La recherche de la vie sur Mars commence en Islande

La NASA prévoit d'envoyer un nouveau rover sur Mars en 2020 pour rechercher des signes de vie. Pour savoir quels signes rechercher, les scientifiques étudient des sites géothermiques sur la côte islandaise.
Par un jour de brouillard près de Reykjavik, sur la côte ouest de l'Islande, Bethany Ehlmann a fait une randonnée le long du fjord Hvalfjörður. Nichée entre les falaises abruptes et les veines verticales de lave, elle trouva ce qu'elle cherchait: un rocher avec des signes montrant que l'eau coulait autrefois ici.
Les marques dans la roche étaient subtiles, mais elles suggéraient bien plus que la présence d’un filet d’eau ancien. C'étaient des indices terrestres qui permettraient à Ehlmann, scientifique en sciences planétaires et géologue à l'Institut de technologie de Californie, de mieux comprendre les conditions dans lesquelles la vie aurait pu naître sur Terre. Et potentiellement sur Mars.
Avant que Mars ne devienne un désert glacial et inhospitalier, les scientifiques pensent que la planète rouge ressemblait beaucoup à la côte islandaise. Les roches, glaciers, volcans et sources chaudes riches en fer de l'Islande moderne reflètent les conditions sur Mars il y a plus de trois milliards d'années. Cela fait de l'Islande un terrain d'essai idéal pour les missions à venir sur Mars, y compris celle du rover Mars 2020. Sa mission, consistera notamment à rechercher des preuves de la vie extraterrestre.
Les observations des sondes en orbite autour de Mars, ainsi que les mesures prises au sol par les précédents explorateurs robotiques, permettent aux scientifiques d’en savoir beaucoup sur la géologie et l’histoire environnementale de Mars. Ils ont également découvert de l'eau aux pôles de la planète et prouvé que l'eau liquide avait jadis coulé à la surface de Mars, un ingrédient essentiel de la vie telle que nous la connaissons.
Depuis 2013, des scientifiques et des ingénieurs de la NASA ont cherché à savoir où envoyer leur prochain rover et quels instruments utiliser pour augmenter leurs chances de détecter des traces de la vie martienne passée. Le processus de sélection des sites, qui a duré plusieurs années, a pris en novembre 2018. La NASA a choisi d’envoyer le rover Mars 2020 dans le cratère de Jezero, un ancien delta où un fleuve déposait des sédiments volcaniques altérés.

Matt Golombek, coprésident du comité directeur du site d'atterrissage de Mars au Jet Propulsion Laboratory de Pasadena, en Californie, a déclaré que les principaux facteurs ayant contribué au processus de sélection d'un site concernaient la diversité des roches et le potentiel de préservation des signes de vie. Mais quel type d'environnement a les meilleures chances de préserver cette preuve cruciale? D'après le travail d'Ehlmann, celui qui présente des caractéristiques similaires à l'Islande.
En étudiant les organismes qui habitent en Islande, les recherches d'Ehlmann suggèrent qu'il y a des milliards d'années, lorsque Mars était plus chaud et n'avait pas encore perdu son atmosphère , la planète aurait probablement hébergé suffisamment d'eau liquide sous sa surface pour que de minuscules formes de vie naissantes aient pu se développer. Tout comme les organismes en Islande, les formes de vie martiennes pourraient avoir été alimentées par l'énergie chimique de l'activité volcanique. Parfois, ils peuvent même avoir émergé à la surface pour rester dans la neige et la glace fondues.
Selon Ehlmann, en Islande, « il existe des microbes souterrains qui prolifèrent sur les roches. Ils sont là, ils forment un incroyable microbiome et nous les étudions ».
Comme Ehlmann, JR Skok, scientifique en sciences planétaires de l’Institut SETI, a également contribué à la mission à venir pour Mars 2020. Selon lui, pour que la mission réussisse, il est essentiel de choisir correctement le site. Le rover doit atterrir sur un site avec les bonnes roches et l'histoire environnementale. Il a étudié comment les instruments d'un rover pourraient trouver le type de preuves que les scientifiques recherchent.
Ses travaux sur le terrain l'ont notamment conduit dans les pâturages de Lýsuhóll, sur la côte ouest de l'Islande, non loin du site de recherche d'Ehlmann à Hvalfjörður. Là-bas, il a piloté un drone pour prendre des photos en haute résolution de la région, puis a traversé le terrain à pied. Skok et ses collègues ont soigneusement balayé la zone et cartographié les roches du site. Ils ont recherché des signes d'extinction des sources chaudes et des sources hydrothermales, à l'origine des premiers microbes.

