La colonisation de Mars sera sexuellement très difficile

Le physicien spécialisé en médecine spatiale au Baylor College of Medecine, Kris Lehnardt, s’est penché sur cet épineux sujet de la procréation sur Mars. Son discours est pour le moins éloquent : « À tous nos grands gourous de la technologie qui veulent que nous devenions une civilisation vivant sur plusieurs planètes : ceci est une question essentielle à laquelle personne n’a encore de réponse, prévient-il. Tout le monde s’intéresse au matériel et c’est génial, mais à la fin, c’est le sac à viande spongieux que nous sommes qui vient tout gâcher. Ignorer l’élément humain dans les plans et conceptions futurs va nous mener à l’échec ».
Son franc parler met surtout l’accent sur une force qui régit l’univers : la gravité. Selon lui, le sexe de notre espèce, au sens reproduction, dépend d'elle. Sur Mars, cette force est réduite à 38% par rapport aux actes opérés sur notre planète. S’envoyer en l’air sur la planète rouge n’est donc pas chose facile sur le plan purement pratique. Mais en plus de l’apesanteur, les rayonnements cosmiques ont un impact sur les mammifères que nous sommes. Pour le scientifique, c’est assez effarant de ne pas avoir pris le dossier à bras le corps car il est, selon lui, fondamental. Les radiations dans l’espace affectent les astronautes. Et s’avèrent encore plus critique pour le foetus. Des expériences menées dans les années 1970 par les responsables des programmes spatiaux Soviétiques se sont contentés d’envoyer des batteries de spermatozoïdes et ovules de divers animaux dans l’espace, comme des rats.
Plus tard, le programme April Ronca de la NASA a envoyé des rates en gestation dans l’espace. A leur retour, elles ont mis bas. Mais le développement du système vestibulaire, comprenez l’oreille interne, était perturbé par la microgravité. Comme si le fait de procréer en mer en pleine tempête avait un impact sur les nouveaux nés et leur gestion de l’équilibre. De plus, d’autres études suggèrent que les résultats varient fortement d’une espèce à l’autre. Et se contenter de baser nos futures parties de jambes en l’air sur celles de rongeurs n’est pas la meilleure méthode pour avoir des résultats probants. Il y a également eu d’autres expériences menées par des scientifiques japonais sur d’autres espèces animales, insectes, poissons, salamandres… Et les résultats sont très disparates. D’autres scientifiques proposent de décomposer l’acte de la reproduction en plusieurs phases pour vérifier l’impact de chacune d’elle sur le processus complet. Se pose alors une énorme question d’éthique. Envoyer des embryons dans l’espace et prendre sciemment le risque de les endommager pose une question morale très sensible.
« Congelons-les à bord de la Station spatiale internationale pendant six mois ou un an, avant de les ramener sur Terre et de les utiliser pour essayer de donner naissance à un bébé. Il serait très, très difficile d’obtenir une autorisation pour cela, mais à un moment, il faudra bien le faire », propose Kris Lehnardt. Vous comprenez assez facilement les réticences que cela peut suggérer. Conclusion : faire l’amour et engendrer un nouvel être sur Mars ne sera pas une mince affaire.

Source : gqmagazine.fr
 
   
 
 
Après avoir effectué son douzième carottage dans le sol martien, le rover Perseverance a détecté un étrange débris dans le système de prélèvement d'échantillons.
 
 
Fort du succès d'Ingenuity, la NASA a annoncé lors d'une conférence le 27 juillet 2022 le lancement de deux autres hélicoptères, dans le cadre de la mission de retour d'échantillons martiens.
 
 
Une nouvelle mission martienne est en préparation, baptisée Mars Life Explorer (MLE). Son objectif est de creuser profondément dans la glace de Mars pour y chercher des signes de vie.
   
 
Le rover Curiosity poursuit son ascension du Mont Sharp. Des rochers qui se sont détachés d'une falaise ont attiré l'attention de la NASA. L'un d'entre eux présente une forme très particulière.
 
 
Des chercheurs sont parvenus à localiser le site d’éjection de la météorite Black Beauty, fournissant des informations essentielles sur l’histoire magmatique et climatique de Mars.
 
 
Le rover Perseverance n'en finit pas de déceler d'étranges objets sur Mars, tandis qu'il cherche des formes de vie passées dans le delta du cratère Jezero. L'image date du 12 juillet 2022.
   
 
Jusqu'à présent, seuls des satellites, des rovers et un petit hélicoptère ont exploré la planète rouge. La NASA étudie un nouveau mode de déplacement pour explorer une zone méconnue.
 
 
La NASA publie chaque mois de nouvelles photos fascinantes de la surface de Mars, capturées par la puissante caméra haute résolution HiRISE de la sonde MRO (Mars Reconnaissance Orbiter).
 
 
Poser des hommes sur Mars nécessitera des charges utiles plus imposantes et plus lourdes, et un bouclier thermique beaucoup plus grand que ceux existant actuellement.
   
 
Curiosity continue de faire des découvertes intéressantes sur Mars. Les scientifiques ont récemment découvert un élément essentiel à la vie dans les échantillons prélevés par le rover.
 
 
Une expérience de laboratoire suggère que les rovers opérant sur Mars devront probablement creuser à au moins deux mètres de profondeur pour trouver des signes de vie ancienne.
 
 
Des chercheurs ont identifié des microbes dans l’une des sources d’eau les plus froides du monde. Les exobiologistes estime que des conditions de vie similaires pourraient exister sur Mars.
 
 
Sur Mars, Perseverance a encore rencontré un étrange objet. Dans l’une des nombreuses images prises par le robot, le 23 juin 2022, on distingue un objet inhabituel posé sur le sol de Mars.
 
 
Les roches de Hogwallow Flats semblent être à grain fin, ce qui est passionnant pour les scientifiques, car elles ont de meilleures chances de préserver des preuves de vie passée sur Mars.
 
 
La Chine prévoit de rapporter ses premiers échantillons martiens en 2031, soit deux ans avant la NASA et l’Agence spatiale européenne (ESA) dans le cadre de leur mission conjointe.