets avec une flopée de nouvelles images de sa surface, capturées du 3 au 29 juillet 2022 par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.
 
 
L’hélicoptère martien de la NASA a effectué son 33ème vol le samedi 24 septembre dernier. Lors du trajet, sa caméra de navigation a aperçu un morceau de débris accroché à l'un de ses pieds.
   
 
Conçue par la maison horlogère Col&MacArthur, cette montre de luxe contient des particules de météorites martiennes dans une petite capsule disposée sur le côté du cadran.
 
 
Perseverance a réalisé un panorama composé de 2,5 milliards de pixels. Le précédent record était un panorama du cratère Gale réalisé par le Curiosity qui contenait 1,8 milliard de pixels.
 
 
Le rover chinois est équipé d'un instrument qui donne une image de la surface de Mars jusqu’à près de 100 mètres de profondeur, grâce à des ondes radios qui rebondissent contre les obstacles.
   
 
Depuis le début des années 1960, plus de quarante sondes spatiales, orbiteurs, atterrisseurs et rovers ont été envoyés vers Mars. Cette exploration y a laissé une grande quantité de débris.
 
 
L'étude de ces anciens lacs, dont l'existence remonte à plusieurs milliards d'années, est importante pour déterminer les conditions climatiques qui ont régné sur Mars au début de son histoire.
 
 
La sonde InSight a entendu sur Mars la chute d’une météorite, une première sur une autre planète que la Terre. Le cratère provoqué par l’impact a été repéré et confirme la découverte.
   
 
La NASA a affirmé lors d'une conférence le 15 septembre avoir franchi une étape majeure dans sa quête de traces de vie sur Mars avec la collecte des échantillons "les plus précieux" jusqu'ici.
 
 
L'ouvrage "En avant Mars !" paru le 15 septembre 2022 a été présenté en avant-première au salon du Livre sur la place de Nancy. Fascinant et très accessible, il est publié par Nicolas Beck.
 
 
Selon une étude parue le 7 septembre 2022, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres sous la surface de Mars pour y détecter, si elles existent, des traces de vie encore préservées.
 
 
Produire de l'oxygène à partir de l'atmosphère martienne : c'est ce que fait Moxie, instrument intégré à Perseverance, depuis l'arrivée du rover sur Mars en février 2021.