La Chine souhaite poser sa propre sonde sur Mars dès 2020

La NASA, l’ESA, ou encore (dans une moindre mesure) la Russie, évoluent autour et sur Mars depuis quelques années déjà. La Chine, de son côté, a mis plus de temps à s’intéresser à l’espace, mais la nation compte bien rattraper son retard. Forte de son récent alunissage réussi sur la Lune, l’Agence spatiale chinoise compte maintenant investir dans la planète rouge. L’annonce vient d’être faite pendant la réunion de la Conférence consultative politique du peuple chinois.
« Au cours des 60 dernières années, nous avons accompli beaucoup de réalisations, mais nous avons encore du retard comparé aux autres grandes puissances spatiales mondiales. Nous devons accélérer le rythme, a déclaré Wu Weiren, chef du programme d’exploration lunaire de la Chine. L’année prochaine, nous lancerons une sonde sur Mars, qui gravitera autour de la planète, avant de se poser dessus ».
Selon l’agence de presse Xinhua, la Chine planifierait également plusieurs autres missions dans l’espace lointain avant 2030, dont une visant à explorer les lunes de Jupiter. Pour l’heure, aucune information supplémentaire n’a été transmise. On ne sait pas quand exactement, ni dans quel but ces opérations seront lancées.
Si cette annonce se concrétise, nous pourrions bientôt retrouver un cinquième robot en activité sur la planète rouge. Le rover Curiosity et la sonde Insight, de la NASA, actuellement à la surface, devraient en effet être rejoints en 2020 par cet éventuel robot chinois, puis en 2021 par les rovers Mars 2020, de la NASA, et Rosalind Franklin, de l’ESA. Rappelons que la NASA vient d’abandonner son deuxième rover, Opportunity, coincé cet été dans une gigantesque tempête. De son côté, la Chine devrait également bientôt déployer sa propre station spatiale – “Tiangong” (Palais céleste) – qui devrait normalement succéder à la Station spatiale internationale (ISS) en 2022.
On note par ailleurs que l’agence chinoise vient d’ouvrir au public sa première base de simulation de l’environnement martien dans la ville de Mangya, dans la province du Qinghai (lire notre article sur ce sujet). L’idée : encourager les jeunes à participer à l’exploration spatiale. Selon Gao Junling, le fondateur du projet, la région du bassin de Qaidam, dans le Qinghai, est ce qu’il y a de plus “martien” sur Terre. Un paysage ocre, escarpé, avec de grands écarts de températures entre le jour et la nuit. Les visiteurs pourront s’immerger dans l’environnement et tenter de résoudre les problèmes auxquels ils pourraient être confrontés sur Mars. Comme planter des pommes de terre par exemple, ou produire de l’énergie solaire.


Source : sciencepost.fr
 
   
 
 
L'analyse d'images des profondeurs de Valles Marineris, le grand canyon martien, incite la science à y rechercher des indices d'activité biologique ancienne sur Mars.
 
 
Une animation présente les moments clés de la campagne Mars Sample Return, depuis l'atterrissage sur Mars et la sécurisation des tubes d'échantillons jusqu'à leur lancement vers la Terre.
 
 
La sonde Mars Express de l'ESA a révélé que Mars produit des modèles de nuages étonnamment semblables à ceux de la Terre, évoquant ceux des régions tropicales de notre planète.
   
 
L'ingénieur en chef Bob Balaram est le principal concepteur de l'hélicoptère Ingenuity qui évolue sur Mars depuis avril 2021. Il vient de dévoiler le design des futurs drones martiens.
 
 
Un survol récent de Phobos, la plus grande lune martienne, a permis de tester l'une des dernières améliorations de l'instrument MARSIS sur la sonde européenne Mars Express.
 
 
Pour la première fois depuis sa mise en orbite autour de Mars il y a 8 ans, la sonde MAVEN a été témoin de deux types d'aurores ultraviolettes simultanées, causées par des tempêtes solaires.
   
 
Sans tectonique des plaques, l’histoire de la croûte de Mars semblait simple à comprendre. Une nouvelle étude suggère cependant que sa formation pourrait être plus complexe que prévu.
 
 
La NASA continue de rechercher sur Mars des traces organiques ou minérales dont l'origine ne peut s'expliquer autrement que par la présence de structures ou d'activités biologiques.
 
 
Capturée le 1er novembre 2022 par le rover Perseverance, cette photo laisse entrevoir une forme rocheuse qui évoque celle d'une pyramide. Serait-ce la preuve d'une intelligence extraterrestre ?
   
 
Perseverance sillonne le cratère Jezero en carottant des échantillons de roche, qui seront stockés en surface puis rapportés sur Terre en 2033. La NASA a sélectionné le site de récupération.
 
 
Des chercheurs américains ont dévoilé une nouvelle preuve de la présence d'un ancien océan sur Mars, qui se serait formé il y a 3,5 milliards d'années, durant la période du Noachien/Hespérien.
 
 
La Russie devait fournir la fusée et la plate-forme d’atterrissage du programme ExoMars. Moscou étant désormais hors course, l’ESA cherche un moyen de poser son rover Rosalind Franklin.
   
 
La NASA a dévoilé un film sur son rover Opportunity, qui aura foulé le sol de Mars pendant 15 ans. Le film documentaire arrivera sur Amazon Prime Video le 23 novembre 2022.
 
 
Et si le meilleur moyen d'atterrir sur Mars était de s'écraser au sol ? Ce prototype d'atterrisseur utilise une base pliable en forme d'accordéon qui absorbe l'énergie d'un choc violent.
 
 
Après avoir voyagé cet été à travers un passage étroit bordé de sable, Curiosity est récemment arrivé dans une zone contenant des sulfates, longtemps convoitée pour ses minéraux salés.