La vie sur Mars pourrait-elle se cacher au fond de ce trou ?

La NASA a partagé une étrange photo capturée en 2011 par le Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) actuellement en orbite autour de la planète rouge. Sur cette photo apparaît un cratère circulaire s’ouvrant sur les pentes d’un volcan martien (Pavonis Mons), situé sur l’équateur de la planète. D’après les analyses, le trou mesure environ 35 mètres de diamètre. On aperçoit au fond le haut du tas de gravats effondré, à une profondeur d’environ 28 mètres. Un modèle numérique a ensuite permis aux chercheurs d’estimer que ce tas de débris s’élève sur au moins 62 mètres. Autrement dit, la profondeur de ce trou est d’environ 90 mètres.
Selon la NASA, il ne s’agirait en effet pas d’un simple trou, mais d’une ouverture débouchant sur un gigantesque tube de lave. Ce type de structure se forme lorsqu’une coulée volcanique se refroidit en surface, formant une croûte solide. Son cœur, toujours fluide, continue quant à lui de s’écouler. Lorsque la coulée cesse d’être alimentée par la lave en fusion, elle se vide et laisse une cavité en forme de galerie. Les dimensions de ces tunnels (qui peuvent également être observés sur la Lune) peuvent être variables. Cependant, nous savons que certains peuvent s’étendre sur plusieurs kilomètres de long. La raison pour laquelle il y a un cratère circulaire autour du trou reste encore sujette à débat. Néanmoins, on imagine que si des morceaux de surface venaient à s’effondrer, un tel puits de lumière pourrait effectivement s’ouvrir.
Ces structures intéressent particulièrement les chercheurs pour deux raisons. Tout d’abord, ces “grottes souterraines” pourraient éventuellement abriter une forme de vie extraterrestre. On rappelle en effet que si la surface de Mars était jadis accueillante, elle n’est aujourd’hui qu’un paysage de désolation. L’environnement y est très sec et très froid. De plus, la mince atmosphère de la planète n’autorise aucune protection contre le rayonnement cosmique et solaire. Autrement dit, à la surface de Mars, les conditions sont très hostiles. C’est pourquoi il a été envisagé que pour se donner les chances d’évoluer, une vie microbienne martienne aurait dû s’enfoncer sous la surface. En plus de protéger des rayons cosmiques, ces structures souterraines offriraient des conditions de vie plus “chaudes” et pourraient également permettre la présence d’eau liquide.
Par ailleurs, ces tubes de lave pourraient également constituer de parfaits habitats pour les futurs explorateurs martiens. Comme expliqué ci-dessus, leurs toits épais fourniraient une protection naturelle contre le rayonnement solaire, les rayons cosmiques, mais aussi contre les impacts météoriques et les températures extrêmes. Une fois “scellés”, ces tubes pourraient également être pressurisés pour créer un environnement respirable.
Pour ces raisons, la NASA et l’ESA explorent depuis longtemps la possibilité de s’établir à l’intérieur de ces tubes de lave sur la Lune. Ces canaux souterrains pourraient donc aussi être considérés comme des emplacements de choix pour une future colonie martienne.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.