Les instruments de Perseverance ont été testé dans le désert australien

Sauf circonstances particulières, il est toujours prévu que la NASA fasse décoller sa mission Mars 2020 en juillet 2020. Une fois sur place, en février 2021, le rover Perseverance sera libéré dans le cratère Jezero avec pour objectif principal de rechercher des traces de vie microbienne passée (ou présente, avec beaucoup de chance). Pour l’appuyer dans cet exercice, le rover pourra compter sur plusieurs instruments de pointe, qu’il fallait bien évidemment tester en conditions réelles. Dans cet esprit, trois d’entre eux (des copies) ont récemment été déployés dans les Flinders Ranges, dans le sud de l’Australie. Nous ne sommes pas sur la planète rouge, mais l’environnement local est, sur Terre, ce qui semble se rapprocher le plus du paysage martien.
« Les Flinders Ranges sont un site parfait car c’est une zone sèche, poussiéreuse, venteuse et en même temps très stérile. C’est donc un très bon analogue pour chercher la vie sur Mars », explique Bonnie Teece, astrobiologiste à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud. Parmi les instruments déployés figure la MASTCAM-Z qui, grossièrement, sera utilisée pour sélectionner les zones de prospection les plus prometteuses et inspecter visuellement les échantillons. Le spectromètre à rayons x PIXL est également de la partie, pour discerner la composition chimique des roches sélectionnées. Et enfin SHERLOC, un spectrographe que le rover utilisera pour sonder la présence de molécules organiques et de biosignatures potentielles dans ces mêmes échantillons.
De manière générale, les trois instruments se sont effectivement montrés à la hauteur. « Nous avons pu recueillir un niveau raisonnable de détails sur les échantillons et avons pu déterminer efficacement lesquels étaient les plus susceptibles de contenir des composés organiques fossilisés, explique la chercheuse. Ce qui est intéressant, c’est que nous avons trouvé des signes de vie microbienne ancienne de la période cambrienne (-541 à -485 millions d’années). Nous avons également identifié des composés organiques et même trouvé des fossiles physiques ».
Rappelons que la zone d’exploration du rover (le fond du cratère Jezero) est également très prometteuse. De récents travaux ont en effet suggéré la présence dans certaines parties du cratère de dépôts de silice hydratée, un minéral particulièrement efficace pour la préservation des biosignatures terrestres. Si des microbes ont un jour évolué sur Mars, il est donc fort possible que leurs traces soient encore visibles. Bien que les conditions martiennes soient différentes de celles rencontrées dans le sud australien, il semblerait que Perseverance soit suffisamment armé pour mener à bien sa mission.


Source : sciencepost.fr
 
   
     

(heure de Paris)
Lever de Mars: 02h39
Coucher de Mars: 13h31
Distance Terre-Mars
146,4 millions de km

Lancement du rover
Perseverance dans


 
   
 
Par le passé, Mars a peut-être possédé un anneau. Des scientifiques explorent cette hypothèse et présentent un nouvel indice, en analysant l'orbite de la lune Déimos.
 
 
C’est une plongée dans l’univers fascinant de Mars que nous propose Francis Rocard, astrophysicien, dans son dernier livre, Dernières nouvelles de Mars chez Flammarion.
 
 
Pendant cette traversée de 1,5 km, le robot de la NASA mettra l'accent sur sa conduite, en utilisant ses capacités autonomes de navigation.
   
 
Après avoir analysé et déterminé le type de roche que le JPL souhaitait échantillonner, le rover Curiosity a percé et prélevé une nouvelle fois le sol de Mars.
 
 
Un planétologue montre dans une animation à quel point la vitesse de la lumière peut sembler lente, en représentant le trajet d'impulsions lumineuses émises depuis la Terre, vers Mars.
 
 
L’hypothèse de cette ancienne période glacée repose sur des extraits de dioxyde de carbone et d’oxygène, présents dans 13 échantillons de roches prélevés par le rover.
 
 
La NASA a soumis son rover Perseverance à de nombreux tests. Son autonomie et sa résistance ont été mis à rude épreuve, comme le montre une nouvelle vidéo publiée par le JPL.
 
 
Une équipe de planétologues est parvenue à démontrer que la boue sur la planète rouge s'écoule de la même façon que la lave sur Terre.
 
 
Plus légères et plus résistantes, elles sont fabriquées à partir d’un maillage de nickel et titane, et font actuellement l’objet de tests dans l’un des bâtiments de la NASA.
 
 
Ils ont isolé un site prometteur de tunnels de lave, situé près de l’équateur, qui pourraient un jour permettre à l’Homme de s’établir durablement dans les sous-sols de Mars.
 
 
Au Centre Spatial Kennedy, le grand robot de la NASA a été replié, puis placé sous la grue spatiale qui le déposera sur Mars. L’assemblage se poursuit sans mauvaise surprise.
 
 
Cette vidéo montre Curiosity prenant un selfie sur le site du forage "Hutton" le 26 février 2020. Il est constitué de 86 images qui ont ensuite été assemblées pour former un panorama.
 
 
L’animation montre un forage réalisé par Curiosity le 22 mars 2020. Le trou a un diamètre de 1,6 centimètre, soit à peu près le même diamètre qu’une pièce de 1 centime.
 
 
Du 6 mars au 6 avril 2020, le télescope HiRISE de la sonde MRO s'est déchaîné au-dessus de la planète rouge, en collectant près de 300 photos de dunes aux formes innombrables, mais aussi de cratères.
 
 
Grâce aux images HD de la sonde MRO, des scientifiques ont trouvé de nouvelles preuves confirmant que des rivières ont bien coulé à la surface de Mars il y a des milliards d’années.
 
 
En vue de la prochaine mission américaine sur la planète rouge, des astrobiologistes ont déployé les instruments du rover Perseverance en Australie, dans le cadre d’un test grandeur nature.
 
 
Allan Hills 84001 a fait l’objet d’une nouvelle étude qui a révélé la présence de molécules organiques. Plus précisément d’éléments constitutifs de la vie.
 
 
La NASA a publié une nouvelle vidéo sur Youtube, composée d'images obtenues le 1er mai 2020 par la caméra du rover Curiosity, et qui s'étendent sur environ 30000 pixels de large.