Il est important de savoir précisément quels types de roches ont les meilleures chances de présenter des signes de vie, car le rover ne pourra pas en examiner beaucoup. « Sur Mars, nous aurons des dépôts hydrothermaux d’une largeur de 100 mètres, et nous ne pourrons rechercher que des preuves de la vie, de petits microfossiles, dans des morceaux de roche », explique Skok. « Nous devons être en mesure de déterminer quelle roche de deux millimètres dans ce champ géant est celle à analyser ». D'après ses recherches, Skok indique que des traces de bactéries ou de microbes pourraient être retrouvées encapsulées dans les dépôts de silice provenant de sources chaudes ou de geysers, ce qui en ferait de bons endroits pour les recherches du rover.
Si le rover Mars 2020 remplit sa mission principale qui consiste à explorer le cratère de Jezero, il se dirigera vers l'un des autres sites retenus, Midway, un plateau de haute altitude situé à 12 kilomètres à l'ouest du cratère Jezero, et contenant des minéraux argileux suggérant la présence d'eau et de roches plus anciennes. Midway ressemble aux sites volcaniques actuellement en sommeil de Hvalfjörður. Et comme l'indiquent les travaux d'Ehlmann, si le rover de Mars 2020 ne trouve pas ce qu'il cherche dans le cratère de Jezero, les roches de Midway constitueront un autre excellent pari.

Source : hakaimagazine.com
 
   

(heure de Paris)
Lever de Mars: 6h49
Coucher de Mars: 15h49
Distance Terre-Mars
367,8 millions de km
 
   
 
 
À l’occasion de la Biennale des Arts Numériques 2021, l’artiste Luke Jerram a installé à Paris une reproduction géante de Mars au sein de la verrière 104, dans le 19ème arrondissement.
 
 
Avec ce 17ème vol, Ingenuity va poursuivre son voyage de retour vers Wright Brothers Field sur le site d'atterrissage d'Octavia E. Butler, au plus tôt le 5 décembre 2021.
 
 
La sonde européenne Mars Express et le rover chinois Zhurong ont réussi une série de tests de communications, bien que les systèmes radio de leurs instruments ne soient pas totalement compatibles.
   
 
Quelle est la position de chaque sonde et rover de la NASA sur Mars? Une modélisation de l'agence américaine permet de suivre en temps réel toutes les missions en cours sur la planète rouge.
 
 
Des chercheurs sont capables de décrire les deux cents premiers mètres de la croûte martienne en traçant les réverbérations du bruit du vent sur les couches de sol et de roches.
 
 
Le 23 novembre 2021, la NASA a publié une image remarquable prise par Curiosity sur le flanc du mont Sharp. Stupéfaits par sa beauté, les scientifiques de la mission l'ont diffusé sur leur site.
   
 
Six personnes reproduisant sur Terre les conditions de longue mission dans l'espace, ont vécu coupés du monde dans une « station martienne », dans le désert du Néguev, en Israël.
 
 
Pourquoi avoir creusé deux fois dans la même roche ? Le sujet semble en tout cas avoir un intérêt scientifique, pour que l’astromobile réalise deux forages dans la même cible.
 
 
La NASA a publié le 18 novembre 2021 une nouvelle vidéo montrant le décollage du drone martien Ingenuity lors de son 13ème vol effectué le 4 septembre 2021.
 
 
Le rover Perseverance a annoncé avoir creusé une partie d'une roche martienne. L'opération va permettre de savoir ce qu'il se cache à l'intérieur du sol de la planète.