La mission ExoMars est de nouveau reportée

Les agences spatiales ESA et Roscomos, respectivement européenne et russe, ont reporté de deux ans le lancement de la mission ExoMars et de son rover Rosalind Franklin en raison de difficultés techniques et de l'épidémie de coronavirus. Prévue en 2020, cette mission devait décoller à bord d'un lanceur russe Proton à destination de Mars dans l'espoir de trouver des traces de vie éteinte, voire en activité. Son lancement, toujours à bord d'un Proton, est maintenant prévu lors de la prochaine de fenêtre de tir qui aura lieu entre août et octobre 2022. En 2016, les deux agences avaient déjà été contraintes de reporter le lancement d'ExoMars, alors prévu en mai 2018. À l'époque, pour justifier ce report, elles avaient évoqué des retards dans les activités industrielles européennes et russes, ainsi que dans les livraisons relatives à la charge utile scientifique.
Pour certains, l'annonce n'est pas vraiment une surprise. Les équipes étaient déjà empêtrées dans la mise au point des parachutes, dont on apprenait plus tard que la taille et la complexité s'expliquaient par l'atterrisseur russe doté d'un système rétro-propulsif pas assez puissant. L'ESA et Roscosmos rencontraient aussi des problèmes concernant des équipements électroniques et l'écriture du logiciel de bord. Alors que les responsables de la mission étaient confiants en fin d'année 2019 pour tenir les délais et le planning de qualification, ils ont dû se rendre à l'évidence et accepter, malgré la cadence de travail très élevée des équipes en 3 x 8, ne pas pouvoir être prêts à lancer durant l'été 2020. L'aggravation de l'épidémie de Covid-19 en Europe, n'a évidemment pas arrangé les affaires d'un projet très international avec des usines et des sites d'assemblage et de construction répartis en Espagne, en Angleterre, en France, en Italie et en Russie principalement. L'épidémie a fortement compliqué la tâche des équipes du fait de l'interdiction de se rendre en Italie et les périodes de quarantaine imposées aux citoyens français par la Russie par exemple.
Il faut aussi savoir que la participation russe à la mission n'a pas été au niveau attendu. Ainsi, la firme russe NPO Lavotchine, qui réalise la plateforme d'atterrissage Kazachok, a perdu beaucoup de compétence d'ingénierie du fait d'une activité très ralentie. La façon de travailler des équipes russes était également très en décalage avec celles des autres partenaires du projet, ce qui a été un facteur de ralentissement, malgré la bonne volonté des équipes russes.  Sans surprise, ce deuxième report entraînera des coûts supplémentaires qui porteront le budget total du programme au-delà des deux milliards d'euros ! Une rallonge qui ne sera évidemment pas simple à trouver d'autant plus qu'ExoMars n'étant pas une mission obligatoire dans le jargon de l'ESA, son financement dépend du bon vouloir des États membres qui souhaitent la financer. À suivre donc.


Source : futura-sciences.com
 
   
 
 
La NASA a inventé un plastron anti-radiation actuellement par les astronautes. Ce gilet de protection leur permettra peut-être de partir à la conquête de la Lune, puis de la planète Mars.
 
 
Lors de son 39ème vol effectué le 11 janvier dernier, l'hélicoptère Ingenuity a capturé quelques images de sa phase d'atterrissage, où l'on aperçoit quatre trous qui forment un carré parfait.
 
 
Mauvaise nouvelle pour l'exploration martienne. Un des rovers qui sillonne la surface de la planète rouge n'a pas donné signe de vie depuis décembre dernier.
   
 
Curiosity a découvert un minéral à la surface de Mars, dans le cratère Gale. Il a détecté un réseau de fractures rocheuses contenant de l'opale, un minéral riche en eau.
 
 
La caméra HiRISE de la sonde américaine MRO a capturé plus de 700 photos de la surface martienne en décembre 2022, entre 250 et 300 km d'altitude.
 
 
La NASA a effectué un essai en vol d'un nouveau bouclier thermique gonflable qui pourrait devenir un élément clé pour poser un vaisseau et son équipage sur la planète rouge.
   
 
Perseverance dissémine sur Mars ses tubes d'échantillons, tout en scrutant les paysages autour de lui. Il a photographié un rocher qui présente des traces d'érosion inhabituelles.
 
 
Depuis l'atterrissage du rover, l'instrument MOXIE a fabriqué de l'oxygène à partir de l’atmosphère martienne riche en CO2. Les résultats ont rapidement été très prometteurs.
 
 
Quand la NASA a mis en ligne les premières photos des tubes d'échantillons largués sur le sol de Mars, de nombreux internautes ont évoqué leur ressemblance avec un sabre laser de Jedi.
   
 
La planète Mars détient encore de nombreuses énigmes, comme ses mystérieuses formations géologiques repérées par la sonde MRO dans plusieurs cratères de l'hémisphère nord martien.
 
 
Arrivée en 2018, la sonde InSight arrive au bout de sa mission. Même à l'agonie, elle continue d'enregistrer des séismes record qui aideront les spécialistes à percer les secrets de Mars.
 
 
Les dix tubes d'échantillons déposés à la surface de Mars pour être ramenés et étudiés sur Terre contiennent une incroyable diversité de la géologie de la planète rouge.
   
 
Perseverance a récupéré deux nouveaux échantillons martiens en décembre 2022. Contrairement aux 15 carottes de roche collectées à ce jour, ils contiennent du sable et de la poussière.
 
 
Perseverance a capturé le son des grains de poussière d'un tourbillon. L'enregistrement pourrait être essentiel pour comprendre comment la poussière est transportée autour de Mars.
 
 
Le documentaire d'Alain Tixier retrace la formidable épopée de Perseverance, depuis sa construction jusqu'à ses premiers tours de roues sur le sol de Mars.