La Chine apprend à son rover à atterrir

La Chine a organisé un évènement inédit de relations publiques en conviant 70 personnalités issues de 19 pays étrangers, dont des journalistes, des experts et les ambassadeurs du Brésil, de la France et de l'Italie, à assister à des essais publics de son atterrisseur martien. Celui-là même qui doit poser sur Mars en 2021 un rover de 140 kilogrammes.
Le 14 novembre 2019, la Société de sciences et technologies aérospatiales de Chine, ou CASC, a mené un test sous portique de l'atterrisseur martien dans des installations d'essais de l'agence spatiale chinoise (CNSA) situées dans la province du Hebei, à l'est du pays.
Attaché à des câbles à 140 mètres de hauteur, simulant les conditions de gravité martienne, environ le tiers de celle de la Terre, l'atterrisseur en forme d'araignée et doté de quatre pattes a réalisé toute une série de manœuvres représentatives de ce qu'il pourrait devoir réaliser sur Mars. Elles ont notamment permis de démontrer les capacités de vol stationnaire, d'évitement d'obstacles et de décélération de l'engin, avant qu'il se rapproche du sol et se pose en sécurité. Il devait se poser entre des amas de pierres disposés sur sa zone d'atterrissage sans les toucher.
La date de la mission n'a pas encore été dévoilée mais ce lancement aura lieu à l'intérieur de la fenêtre de tir entre le 25 juillet et le 13 août 2020. L'orbiter Huoxing 1 et son rover doivent arriver au printemps 2021 sur la large plaine Chryse Planitia, non loin des sites d'atterrissage des missions américaines Viking 1 et Mars Pathfinder. Trois autres missions profiteront de cette fenêtre de tir pour rejoindre Mars : les rovers Mars 2020 (Nasa) et ExoMars 2020 Rosalind Franklin (ESA), ainsi que l'orbiter Hope des Émirats arabes unis.


 


Source : futura-sciences.com
 
   
 
 



Créer un site
Créer un site